Un vandale a été interpellé mais les attaques continuent

GenèveUne douzaine de bouchers, vendeurs de viande et un fourreur ont été touchés depuis la fin de février. Nouvelle attaque vendredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Grande Boucherie du Molard a été vandalisée une deuxième fois en moins de trente jours. Ses vitrines ont été détruites, dans la nuit de jeudi à vendredi, par des jets de pierres. Six cailloux ont été retrouvés sur place et saisis par la police scientifique. Et un suspect a été interpellé.

Cette fois, contrairement à la première attaque qui avait été accompagnée d'autocollants, le forfait n'est pas signé. Mais il ne fait guère de doute aux yeux de son directeur, Serge Belime, qu'il s'agit à nouveau du groupe qui se revendique «antispéciste» et qui s'en prend depuis plusieurs mois aux bouchers, vendeurs de viande et un fourreur de la place.

Le 13 avril, suite à la première casse, Serge Belime disait comprendre «qu'on puisse avoir ce type de convictions, mais il faut aussi respecter les autres». Son discours n'a pas changé. «Je suis prêt à débattre avec ces gens, même si on n'a pas les mêmes convictions», dit celui qui désormais hésite à changer ses vitrines immédiatement, comme il y a un mois. «Je demande aussi à la police qu'elle prenne les mesures, humaines ou techniques, pour protéger mon commerce.»

Plainte en justice

La Tribune de Genève a appris que plusieurs autres commerces lésés par des antispécistes - on ne sait pas s’il s’agit des mêmes les mêmes personnes - ont pu filmer leurs forfaits. Dans la nuit du 23 février par exemple, les caméras de surveillance de trois établissements différents (quatre restaurants, le magasin Noël Fourrures SA et le hall de la gare Cornavin ont été pris pour cible cette nuit-là) ont permis de démasquer un homme de 26 ans dont le nom est connu de la rédaction. Les six commerces ayant porté plainte, l'homme a été interrogé par la police le 21 mars. Mais il n'a pas souhaité répondre aux questions et il a été libéré.

L'homme, qui se déclare célibataire et sans emploi, a déjà été condamné à quatre reprises entre 2010 et 2011 par le Ministère public genevois pour vols, dommages à la propriété et violation de domicile notamment, selon son casier judiciaire.

Sur les vidéos, il apparaît aux côtés de trois autres personnes, dont une femme. S'agit-il des mêmes personnes qui se sont adressées vendredi à 20 Minutes? On ne le sait pas. Dans le quotidien gratuit, une ou des personnes, qui se disent «indignées par le sort des animaux», annoncent que d'autres actes de sabotage suivront. Anonymement.

Antispéciste démasqué

L'audition du jeune homme semble avoir donné un élan supplémentaire au mouvement. Depuis, le 21 mars, huit actes de vandalisme auprès de commerçants ont été reportés dans les médias, dont cinq ce mois. Contacté, le Ministère public genevois ne souhaite pas faire de commentaires.

Un kebab a été victime des antispécistes à la fin février.

La société patronale des bouchers charcutiers de Genève a envoyé un courrier au conseiller d'État en charge de la sécurité, Pierre Maudet, pour l'inciter à traiter ce dossier en priorité. Une autre association patronale, la NODE, qui compte de nombreux membres parmi les petits commerçants, doit envoyer en début de semaine prochaine une lettre au même ministre ainsi qu'à Olivier Jornot, le procureur général, dans la même optique.

Spécisme et écologie

Plusieurs commerçants touchés estiment que les militants - certains y voient plutôt des voyous - se trompent de cible. Serge Belime dit ne travailler qu'avec des abattoirs qui respectent les normes les plus sévères. Daniel Rizzato, administrateur de Noël Fourrures, relève pour sa part qu'à l'heure des déchets plastiques jetables qui s'accumulent dans les océans, les manteaux de fourrure que ses clients portent régulièrement pendant une cinquantaine d'années sont particulièrement écologiques.

Devant leur impuissance, les commerçants peuvent-ils mettre des caméras de surveillance donnant sur l’espace public? En principe non, selon le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence qui dans son règlement indique que ni les biens-fonds voisins d’un particulier ni l’espace public ne doivent y être compris. La terrasse d’un restaurant, par contre, peut être surveillée. La police indique de son côté avoir dépêché des patrouilles préventives circulant de nuit dans les alentours des commerces susceptibles d’être attaqués. (TDG)

Créé: 11.05.2018, 14h14

Quatre dates clés

11 mai La Boucherie du Molard est touchée pour la deuxième fois et «20 minutes» recueille un témoignage d’une ou de plusieurs personnes à l’origine des actes de vandalisme. «Nous saboterons tous les lieux symboles du spécisme», car leur «disparition» est souhaitée, disent les militants. Leur objectif, soulignent-ils, est de créer «des dommages économiques aux commerces qui font du profit sur la mort d’individus qui voulaient vivre, dans le but que ces lieux ferment». Ils disent n’avoir aucun lien avec les organisations antispécistes reconnues et annoncent que d’autres actes de sabotage «peuvent avoir lieu n’importe où, n’importe quand».

4 mai À Lancy, la Boucherie des Palettes et une charcuterie aux Communes-Réunies se réveillent avec des devantures vitrées caillassées. Avec cinq vitrines brisées, Francis Merle, patron de la Boucherie des Palettes, dépose une plainte et évalue le montant des dégâts à environ 20'000 francs. Le 3 mai, le McDonald’s de la Servette est touché, son tenant se luxe l’épaule en tentant de réparer les dégâts. Le 2 mai, la boucherie Faure-Malan, aux Eaux-Vives, est attaquée. Des autocollants revendiquent l’acte. Les antispécistes disent dénoncer la supériorité de l’homme sur les autres espèces.

13 avril La vitrine d’un commerce phare du canton – la Grande Boucherie du Molard – vole en éclats, ce qui suscite une forte couverture médiatique. Son patron porte plainte contre inconnu. Le lendemain, au tour de la Boucherie de Champel d’être caillassée. Deux pierres touchent les présentoirs réfrigérés à l’intérieur et une troisième laisse un impact contre la porte d’un frigidaire. Le 15 avril, nouvelle casse dans le quartier des Grottes. Le boucher Éric Muller est visé. Le responsable de cette enseigne réputée porte plainte au poste de Cornavin.

23 février Dans la nuit – toutes les attaques auront eu lieu tard en soirée – six commerçants sont la cible d’un groupe de tagueurs munis de sprays noirs. «Spécisme», «assassins», «meurtriers», écrivent-ils sur des vitrines, des panneaux et des murs. Le hall de la gare Cornavin est touché, les dommages y sont estimés à 1200 francs. Un autre commerçant indique que son assurance ne prend pas en charge les graffitis; il devra débourser 1500 francs. Les commerçants portent plainte auprès du Ministère public genevois. Un antispéciste démasqué sera interrogé par la police. R.ET.

Articles en relation

À Lancy, deux boucheries caillassées à leur tour

Genève Les antispécistes continuent leurs raids nocturnes. Au total, six commerces vandalisés. Plus...

La boucherie des Eaux-Vives à son tour caillassée

Genève Les antispécistes poursuivent leurs opérations en ville. Le boucher: «Nous sommes des artisans, ils se trompent de cible.» Plus...

Boucheries caillassées par les commandos «antispécistes»

Genève Trois boucheries de la place ont été vandalisées à coups de jets de pierres, entre vendredi et dimanche. Les dégâts sont importants, les auteurs courent toujours. Plus...

La boucherie du Molard attaquée par des antispécistes

Genève Dans la nuit de jeudi à vendredi, les vitres du commerce ont été brisées par des jets de pierres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.