Une nouvelle association vient chambouler le secteur des EMS genevois

Personnes âgéesSix établissements médico-sociaux, sur les 51 recensés dans le canton, ont décidé de se distancer de la Fédération genevoise des EMS.

Dernier EMS construit à Genève. Rue Liotard 78. Prise en charge des seniors. © Olivier Vogelsang

Dernier EMS construit à Genève. Rue Liotard 78. Prise en charge des seniors. © Olivier Vogelsang Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ça bouge dans le secteur des EMS! Six établissements médico-sociaux, sur les 51 recensés dans le canton, ont décidé de se distancer de la Fédération genevoise des EMS (Fegems), en créant une nouvelle association. L’Agems (Association genevoise des EMS) fédère dorénavant «les établissements de Val Fleuri, la Méridienne, la Poterie, les Arénières, ainsi que les deux EMS de Notre-Dame». Soit près de 500 lits au total.

«Nous ne sommes pas contre la Fegems, mais nous souhaitons offrir une alternative. Nous voulons une vision plus patronale et une meilleure mutualisation des moyens pour promouvoir et défendre les intérêts de nos membres», explique Julien Tron, président de l’Agems. Des motifs qui ne convainquent pas Laurent Beausoleil, directeur des établissements médico-sociaux de Lancy, membres de la Fegems: «Personnellement, je déplore cette nouvelle association qui apportera division et confusion. Cela d’autant plus qu’avec les défis qui nous attendent, il est important que l’on reste unis pour la défense des intérêts du secteur et solidaires dans l’accomplissement de nos missions au service de la personne âgée. J’espère qu’ils renonceront et finiront par nous rejoindre.»

Cela n’en prend pas le chemin, à entendre Julien Tron: «Nous n’avons pas pour ambition de couler la Fegems; nous désirons au contraire collaborer avec elle, tout en amenant une certaine diversité au secteur. A chaque établissement de faire ensuite son propre choix.»

Oui, mais encore? «Il faudra être plus combatif à l’avenir alors que l’aide de l’Etat diminue toujours plus et que les coûts eux continuent à augmenter.» Cela n’atténue pas la perplexité de Laurent Beausoleil: «Ce qui est regrettable dans cette affaire, c’est qu’à chaque fois que l’on renouvelle le comité de la Fegems ou une commission, à aucun moment ces établissements ne se portent candidats pour tel ou tel poste.»

Aujourd’hui, la Fegems, qui représente 90% des lits d’EMS, veille notamment aux bonnes pratiques, assure un service juridique, et représente le secteur avec les partenaires (Ortra santé-social, Heds, HUG, imad...) pour la formation. La Fegems est aussi le partenaire des syndicats (commission paritaire) pour garantir le respect de la convention collective de travail du secteur. Porte-parole de la Fegems, Armelle Colangelo observe sereinement l’arrivée de la nouvelle association: «Il y a toujours eu des membres moins convaincus et il existe déjà plusieurs organismes faîtiers dans d’autres cantons. Attendons de voir comment va se positionner l’Agems.»

Un acteur du secteur, préférant rester anonyme, redoute toutefois un manque d’unité qui va compliquer la tâche de l’Etat: «Les autorités doivent s’en prendre à elles-mêmes, car cette situation résulte de l’attitude de Messieurs Unger et Longchamp. A l’époque, ils ont négligé la Fegems et finalement laissé entendre qu’une fédération était inutile. Diviser pour mieux régner… en résumé.» (TDG)

Créé: 06.02.2015, 18h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...