ABB Sécheron délocalisera, mais moins vite que prévu

IndustrieLa période de consultation a permis d’adoucir la transition: 85 licenciements au lieu des 100 prévus.

Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quatre-vingt-cinq licenciements au lieu de 100 et une période de restructuration étendue à deux ans, au lieu des dix-huit mois initialement prévus: les négociations ont pris fin chez ABB Sécheron. La décision finale revenait à la direction qui a accepté une version adoucie de la transition qu’elle planifiait.

Sur le fond, le groupe helvético-suédois ABB maintient son cap, à savoir le projet de délocalisation de la production des transformateurs de traction en Pologne. Mais le transfert se fera moins rapidement que prévu et aucun licenciement ne sera prononcé en 2018.

Dans un communiqué diffusé vendredi après-midi, la direction se félicite de «la nature constructive des discussions» qui permettront de maintenir «plus de la moitié des emplois fixes». Le site perdra tout de même 85 de ses 212 collaborateurs à contrat fixe (auxquels s’ajoutent des dizaines de contrats temporaires). Pour les employés concernés, l’enjeu portait sur la nature du plan social. ABB ne communique pas les détails, mais une source proche de la direction fait savoir qu’un accent particulier a été mis sur la formation afin d’aider à la recherche d’un emploi.

Enfin, l’avenir du site était au cœur des négociations. Alors que l’industrie «lourde» – la production des transformateurs de traction – sera transférée en Pologne, l’usine de la zone industrielle de Meyrin-Satigny conserve les activités de service (vente, après-vente, administration…). Elle deviendra surtout «un centre pour le transport public durable». Cette évolution s’inscrit dans le projet de bus électrique TOSA. Fruit d’un partenariat entre les pouvoirs publics genevois et ABB, le système inauguré au mois de décembre permet au véhicule de recharger ses batteries en quelques secondes aux arrêts. Mais dans la foulée de sa mise en service sur la ligne 23, «le trolleybus sans fil» a dû être retiré après avoir rencontré des problèmes techniques. Les dysfonctionnements seraient «identifiés et résolus», ont annoncé cette semaine les TPG, au moment où le projet remportait un watt d’or décerné par l’Office fédéral de l’énergie.

Quoi qu’il en soit, l’avenir du site genevois d’ABB Sécheron sera étroitement lié à l’essor de cette technologie dite «durable». Quelques emplois dédiés à TOSA devraient ainsi être rapatriés des sites argoviens de Baden et Turgi.

Le syndicat Unia a accompagné les employés du site durant les négociations. Pour Alessandro Pelizzari, son secrétaire régional, la décision de la direction laisse un sentiment mitigé. «D’un côté, la mobilisation du personnel a payé et la direction donne une chance aux propositions de qualité formulées par le personnel, dit-il. Mais de l’autre, il reste l’insécurité et beaucoup de points flous, notamment sur le soutien à la formation qui ne nous a pas été détaillé.»

Le conseiller d’État en charge de l’Économie Pierre Maudet a également vu son agenda modifié suite à l’annonce de délocalisation par ABB en octobre dernier. Aujourd’hui, il se dit raisonnablement optimiste: «L’État pouvait comprendre qu’une partie de l’activité soit délocalisée, mais il fallait qu’une autre activité monte en puissance.» En ce sens, le magistrat juge «encourageante» la création d’un centre pour le transport durable. Pierre Maudet assure par ailleurs «qu’il reste une marge de manœuvre» sur plusieurs aspects et que les discussions avec l’entreprise se poursuivront lors du Forum économique de Davos. Le conseiller d’État y rencontrera le PDG d’ABB, l’Allemand Ulrich Spiesshofer. (TDG)

Créé: 12.01.2018, 19h25

Articles en relation

Un plan pour sauver l’usine ABB Sécheron

Industrie Les salariés du site industriel proposent à la multinationale d’étaler l’agenda de la délocalisation, afin d’éviter une centaine de licenciements. Plus...

Un grand patron de Zurich fustige les délocalisations

Emplois Les expériences du boss de Zurich Insurance Group pourraient faire progresser les négociations sur le sort d'ABB Sécheron. Plus...

Le Grand Conseil vote son soutien à ABB Sécheron

Délocalisation Le parlement demande au Conseil d’État d’utiliser tous les moyens à disposition pour maintenir les emplois à Genève. Plus...

Accord surprise et reprise du travail chez ABB Sécheron

Menacée de délocalisation en Pologne, l'usine de Meyrin était figée depuis une semaine par la grève. Plus...

Ces millions d’argent public investis dans l’usine genevoise d’ABB Sécheron

Industrie Le Canton, les TPG et la Confédération ont injecté plus de 10 millions dans le site qui prévoit de délocaliser 150 emplois en Pologne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

En droit suisse, un homme ne peut être violé
Plus...