Wikipedia recense les casseroles des élus genevois sur Internet

PolitiqueBien que non exhaustives, les informations publiées par les contributeurs sur Wikipedia n’épargnent pas les édiles genevois.

Photomontage L'encyclopédie Wikipedia recense les faits politiques et autres casseroles des édiles genevois.

Photomontage L'encyclopédie Wikipedia recense les faits politiques et autres casseroles des édiles genevois. Image: Laurent Guiraud/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Véritable mémoire numérique, l’encyclopédie collective Wikipédia consacre de nombreux articles aux personnalités qui font l’actualité. Bien que non exhaustives, les informations publiées par les contributeurs n’épargnent pas les édiles genevois. De la bagarre de Mark Muller aux infractions routières d’Eric Stauffer, petits florilèges des casseroles recensées sur la Toile.

Mark Muller: Appartement de 7 pièces à 1800 francs et bagarre

Au cœur de l’actualité après la bagarre qui l’a opposé à un barman du Moulin à Danse (MàD), Mark Muller n’est pas épargné dans l’article qui lui est consacré sur Wikipédia. Si sa carrière politique tient en trois lignes, les controverses dont il fait l’objet constituent l’essentiel de sa page. Outre le rappel de son appartement de 7 pièces pour un loyer de 2000 francs par mois, l’encyclopédie libre consacre un chapitre à l’esclandre qui a émaillé la nuit de Saint-Sylvestre du conseiller d’Etat.

Sandrine Salerno accusée de copinage

La fiche dédiée à Sandrine Salerno revient largement sur la nomination de Boris Drahusak qu’elle a recommandé au poste de directeur des ressources humaines de la Ville de Genève. En septembre 2010, la Cour des comptes recense deux cas relevant de favoritisme dans les recrutements en ville. A l’époque, la Cour des comptes, rappelle Wikipédia, a relevé que «des conditions particulièrement avantageuses ont été prévues contractuellement», notamment une indemnité de dix mois de salaire si le collaborateur était remercié. L’affaire, qui ébranle l’ensemble de l’Exécutif de la Ville, éclabousse particulièrement Sandrine Salerno, en charge des Ressources humaines. En épilogue, Boris Drahusak a renoncé de lui-même «à l’indemnité à laquelle le Statut du personnel lui donnait droit».

André Hediger: dizaines d'amendes annulées

Le conseiller administratif de la Ville de Genève est inculpé le 22 mai 2006 pour abus d’autorité dans le cadre d’une affaire de quelques dizaines d’amendes de stationnement annulées rappelle l’article dédié à André Hediger. L’élu communiste, qui utilisait sa voiture personnelle pour ses déplacements professionnels, a récolté une vingtaine d’amendes durant ses mandats politiques qu’il a fait annuler. En 2009, André Hediger est condamné par le Tribunal de police à 30 jours-amende. S’ensuit une saga judiciaire qui aboutit devant le Tribunal fédéral. Le 10 mai 2011, la plus haute instance judiciaire du pays désavoue l’ultime recours du communiste genevois. Une peine de 20 jours-amende avec sursis est confirmée.

Eric Stauffer: faillites, conduite sans permis et port d'arme au Grand Conseil

Champion toutes catégories des casseroles recensées sur Wikipédia, Eric Stauffer. L’article consacré au bouillonnant Genevois se distingue par l’exhaustivité des informations publiées. Le premier volet de la biographie s’attaque aux multiples faillites qui ont émaillé la carrière professionnelle du président du Mouvement citoyens genevois. Quatre banqueroutes y sont recensées. Et de rappeler la retentissante liquidation forcée par la Commission fédérale des banques de la société Investrades SA en 2003 pour activité illégale. Dans le cadre de la procédure pénale qui a suivi cette faillite, Wikipédia remémore aux internautes les 21 jours de détention préventive effectués par Eric Stauffer à Champ-Dollon, avant d'être blanchi par la justice, ce qu'omet de préciser l'encyclopédie. Les exploits testostéronés du seul politicien genevois à défendre Mark Muller dans l’affaire du Màd sont en revanche passés sous silence. Aucune ligne ne relate la bagarre qui l’a opposé au député Vert Roberto Broggini à la buvette du Grand Conseil le 11 février dernier. L’encyclopédie libre rappelle toutefois l’interpellation du président du MCG par la police genevoise en 2009 pour avoir conduit un scooter sous le coup d’un retrait de permis de conduire. Autre casserole portée au crédit d’Eric Stauffer, le rappel à l’ordre du président du Grand Conseil la même année pour avoir siégé armé d’un revolver à des séances de commissions du Parlement. (TDG)

Créé: 16.01.2012, 17h06

Galerie photo

Wikipedia

Wikipedia Les politiciens genevois ne sont pas épargnés par les contributeurs de Wikipédia

Articles en relation

Bagarre au MàD: plainte contre Mark Muller

scandale Le conseiller d’Etat libéral et un barman du MàD s’accusent mutuellement d’agression. L’affaire tombe mal pour le magistrat. Plus...

Altercation au MàD: Mark Muller s'excuse mais exclut de démissionner

scandale Le conseiller d’Etat PLR, qui reconnaît une « empoignade virile » avec un barman de la boîte de nuit, admet que son comportement était «inadéquat. Plus...

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...