Visite exclusive du Campus Biotech de Bertarelli

GenèvePatrick Aebischer et Jean-Dominique Vassali disent leur projets pour l’immense centre de recherche de Merck-Serono.

Photo d'archive. Le site de Sécheron va accueillir un immense centre de recherche.

Photo d'archive. Le site de Sécheron va accueillir un immense centre de recherche. Image: Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Fabuleux. Il fallait absolument sauver ce bâtiment. Et nous l’avons fait », s’exclame, extatique, Patrick Aebischer, président de l’EPFL, découvrant l’immense coupole transparente du bâtiment de Merck-Serono. Le site est rebaptisé Campus Biotech depuis l’annonce la semaine dernière de son rachat par Ernesto Bertarelli et Hans Wyss. Dans les semaines et mois à venir, des centaines de chercheurs de l’EPFL, de l’Université de Genève et d’ailleurs vont venir peupler ce Palais de verre high-tech implanté à Sécheron.

Jean-Dominique Vassalli, qui avec les représentants d’Ernesto Bertarelli, participe également à cet état des lieux ne cache pas ses ambitions. «Avec cette infrastructure et les moyens à disposition, nous régatons très clairement au niveau des meilleurs centres de recherche du monde». Les locaux sont impressionnants, l’atmosphère est euphorique.

Nous avons suivi les deux grands patrons de la recherche de l’Arc lémanique dans leur visite des laboratoires de Merck-Serono. L’occasion aussi de reconstituer avec eux les rebondissements d’une transaction immobilière qui a duré neuf mois. «Au début de l’année, on n’y croyait plus et on a arrêté de travailler pendant deux mois», explique l’homme qui était sur le front immobilier pour Ernesto Bertarelli. Au final, c’est pourtant l’industriel genevois qui avec son ami Hans Wyss a décroché la timbale. Du coup, après la grande déprime de l’annonce de la fermeture de Merck-Serono en avril 2012, Genève se retrouve à nouveau au centre de la Health Valley lémanique. Et Hans Wyss qui a injecté 100 millions pour la création d’un Institut à son nom, copie plus ou moins conforme du centre de recherche de renommée mondiale qu’il a créé à Boston, serait déjà prêt à remettre quelques moyens supplémentaires tandis qu’Ernesto Bertarelli installera quatre chaires au Campus Biotech de Genève dont deux récemment inaugurées à l’EPFL.

Comment le rachat fut-il possible, quels en furent les acteurs, comment ont-ils joué leur partition et comment vont-ils exploiter ensemble le formidable building de Sécheron ? Nous répondrons à ces questions et vous raconterons l’aventure qui a permis la création de Biocampus dans nos éditions print et numériques de vendredi.

En avant-goût, découvrez ici les interviews vidéo exclusives de Patrick Aebischer et Jean-Dominique Vassalli tournées sur l’ex-site de Merck et Serono.

Patrick Aebischer, président de l'EPFL

Jean-Dominique Vassalli, recteur de l'Université de Genève

(TDG)

Créé: 30.05.2013, 15h15

Articles en relation

Le projet Wyss-Bertarelli a été retenu par Merck

Sécheron Le dossier Campus Biotech, du consortium qui réunit messieurs Wyss et Bertarelli, l’EPFL et l’Université de Genève, rachètera le site de Merck Serono dans le quartier de Sécheron. Une année de suspense prend fin. Plus...

Les millions de Merck Serono ont créé moins de 50 emplois à Genève

Biotech Un an après la débâcle, seules sept start-up ont vu le jour grâce au fonds de soutien du groupe biopharmaceutique. Plus...

La biotechnologie de retour à Genève en 2013

Renaissance Créé sur les décombres de Merck Serono, le Geneva Biotech Center a déjà trouvé son directeur. Plus...

280 employés de Merck Serono toujours au chômage

Un an après Selon un décompte publié jeudi, sur 1250 employés licenciés le 24 avril 2012, 280 sont toujours au chômage. Quelque 77% des collaborateurs ont clarifié leur avenir professionnel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...