Une militante antispéciste pose un lapin à la justice genevoise

ProcèsPoursuivie par le Cirque Knie, une Lyonnaise s’oppose à sa condamnation. Attendue mardi au Tribunal, elle n’a pas donné signe de vie.

En 2016, trois militants ont pénétré dans les écuries du Cirque Knie afin de photographier les bêtes et dénoncer de prétendus mauvais traitements. Pour le Ministère public, les images publiées ne montrent aucune négligence, «au contraire».

En 2016, trois militants ont pénétré dans les écuries du Cirque Knie afin de photographier les bêtes et dénoncer de prétendus mauvais traitements. Pour le Ministère public, les images publiées ne montrent aucune négligence, «au contraire». Image: Sébastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est l’une de ces affaires symboliques dont les peines se révèlent dérisoires. L’affrontement entre le Cirque Knie et une militante antispéciste devait se terminer mardi au Tribunal de police, mais la prévenue, une jeune Française de 21 ans, n’a pas répondu à sa convocation. Pourtant, elle s’est opposée par écrit à l’ordonnance pénale rendue par le Parquet genevois il y a quelques mois.

À vrai dire, aucune des deux parties n’a jugé nécessaire de se déplacer pour une affaire qui date de plus de deux ans. Elle s’inscrit dans le prolongement de la marche contre le spécisme tenue en août 2016 à Genève. Ce jour-là, environ 700 manifestants protestent contre l’exploitation animale. Le journaliste français Aymeric Carron scande que «l’antispécisme est le nouvel humanisme» et les militants se couchent sur le pont des Bergues recouverts de filets pour un hommage aux poissons morts.

Pancartes de Knie souillées

Dans cette foule, trois jeunes militants lyonnais découvrent Genève, sa plaine de Plainpalais et le Cirque Knie. Quand ils pénètrent par effraction dans les écuries du zoo, ils filment et photographient les bêtes, puis ils partagent les images sur les réseaux sociaux en dénonçant les traitements qui leur seraient infligés. Sur place, ils souillent également les pancartes de leurs slogans: «Stop à l’exploitation», «Le cirque tue»…

La plainte du cirque est vite déposée. Fredy Knie, son patron, était trop occupé mardi pour se rendre à Genève, mais il dit sa détermination au téléphone. «Il est inacceptable de nous accuser de maltraitance. Chez nous, tout est ouvert et nous travaillons avec les services vétérinaires. Chacun peut entrer voir les animaux et se faire son opinion.»

Ce qui a fait bondir Fredy Knie, ce sont les textes postés sur les réseaux sociaux selon lesquels les animaux «étaient complètement déshydratés, laissés sans eau à leur disposition (…) certains étaient prostrés, le regard vide». Pour ces faits, la militante et deux comparses ont été condamnés à des peines pécuniaires par voie d’ordonnance pénale. Infractions retenues: dommage à la propriété d’importance mineure, diffamation et violation de domicile.

Si deux membres du trio n’ont pas contesté la décision du Parquet, la troisième a pris la plume pour faire opposition. C’est pourquoi elle était convoquée par une juge du Tribunal de police.

Réaction romande

À en croire l’ordonnance pénale, le Ministère public lui laisse peu de chances d’acquittement. «La prévenue est parfaitement libre de son opinion concernant les cirques ou le spécisme et elle est libre de la partager, écrit la procureure Alexandra Sigrist. Cela ne l’autorise toutefois pas à porter atteinte aux intérêts d’autrui. Par ailleurs, les photographies qu’elle a publiées à l’appui de ses propos n’illustrent aucunement des chevaux souffrant de négligences ou de mauvais traitements, au contraire.»

Contactée, la prévenue n’a pas répondu à nos sollicitations. Sur la question pénale, elle bénéficie d’un maigre répit puisque le Tribunal de police est appelé à juger par défaut. En d’autres termes, il prendra une décision et lui notifiera son verdict.

Du côté de l’association Pour l’égalité animale (PEA), organisatrice de la marche contre le spécisme de 2016, les responsables ne s’associent pas aux actions du trio français. D’autant que les auteurs ne font pas partie de l’association romande. «Il y a beaucoup de gens qui viennent de Lyon ou Paris à chacune de nos manifestations», rappelle Pia Shazar, sa présidente.

Dès lors, elle ne compte pas s’exprimer sur les attaques contre le Cirque Knie. «Plutôt que de commenter la légitimité de telle ou telle action, il faut déplacer le débat sur les traitements qui sont infligés aux animaux», estime-t-elle.

Créé: 21.11.2018, 07h15

Articles en relation

Une action antispéciste coordonnée dans trois pays

Vandalisme Des militants revendiquent la destruction d'installations de chasse en Suisse, en France et en Belgique. Plus...

La défense des animaux réunit moins de monde que prévu à Genève

Journée mondiale Un peu partout sur la planète, on a marché ce samedi pour la fin du spécisme. Ils étaient 300 à se rendre de la cathédrale au parc des Cropettes, en évitant les boucheries du centre-ville. Plus...

Pourquoi les casseurs épargnent le halal

Boucheries caillassées Des antispécistes justifient les récents caillassages, tandis qu’un végane et un professeur critiquent la logique du mouvement. Plus...

«Nous ressentons une urgence et une obligation morale d'agir»

Antispécisme Le Matin Dimanche Rencontre avec une personne qui a pris part aux récents caillassages de boucheries et de restaurants servant de la viande qui se sont produits en Suisse romande. Plus...

Boucheries caillassées par les commandos «antispécistes»

Genève Trois boucheries de la place ont été vandalisées à coups de jets de pierres, entre vendredi et dimanche. Les dégâts sont importants, les auteurs courent toujours. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...