Vernier et Unia limitent le travail temporaire à 10% sur les chantiers

Construction «Nous nous engageons à ce que nos chantiers soient exemplaires», promet le maire de Vernier, Yvan Rochat.

De gauche à droite, Pierre Ronget, Yves Mugny, Yvan Rochat et Thierry Apothéloz.

De gauche à droite, Pierre Ronget, Yves Mugny, Yvan Rochat et Thierry Apothéloz. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Ville de Vernier a scellé ce lundi, devant la presse, un contrat historique avec le syndicat Unia pour lutter contre la sous-enchère salariale sur les chantiers. «Nous nous engageons à ce que nos chantiers soient exemplaires», promet le maire de Vernier et candidat Vert au Conseil d’État, Yvan Rochat. Résultat: les entreprises dont l’effectif est supérieur à 20 employés fixes (ou équivalents plein-temps) et qui interviennent sur les chantiers de la Ville de Vernier ne pourront dorénavant en principe pas recourir à un taux de travailleurs temporaires supérieur à 10% de leurs employés présents sur le chantier. Cette décision fait suite à la résolution R 295 adoptée par le Conseil municipal verniolan le 19 décembre, visant justement à limiter le recours à cette catégorie d’ouvriers.

«Un moment clé! C’est la première fois qu’une commune s’engage à pratiquer cette limitation», se réjouit Yves Mugny, responsable du secteur bâtiment pour Unia Genève. Le syndicat lutte sans compter contre la précarisation des travailleurs sur les chantiers, dont l’explosion du travail temporaire est la plus récente incarnation. La Ville de Genève songe, elle aussi, à contenir cette problématique: en octobre, son Conseil municipal a ainsi voté une résolution exigeant de fixer une même limite de 10% d’intérimaires comme condition à l’adjudication d’un chantier.

Traquer les abus

Cette forte volonté de traquer les abus, manifestée par la présence du Conseil administratif in corpore, provient notamment de la bonne santé de la construction locale, comme l’a rappelé Yvan Rochat: «En quelques années, nous sommes passés de 20 millions à 40 millions d’investissements. Et ce n’est pas fini, avec nos immeubles vieillissants des années soixante et avec le futur quartier de l’Étang. Face à un tel dynamisme, nous devons être encore plus attentifs à d’éventuels abus. Le protocole permet de renforcer les contrôles et d’agir plus efficacement en cas d’infraction.» «Nous ne pouvons pas laisser des ouvriers de plus de 50 ans sur le carreau, estime de son côté son collègue PLR Pierre Ronget. Il en va de l’éthique de notre action!» Troisième magistrat verniolan et candidat PS au Conseil d’État, Thierry Apothéloz vante, lui, «cette nouvelle innovation… comme marque de fabrique verniolane».

D’autres petits…

Avec cette nouveauté, Unia devrait en tout temps pouvoir se rendre sur les chantiers visés par cet accord pour s’assurer de son respect. En cas de violation par une entreprise, celle-ci sera mise en demeure par la Ville de Vernier de se mettre immédiatement en conformité. Risques encourus? «Pénalités et exclusions de chantiers», répond Yvan Rochat. «Nous espérons que cet accord fera d’autres petits, ambitionne Yves Mugny. Et pas seulement dans le secteur public, mais dans l’ensemble de la construction à Genève.» Car le recours à l’intérim «prive le plus souvent les employés temporaires de nombreux droits acquis par les travailleurs de la branche concernée, tels que la retraite à 60 ans, les protections en cas d’intempéries, la validation de l’ancienneté ou du niveau de qualification, les indemnités spécifiques aux entreprises, la protection d’un plan social», conclut le syndicaliste. (TDG)

Créé: 12.03.2018, 20h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...