Le nouveau siège de Lombard Odier sera transparent

ArchitectureLe cabinet bâlois Herzog & de Meuron a dévoilé les plans du bâtiment qu'il réalisera à Bellevue. «La banque n'est plus un bunker de pierre.»

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Genève aura son Herzog & de Meuron. Un bâtiment de huit étages, fait de dalles superposées et de colonnes formant des façades courbes et transparentes. Une banque «transparente», oui, s’élèvera sur une parcelle de Bellevue face au lac en 2021. Lombard Odier pourra y accueillir à terme jusqu’à 2600 postes de travail, elle qui en compte 1950 à l’heure actuelle. «C’est davantage l’opportunité de rassembler les équipes sur un site exceptionnel qu’une volonté de quitter le centre-ville», assure Patrick Odier, associé-gérant senior de la banque genevoise.

La présentation du projet avait lieu lundi sur la rive d’en face, à la Nautique. Quelques jours après l’annonce de l’attribution du projet au célèbre bureau d’architectes bâlois (huit bureaux prestigieux y ont participé), l’image du bâtiment se faisait attendre. Après s’être mondialement illustré en construisant le stade «Nid d’oiseau» pour les Jeux olympiques de Pékin en 2008, la Philharmonie de l’Elbe à Hambourg ou le musée Tates Modern de Londres, comment le bureau des deux architectes bâlois allait-il investir la parcelle de Bellevue?

Prix tenu secret

Dévoilant une maquette de verre, Pierre de Meuron insiste sur la transparence. «La banque du XXIe siècle n’est plus un bunker de pierre servant à cacher un trésor», dit-il. L’architecture est synthétisée ici en trois mots: «Blanche, claire et invitante.» L’ensemble semble dessiné à la main, où chaque dalle se superpose mais ne se ressemble pas. L’usage du porte-à-faux multiplie les terrasses, en décalage les unes des autres. Quant au vitrage, en retrait par rapport aux colonnes blanches, il confère à l’ensemble la transparence recherchée. Une vue aérienne laisse apparaître une fente qui délimite les espaces.

Si les architectes insistent sur le fait qu’il n’y a «ni avant ni arrière», les pièces orientées vers le sud sont dévolues à la direction et aux traditionnels salons accueillant la clientèle. Entre eux, des espaces communs offrent une vue privilégiée sur le lac aux collaborateurs dont les places de travail sont disséminées côté Jura. Enfin, au niveau du sol, le siège de la banque abritera un auditoire structuré par une dalle galbée opérant un virage à 180 degrés.

À l’heure des questions, ni la banque ni les architectes ne révèlent le prix de l’ouvrage. «Nous avons les ressources disponibles sans entamer le capital», se limite à affirmer de manière laconique Patrick Odier. Le début des travaux est attendu pour 2019, avant une mise en service deux ans plus tard. «Le calendrier est très sportif», reconnaît Pierre de Meuron.

Développement excentré

Signe que le projet s’entoure d’une grande effervescence, les représentants politiques, les milieux de la construction et les médias se sont pressés à la présentation des plans. La raison ne tient pas seulement à ces deux grands noms de l’architecture, qui, pour la première fois, réalisent un ouvrage à Genève. Avec l’arrivée de Lombard Odier à Bellevue, un nouveau centre d’activités prend forme.

Excentré, il s’explique par sa proximité avec la bretelle d’autoroute, l’aéroport et la voie ferrée. Non loin, l’arrêt Tuileries s’attend à profiter du Léman Express et de sa cadence au quart d’heure entre Coppet et Lancy-Pont-Rouge (à partir de juin 2018). Un P+R devrait également s’élever dans le périmètre. Qui sait quels seront les modes de déplacement en 2021, mais un nouveau port est également en gestation. «L’enjeu sera d’accueillir ces nouvelles activités dans les meilleures conditions. Pour cela, il s’agira de créer les infrastructures nécessaires en termes de mobilité mais aussi d’augmenter les places d’accueil en crèche», énumère le maire de Bellevue, Bernard Taschini. Car les 5,2 hectares de la parcelle du Champ-du-Château n’accueilleront pas seulement la banque Lombard Odier, mais également des logements.

Le tout s’intègre dans un plan localisé de quartier formant un îlot carré, ouvert sur le lac. Au final, la Commune de Bellevue pourrait voir ses rentrées fiscales augmenter de manière conséquente. «Il y a encore beaucoup d’inconnues, temporise Bernard Taschini. D’ici là, l’imposition sur le lieu de domicile pourrait remplacer l’imposition sur le lieu de travail et la réforme de la fiscalité des entreprises devrait entrer en vigueur.»

«Réelle émulation» genevoise

Lundi, les questions d’argent sont donc restées sans réponse. Au lieu de cela, le projet architectural était unanimement salué. «Les lignes sont sobres, élégantes et claires», relève le conseiller d’État chargé de l’Aménagement, Antonio Hodgers, en félicitant la banque pour sa démarche. À savoir l’organisation d’un concours d’architecture, une pratique émanant du secteur public.

Au moment de l’annonce du lauréat, l’architecte cantonal, Francesco Della Casa, avait à son tour exprimé son enthousiasme. Alors que la Cité de la musique – projet attribué au duo formé du Genevois Pierre-Alain Dupraz et du Lisboète Gonçalo Byrne — fera prendre à Genève une nouvelle dimension culturelle, la banque pensée par Herzog & de Meuron réveille l’intérêt pour les bâtiments de Genève. Francesco Della Casa confirme: «Il y a une réelle émulation.»

(TDG)

Créé: 27.11.2017, 14h33

À Genève, un peu de stars, mais pas trop

Genève entretient un rapport ambigu avec les stars de l’architecture, cénacle auquel appartiennent sans conteste les Bâlois Herzog & de Meuron. Dernier exemple en date: la Cité de la musique, à la place des Nations. Parce que ses promoteurs annonçaient un projet «marquant», «symbole pour la ville», on s’attendait à une de ces grandes envolées formelles dont sont friands les magazines d’aéroport. Et puis non. C’est un Genevois qui a gagné la mise, Pierre-Alain Dupraz, dont les travaux sont empreints de retenue.
Genève n’a pas boudé pour autant les grands noms de la profession. On peut citer Le Corbusier et son immeuble Clarté, Mario Botta et sa banque du 30, avenue de Frontenex, Jean Tschumi et l’OMS ou encore le bureau SOM, le grand spécialiste américain des gratte-ciel, pour le siège de Japan Tobacco à Sécheron. Jean Nouvel, lui, a réalisé les gares du CEVA mais son projet d’extension du Musée d’art et d’histoire a été recalé.
Certes incomplète, cette liste n’est pas bien longue. Faut-il s’en étonner? Pas vraiment. Genève n’est ni Londres ni Dubaï, et sa collection n’a pas à rougir face à celle de Zurich ou de Bâle. On a coutume de dire que l’esprit protestant s’accorde mal de l’architecture ostentatoire parfois proposée par les stars de la discipline. Il y a d’autres raisons. «L’architecture iconique se voit comme un ornement de la ville, relève l’architecte genevois Tarramo Broenimann. Mais à Genève, c’est surtout le paysage qui tient ce rôle. Cet écrin pousse sans doute à la modestie.»
L’architecte cantonal Francesco Della Casa souligne pour sa part le très bon niveau de la génération actuelle de ses confrères genevois, après un «trou» à la fin du siècle dernier. «Des architectes comme Charles Pictet ou Lacroix-Chessex ont récemment gagné des concours à Paris. Et l’ingénieur Gabriele Guscetti et son bureau Ingeni ont acquis une renommée mondiale. Les Genevois dénigrent parfois leurs architectes, pourtant nous jouons en Champions League.» C.B.

Articles en relation

Herzog et de Meuron va bâtir le nouveau siège de Lombard Odier

Architecture Le prestigieux cabinet bâlois remporte le concours d’architecture et réalisera le bâtiment de Bellevue. Les plans seront dévoilés lundi. Plus...

Lombard Odier va se déployer à Bellevue

Entreprises et urbanisme La banque privée quitte son site historique de la Corraterie pour construire un nouveau siège sur la rive droite. Entre rail, route, lac et aéroport. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Notes de frais: l'armée suisse aussi!...
Plus...