Vernier lance le premier Conseil des habitants

ParticipationLa deuxième ville du canton souhaite encourager la population à avoir plus d’impact sur la vie communale. Démarrage ce jeudi à la salle des fêtes des Avanchets.

Martin Staub, conseiller administratif verniolan

Martin Staub, conseiller administratif verniolan Image: Maurane Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La séance constitutive aura lieu, ce jeudi à 17 h 30, à la salle des fêtes des Avanchets: la Ville de Vernier va inaugurer son Conseil des habitants. «Une première suisse qui doit permettre à l’ensemble de la population verniolane de participer à la vie politique et de proposer des idées pour améliorer le sort de chacun», annonce avec une certaine fierté Martin Staub, qui s’apprête, de son côté, à endosser le costume de maire de Vernier, dès le 1er juin.

Transparence et proximité

Cet honneur, le nouveau conseiller administratif verniolan, élu en automne dernier, veut le vivre sous le signe de la transparence et de la proximité: «Nous traversons une crise de confiance envers les politiques. Le nouveau Conseil des habitants devrait pouvoir nous aider à rétablir cette confiance en allant à la rencontre des gens et en leur donnant la parole. Leur dire qu’à Vernier, la politique, ce sont eux!»

Sa commune ne l’a toutefois pas attendu pour développer pareil esprit participatif! Il existe déjà depuis le milieu des années 2000 sous la forme de Contrats de Quartier qui permettent aux habitants de développer des idées et d’organiser notamment des fêtes locales ou de mettre en place de projets d’aménagements publics afin d’améliorer le vivre-ensemble. La sauce a bien pris puisque pas moins de 315 projets ont été concrétisés depuis cette époque. Des évaluations ont montré que ces contrats contribuaient à renforcer le sentiment de citoyenneté et favorisaient le lien social ainsi que la solidarité.

Municipal en déplacement

Outre ce dispositif apprécié, le rendez-vous du maire, chaque premier samedi du mois, offre aussi une belle possibilité d’échange. «Entre 10 et 12 heures, passablement de gens viennent nous soumettre des demandes individuelles, indique Martin Staub. Leurs questions sont surtout liées à des problèmes de logement et d’emploi, à leurs difficultés à joindre les deux bouts.»

Autre exemple de volonté participative: le Municipal va se déplacer une fois par an dans un quartier. En septembre, cette assemblée extra-muros s’installera le temps d’une soirée dans l’école d’Aïre. «Nous essayons vraiment de faciliter les discussions avec les Verniolans, de leur donner envie de participer à la chose publique», motive le jeune élu socialiste.

Le tout nouveau Conseil des habitants, qui n’aurait pas pu voir le jour sans la collaboration du Bureau d’intégration des étrangers du canton de Genève, de la Confédération, de l’Université et de différents organismes partenaires, s’inscrit parfaitement dans cette dynamique. «C’est une manière simple de participer, de partager son expertise et son savoir-faire, d’être pris en compte et d’avoir un impact sur la politique communale», estime le futur maire.

Capter les sans-voix

L’occasion aussi de permettre aux sans-voix, avec l’aide de médiateurs et d’interprètes, d’avoir voix au chapitre. «Les personnes ayant migré certes, mais aussi tous ceux qui n’ont pas une place évidente dans la société, précise notre interlocuteur. Les allophones, les jeunes, les personnes à mobilité réduite, tous ceux qui restent loin de la parole, soit qu’ils n’osent pas ou n’en sentent pas l’intérêt. Nous devons tout faire pour les rapprocher de la chose publique et qu’ils finissent même à y prendre goût.»

Après plusieurs séances d’information durant le printemps, les personnes intéressées vont à présent se retrouver aux Avanchets pour choisir trois thèmes sur l’ensemble des propositions qui ont été faites. Vingt personnes seront ensuite plébiscitées par thème. «On essaiera de former des groupes en fonction de la diversité de la commune», note Martin Staub. Une commune qui compte 48% d’étrangers. Quantité d’entre eux ne disposent pas des huit ans de résidence nécessaires pour exercer le droit de vote au niveau communal.

Trop de participation?

Cet élan participatif souhaité par la commune est considéré comme un vecteur d’intégration et de cohésion sociale important. Martin Staub en est convaincu: «Ce n’est pas l’intégration qui mène automatiquement à la participation. On s’intègre en participant. On prend ainsi confiance, on s’affirme et on améliore son quotidien en connaissant les rouages de la vie communale.» Une certitude qui incite même le magistrat à vouloir instaurer un nouvel échelon, soit des séances d’information ponctuelles dans les différents quartiers avec le Conseil administratif in corpore.

Mais les Verniolans ne vont-ils pas finir par se perdre avec tous ces outils participatifs? «La démocratie se nourrit de telles rencontres», tranche Martin Staub. Première réponse dans deux ans: le projet d’intégration pilote du Conseil des habitants sera alors évalué.

(TDG)

Créé: 23.05.2019, 08h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...