Un mort chez les Indignés sème la discorde en Ville

parc des BastionsLe décès d’un trentenaire suite à une hypothermie et la consommation de substances divise le Conseil administratif.

Il est une heure du matin, dimanche 29 janvier, lorsque le corps d'un jeune trentenaire est retrouvé inanimé au parc des Bastions.

Il est une heure du matin, dimanche 29 janvier, lorsque le corps d'un jeune trentenaire est retrouvé inanimé au parc des Bastions. Image: Maurane di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’homme âgé de 31?ans avait pour habitude de dormir dans le camp des Indignés du parc des Bastions. Sa dernière nuit fut celle du 29 janvier, quand des membres du mouvement contestataire l’ont retrouvé inanimé «devant les tentes du parc», disent-ils. «Dans les toilettes», corrige le conseiller administratif Rémy Pagani. Sa mort ravive les tensions au sein du gouvernement de la Ville.

Il est une heure du matin lorsque les secours arrivent. Transporté aux HUG, l’homme décède dans la journée. Selon nos informations, il aurait consommé «des substances» ainsi qu’une forte dose d’alcool. Un mélange qui peut devenir mortel lorsqu’il est accompagné d’hypothermie.

Rupture de collégialité

Xavier, un Indigné proche de la victime, précise qu’«il n’était pas intégré au campement. Il venait juste pour la nuit car il n’avait nulle part où aller». La victime? «Un ancien forain connu pour avoir eu des problèmes sociaux, relève Stéphane, un Indigné de la première heure. Toxicomane, il avait fait plusieurs tentatives de suicide. Nous l’avions déjà redirigé vers les institutions. Il a fait trois mois à Belle-Idée puis est revenu au camp.»

Un camp qui avait déjà divisé le Conseil administratif de la Ville lorsque le magistrat libéral-radical Pierre Maudet s’était fendu d’une rupture de collégialité en se dessaisissant du dossier le 30 novembre. «Je ne réponds plus de rien en cas d’incident», avait-il déclaré, sans savoir que le temps lui donnerait tragiquement raison.

Note urgente de Maudet

Dimanche 29 janvier, c’est Rémy Pagani qui a eu vent en premier du décès. Il en a fait part à ses collègues le mercredi suivant, jour de séance du Conseil administratif. Aucune décision n’a alors été prise. En fin de semaine, c’était au tour de Pierre Maudet d’envoyer une note urgente aux autres magistrats, demandant l’évacuation immédiate du campement. Une lettre restée sans suite. Interpellé, le magistrat de tutelle du dossier des Indignés, Rémy Pagani, ne décolère pas: «Moi-même ancien assistant social, j’ai déjà eu affaire avec des toxicomanes. Je peux vous dire que cette mort n’a rien à voir avec le camp des Indignés!» L’élu estime avoir fait «son boulot» en tant que médiateur. «La note urgente de mon collègue n’est que de la provocation, un coup de force!»

Aujourd’hui, la question est pourtant sur toutes les lèvres: le drame aurait-il été évité si la Ville avait exigé le démantèlement du camp? Et surtout, pourquoi n’a-t-elle pas procédé à son évacuation immédiate après avoir appris le décès du trentenaire? Des questions que ne manqueront pas de poser les élus municipaux à leurs magistrats.

(TDG)

Créé: 07.02.2012, 07h53

Google Map

Articles en relation

Pierre Maudet: «C’était irresponsable de laisser ce campement en place»

Drame Un homme est mort des suites d'une hypothermie, dans le camp des Indignés au parc des Bastions. A gauche comme à droite on campe sur ses positions. Plus...

Les Indignés de Genève lèvent le camp

Bastions Le mouvement des Indignés genevois indique sur son site internet qu'il quitte le parc des Bastions. Plus...

Les Bastions, c’est fini, mais le combat continue

Hier après-midi, les Indignés tenaient une conférence de presse pour annoncer la fin de l’occupation du parc des Bastions. Les représentants du mouvement n’ont fait aucune référence au décès du jeune homme. La raison officielle de leur départ? Ils invoquent une gestion trop lourde du campement. D’après eux, le froid, les luttes incessantes avec les autorités et les personnes à problèmes ont eu raison de l’occupation du parc des Bastions. «Le camp est devenu un poids pour nous, on passe la majeure partie de nos assemblées générales à discuter de sa gestion», explique Clémentine.

Leur combat ne s’arrête pas pour autant. Ils cherchent, avec la Ville, un point de chute pour se réunir. «Le mouvement connaît une transformation, mais nous continuerons les actions», disent-ils. Il semble pourtant que le drame ait réveillé les Indignés, jeunes pour la plupart, comme l’explique Stéphane, un quarantenaire habitué de la contestation: «Ça leur a fait prendre conscience qu’ils n’ont pas les compétences pour s’occuper de cas difficiles.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...