Un toboggan à gravats sillonne Meyrin et Vernier

ChantierLe chantier du dépôt TPG d’En Chardon évacuera ses déblais sans camion.

D’En Chardon à la gravière d’Epeisses, la bande convoyeuse, vue ici de la route du Nant-d’Avril, parcourt 1,6 km.

D’En Chardon à la gravière d’Epeisses, la bande convoyeuse, vue ici de la route du Nant-d’Avril, parcourt 1,6 km. Image: Steeve Iuncker Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ballet des camions s’apaisera dès le 18 septembre autour du chantier d’En Chardon, bordant la route de Meyrin à la hauteur de la piste de l’aéroport. Les Transports publics genevois (TPG) l’ont annoncé lundi: ils mettent la dernière main à la construction d’une bande convoyeuse de 1,6 kilomètre, menant à la gravière d’Epeisses, dans la zone industrielle de Meyrin-Satigny (Zimeysa), où les gravats du chantier seront «triés et revalorisés», indique la régie.

Mis à part un tronçon enterré de 90 mètres sous les voies CFF à proximité du chantier, la structure est pour la plus grande partie aérienne, se juchant sur des pylônes pouvant atteindre 8 mètres de hauteur qui surplombent les artères de cet industrieux secteur en lisière des communes de Vernier et Meyrin. C’est par traction électrique que les déchets seront évacués. Cela représente «une économie de 30'000 voyages par camions et affiche un bilan carbone trois fois inférieur à ce qu’il serait si l’évacuation était faite par route», précisent les TPG.

Des gravats, il y en a à En Chardon. Le site du futur dépôt et centre de maintenance des TPG a été choisi non seulement parce qu’il jouxte le réseau de tramway, mais aussi parce qu’il permettait d’exploiter une parcelle inhospitalière, située dans l’axe de la piste d’atterrissage dont elle est très proche. Impossible d’y bâtir en hauteur sans chatouiller le ventre des avions. Du coup, on creuse: près de 485'000 mètres cubes de terre à extraire au total, dont 160'000 ont déjà été évacués par voie routière. Les TPG n’ont en effet reçu qu’en février l’autorisation complémentaire relative à la bande convoyeuse qui n’était pas prévue initialement. Son coût est de 6 millions de francs.

«Elle permet de réduire les émissions carboniques, d’éviter de charger la circulation routière, d’épargner des nuisances aux riverains, mais elle est aussi moins chère que l’évacuation par camions, assure Pascal Ganty, membre de la direction des TPG. Et cela reste plus économique même à ce stade du chantier où une partie des gravats a déjà été évacuée par la route.»

En Chardon comportera deux niveaux de dépôt. De plain-pied, on logera 70 trams et on absorbera ainsi l’extension du réseau prévue ces prochaines années (vers Bernex et Saint-Julien). En sous-sol, on fera dormir 130 autobus, ce qui permettra de libérer l’extrémité de la pointe de la Jonction. Un rez supérieur avec des locaux administratifs et un stationnement pour le personnel s’abritera sous une toiture partiellement végétalisée ou couverte de panneaux solaires. D’un coût total de 330 millions, l’infrastructure doit entrer en service au début de 2019. (TDG)

Créé: 17.08.2015, 18h36

Sondage

Six millions de francs pour évacuer des gravats d'un chantier, cela vous semble...

... justifié; l'écologie doit primer

 
40.2%

... exagéré; les TPG doivent avoir d'autres priorités

 
59.8%

995 votes au total


Articles en relation

Les TPG dépensent 6 millions pour évacuer des gravats

En Chardon Un convoyeur de 1,6 kilomètre va permettre d'économiser le va-et-vient de 30'000 camions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...