À Laconnex, les causes de l’explosion restent inconnues

Fait diversL’incendie de mercredi soir, qui a grièvement blessé trois jeunes adultes, affecte le village et suscite des élans de solidarité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur le comptoir de Chez le Docteur, le restaurant du village, une boîte en carton a été posée en guise de tirelire improvisée. On y lit le nom de la famille et ces mots: «Après l’eau, le feu. Merci.»

L’eau fait référence à des dégâts d’eaux arrivés récemment à la suite des intempéries. Le feu est celui de mercredi soir. Bien plus dramatique. À Laconnex, sur la route des Écoliers, une maison qui abrite un centre équestre a été dévastée par les flammes. Jeudi matin, des gens s’affairent derrière les rubans qui interdisent l’accès au lieu. Du haut des vignes, on aperçoit le toit éventré de la bâtisse et ses poutres calcinées.

Le feu a été causé par une très forte explosion que certains disent avoir entendue à Soral même, le village voisin distant d’un kilomètre. À la suite de cette détonation, un violent incendie s’est déclaré.

Trois personnes ont été grièvement blessées. Ces jeunes adultes, une femme et deux hommes, se trouvaient dans un appartement loué de la maison, apparemment où a eu lieu l’explosion. Souffrant de très importantes brûlures, ils ont été conduits en hélicoptère à Lausanne, au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), où sont soignés les grands brûlés.

Les propriétaires des lieux ont trouvé refuge chez la parenté, au village. L’épouse a les traits tirés et le verbe rare. «Aux dernières nouvelles, les jeunes ont été mis dans le coma artificiel, dit-elle. On espère tous qu’ils s’en sortent. On veut qu’ils s’en sortent.» Les causes de l’explosion restent pour l’heure inexpliquées. Est-ce le fait d’une bonbonne de gaz? Mystère. «Je ne sais pas, je ne m’explique pas ce qui a pu arriver», poursuit la propriétaire.

Enquête en cours

La police, jeudi, ne fournit pas d’explications, l’enquête n’étant pas terminée. Elle n’est pas non plus en mesure de donner des informations sur l’état de santé des trois blessés.

La maison est en piteux état. «Je crois qu’on ne pourra rien en faire, on verra», poursuit la propriétaire. Ce n’est pas une vieille bâtisse. Elle avait été construite à la fin des années 80. À la suite d’un incendie…

Elan de solidarité

Dans ce malheur, on se réjouit de l’élan de solidarité qui s’est manifesté pour les chevaux. Sauvés des flammes, ils ont été accueillis par les ménages alentour.

À la sortie de l’école, les enfants commentent largement la soirée de la veille. Le grand boum, les flammes, la fumée et les chevaux à qui on a donné l’asile. Une petite fille veut lancer une collecte. «Peut-être qu’on arrivera à 100 francs?» dit-elle, sous le regard incrédule de ses copines.

Créé: 14.06.2018, 18h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.