Yvan Rochat: «Les citernes de Vernier ne valent pas une grève de la faim»

Risque majeurL'ancien conseiller municipal UDC Stéphane Valente annonce une grève de la faim illimitée dès le 15 février contre les citernes situées en face d'Ikea.

Le 25 février 2011, Stéphane Valente et Christina Meissner, élus de l'UDC, manifestaient pour le déplacement des citernes de Petrostock.

Le 25 février 2011, Stéphane Valente et Christina Meissner, élus de l'UDC, manifestaient pour le déplacement des citernes de Petrostock. Image: Pierre Abensur (Archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En tant que père de trois filles, je me refuse à laisser mes enfants vivre près d’une bombe, qui pourrait sans problème être déplacée loin des habitations et de l’aéroport, puisque d’autres installations existent, où les centres de stockage ne sont pas utilisés à cent pour cent de leur capacité.» En une phrase, Stéphane Valente signifie au Conseil d'Etat la gravité, à ses yeux, de la présence des citernes d'hydrocarbures de Blandonnet et la solution susceptible de réduire le risque, qui menace les 5000 personnes qui vivent et travaillent à proximité.

La solution figure dans l'un des nombreux rapports relatifs au déplacement/démantèlement des citernes de Vernier. Selon l'ancien conseiller municipal UDC de Vernier - il a démissionné le 30 janvier pour pouvoir entamer sa grève de la faim - les autres sites de stockage de Vernier peuvent absorber le volume des citernes de la société Petrostock situées en face d'IKEA. Il faut pour cela que les autorités politiques exercent une pression commune pour que les choses bougent.

«Le quartier des citernes de Vernier vaut bien le PAV!»

Un avis que partage Yvan Rochat, conseiller administratif de Vernier et président des Verts de Genève. «J'attends du Conseil d'Etat un engagement ferme et proactif dans ce dossier qui n'a que trop traîné.» Le magistrat se veut réaliste: «Le problème est complexe, la solution ne verra sans doute pas le jour dans l'année qui vient. Mark Muller doit être cependant bien conscient que le potentiel urbain de la région des citernes de Vernier vaut bien celui du quartier Praille-Acacias-Vernets.»

Pour Stéphane Valente, il y a péril en la demeure. «J’ai été informé des résultats des différentes études dites « Carbura », puis « Urbaplan », le jugement du Tribunal fédéral (à propos de l'installation d'IKEA), ainsi que du rapport de votre service : le SEN (Service environnement des entreprises). Il apparaît clairement, selon ces études, dont seule celle du SEN a été rendue publique, que le site de stockage « Petrostock » situé à Blandonnet, pose de réels problèmes de sécurité.»

Dans sa lettre ouverte qu'il a adressée au Conseil d'Etat le 3 février et qu'il a envoyée au journal 20 Minutes mais pas à la Mairie de Vernier, Stéphane Valente déclare vouloir entamer une grève de la faim dès le 15 février.

Une décision qui heurte Yvan Rochat. «Stéphane Valente est un homme de valeur. Même si l'objectif est tout à fait louable, c'est un moyen extrême. On vit en démocratie et on travaille dans le respect des institutions. Jamais je n'approuverai une grève de la faim» (TDG)

Créé: 06.02.2012, 18h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

France: une amende de 3,7 milliards d'euros pour UBS
Plus...