Un soutien unanime se dessine pour rénover enfin l’Uni Bastions

Grand ConseilLa commission des travaux a voté un crédit de 92,5 millions pour rénover et équiper le bâtiment.

Les couloirs de l'Uni Bastions

Les couloirs de l'Uni Bastions Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est peu dire que l’Uni Bastions, cœur historique de l’Université de Genève, est en mauvais état: «Infiltrations d’eau, courants d’air au travers des fenêtres, inconfort thermique accentué en hiver et en été, des revêtements intérieurs, des portes, des murs, installations sanitaires dans un état de dégradation avancé et des locaux sous la toiture inutilisables», énumère pour la Commission des travaux du Grand Conseil l’architecte chargé du projet de rénovation. Aujourd’hui, les bâtiments construits entre 1868 et 1873 abritent la Faculté des lettres et celle de théologie. Si leur état est attristant, l’atmosphère y est aussi délicieusement lugubre, en particulier lorsque la nuit tombe sur les locaux désertés par les étudiants.

En 2009, une première rénovation avait débuté, puis capoté «faute de budget». Cette fois sera probablement la bonne. La preuve, un projet de loi débloquant 88,3 millions pour la rénovation et 4,2 pour l’équipement a été accepté à l’unanimité par la Commission des travaux du Grand Conseil. L’objet bénéficie du coup d’un traitement accéléré et ne devrait pas susciter de débats. Il sera traité fin janvier et devrait passer comme une lettre à la poste. Rédigé par le député UDC Christo Ivanov fin novembre, le rapport de majorité détaille les travaux. Ils auront un impact majeur sur les Facultés concernées et leurs étudiants, puisqu’ils impliquent notamment le déplacement de 2100 personnes à Batelle, qui abrite plusieurs déjà plusieurs facultés. Le projet se déroulera en plusieurs étapes. On commencera par l’aile Jura. L’enveloppe du bâtiment sera revue pour améliorer les performances énergétiques. Une économie de 24% est prévue. Les polluants restants seront enlevés, les locaux remaniés. Une nouvelle bibliothèque des Lettres et de Théologie sera enfin créée. Elle remplacera les douze sites actuellement répartis ici ou là. Si tout commence en 2018, les travaux sur l’aile Jura se termineront en 2022. À cette date, c’est le bâtiment central qui passera à la casserole jusqu’en 2026… C’est long? Oui, mais la rénovation de l’ancienne Ecole de chimie, au boulevard des Philosophes a bien duré onze ans. Le bâtiment central de l’Université (Uni Bastions) étant classé, il nécessitera donc une rénovation prudente, d’autant qu’il comporte un certain nombre d’œuvres artistiques, comme les vitraux d’Alexandre Cingria, frère du grand écrivain Charles-Albert Cingria. Il est plus connu des Genevois pour ses mosaïques sur l’Histoire de Genève qui se trouvent «aux canons», à l’ancien arsenal.

(TDG)

Créé: 28.12.2017, 16h39

Articles en relation

Il faudra de sept à huit ans pour rénover Uni Bastions

Bâtiments La restauration complète de l’aile Jura et du bâtiment central doit démarrer l’année prochaine. Plus...

L’Etat accorde un million à Uni Bastions

UNIGE Au total, deux millions ont été libérés pour les bâtiments de l’Université de Genève. En compensation, les frais d’équipement seront réduits d’autant. Plus...

Etudiants et profs se plaignent de bâtiments délabrés

Uni Bastions L’Etat dit tenir compte des critiques, mais aucune rénovation d'importance n'est prévue, faute d'argent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...