Un millier de personnes assistent aux coups de canons

FestivitésLe bicentenaire de la Restauration démarre fort. Après le coup d’envoi donné hier soir en présence d’un millier de personnes, la foule s’est de nouveau déplacée ce mardi à l’aube.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Promenade de la Treille, un coup, tirez!» Et pan! Vingt-trois de coups de canon, pointé en direction de la France, ont réveillé en sursaut les Genevois, dès 8h, ce mardi 31 décembre. Un jour férié qui marque surtout la commémoration de la proclamation de l’indépendance de la République de Genève, après le départ des troupes napoléonienne. D’habitude peu fréquentée, cette célébration du bicentenaire a réuni environ un millier de personnes.

La star du jour, c’est le canon. «Une pièce d’origine de 1915», nous apprend une autre star, photographiée par plusieurs spectateurs, le Sergent Robert Bouleau, du groupe des Vieux Artilleurs. Ce géant à la barbe blanche arme la pièce avant de laisser le soin aux conseillers d’Etat, représentants du Grand Conseil et autres autorités, de tirer la manette.

A chaque déflagration, ça mitraille. «Raté! Il manque à chaque fois la petite flamme», peste un photographe amateur perché sur le banc de la Treille. Dans le public, on ne trouve pas que des habitués cette année. Jean-Marc, un Genevois de 53 ans, avoue se déplacer pour la première fois, bicentenaire oblige. La curiosité a attiré Lincoln, 49 ans, un Américain résidant dans la Vieille-Ville. «C’est incroyable! s’exclame-t-il, entre deux tirs. Je viens de Seattle, une ville toute jeune, alors que Genève a un passé passionnant!»

Il n’est pas le seul à s’enthousiasmer. Un étudiant chinois, post-doctorant en biologie moléculaire, appareil photo en bandoulière, sourire permanent, est «très impressionné». Surpris aussi de voir si peu de jeunes genevois autour de lui, intéressés par leur passé…

Les liens du passé avec le présent, François Longchamp, président du Conseil d’Etat, en joue habilement dans son discours. «Tout au long de son histoire, Genève, cité-Etat devenu tout à la fois une terre de refuge, puis un canton suisse et une ville internationale, a su préserver des valeurs fortes». Fin diplomate, il salue la présence de Michael Moller, nouveau chef par intérim des Nations Unies à Genève et tient à dire «combien la décision de l’Assemblée générale de l’ONU de confirmer son intention de rénover le Palais des Nations nous réjouit».

Au pied des murs de l’Hôtel de Ville, les plumets blancs des coiffes du corps de musique de Landwehr s’agitent. Un groupe de danseurs costumés offre un avant-goût du bal historique prévu ce soir dès 22h à la salle du Faubourg. Pas besoin de connaître les pas, le public connaît ceux de la danse du froid. Vite, on file se réchauffer sur la place des canons, où le café et les petits pains spécialement créés pour le bicentenaire sont pris d’assaut en quelques minutes. Ouverture en fanfare pour les festivités du bicentenaire, qui s’étaleront sur dix-sept mois.

* Bal historique de la Restauration. Salle du Faubourg. Gratuit sur réservation: bal@ge200.ch. Infos: www.Ge200.ch

(TDG)

Créé: 31.12.2013, 13h46

Articles en relation

Restauration: coup d’envoi des festivités du bicentenaire

Célébration Un millier de personnes ont bravé le froid, ce lundi, en soirée, pour participer à une commémoration particulière cette année. Plus...

Genève lance la fête du bicentenaire de son adhésion à la Suisse

Célébration De nombreux événements s'étaleront sur un an et demi. Quatre dates phares rythmeront les festivités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...