Un pêcheur genevois sort un silure de 1,30 mètres du lac

AnièresCes monstres des rivières hantent le lac mais, à Genève, aucun pêcheur n’en avait pris dans ses filets

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand il a levé son filet à brochets au large d’Anières, Romain Gindre a eu une belle surprise: entre deux brèmes et quatre tanches, un silure déjà imposant s’était laissé prendre. 1,30 mètre pour 12 kilos, c’est encore un bien jeune animal, ces poissons pouvant atteindre 2,20 mètres pour 80 kilos!

Le pêcheur professionnel installé à Hermance peut pourtant se targuer d’avoir réussi une première: en effet, si le silure existe dans le lac, il n’est pas souvent attrapé par les pêcheurs professionnels. Et, confirme l’inspecteur cantonal de la faune, Gottlieb Dändliker, c’est la première fois que cela se produit dans les eaux lacustres genevoises. Dans le Rhône, en revanche, un pêcheur amateur s’était longuement battu en 2009 pour tirer un spécimen de 14 kilos. Un an avant, la prise s’était produite au pied des falaises de Saint-Jean, un individu qui trône aujourd’hui au Muséum d’histoire naturel comme témoin. Le silure glane est endémique des bassins du Rhin et du Danube, où il est consommé. Il a été introduit volontairement en France au XIXe siècle. Mais il a aussi passablement migré grâce à l’interconnexion des réseaux hydrographiques. On le trouve donc dans les lacs de Morat, Neuchâtel et, plus récemment, dans le Léman. Il pond des centaines de milliers d’œufs et, carnassier, mange tout ce qui lui passe sous le nez, des canards et des rongeurs si besoin.

Considéré chez nous comme indigène – contrairement au poisson-chat –, il n’est donc pas un concurrent. Raison pour laquelle l’inspecteur de la faune se réjouit plutôt de la nouvelle. De là à le manger? S’il vit dans les eaux peu claires et atteint une certaine taille, il est très gras et dégage un goût plutôt vaseux. En revanche, jeune comme celui que Romain Gindre a pêché (4 à 5?ans), et dans les eaux limpides du Léman, il peut être bon. Notre pêcheur a d’ailleurs levé les filets et taillé cela en pavés pour la famille et les amis. «On n’en est pas encore à en faire du commerce, mais qui sait?» rigole-t-il. (TDG)

Créé: 14.05.2012, 06h51

Articles en relation

Il pêche une truite de 9 kilos dans le Rhône

Jonction Aidé par un témoin, le pêcheur a mis 20 minutes pour sortir le poisson de l'eau. Plus...

Treize équidés maltraités recueillis à Sézenove

Animaux En février et mars, le refuge de Darwyn a été mandaté pour mettre sous séquestre plusieurs chevaux, poneys et ânes mal en point. Plus...

L’étang de la Bâtie a droit à un nettoyage de fond

TRAVAUX L’étang du parc aux animaux est vidangé… sans vidange, grâce à une nouvelle technique. Plus...

Le Muséum d’histoire naturelle se penche sur les cacas d’animaux

EXPOSITION Les défécations racontent toute une histoire. Pour les bêtes qui les produisent, elles possèdent souvent un sens. A voir dès mardi 3 avril. Plus...

La maltraitance sur les animaux a bondi de 17%

Canton de Genève Quelque 253 cas ont été dénoncés en 2011. Lors des séquestres, souvent nécessaires, il a fallu recourir 42?fois à la force publique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les dangers de no Billag
Plus...