Un large front soutient la nouvelle route prévue à Vernier-Canada

InfrastructuresUne demi-jonction sur l’autoroute couplée à un nouvel axe suscite une quasi-unanimité.

Le barreau routier de Montfleury doit se greffer au contournement via une nouvelle demi-jonction à créer près de l'endroit où l'autoroute atteint la rive droite du Rhône.

Le barreau routier de Montfleury doit se greffer au contournement via une nouvelle demi-jonction à créer près de l'endroit où l'autoroute atteint la rive droite du Rhône. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un projet routier qui pouvait sembler mal parti, mais qui voit l’horizon s’ouvrir devant lui. Une large majorité, incluant tous les partis sauf le MCG, s’est formée au sein de la Commission parlementaire des travaux pour soutenir les plans visant à créer, d’ici à 2025, un nouvel échangeur sur l’autoroute de contournement, sur la rive droite du Rhône, et à le raccorder grâce à une nouvelle route à la vaste zone industrielle qui se déploie aux confins de Vernier, Satigny et Meyrin et qui est appelée à s’étendre et se densifier.

Un devis à 97 millions

Il s’agit d’y implanter quelque 10 000 emplois supplémentaires durant la prochaine décennie, notamment issus du secteur Praille-Acacias-Vernets appelé à se reconvertir. L’entreprise est planifiée et financée avec la Confédération, propriétaire de l’autoroute.

Face aux députés, le dossier du barreau routier de Montfleury et de la demi-jonction de Vernier-Canada est donc passé comme une lettre à la poste, en une séance. Pourtant, sa gestation avait été poussive. Une première ébauche avait suscité en 2017 une levée de boucliers dans le secteur. Les autorités ont donc revu leur copie l’an dernier, notamment en enterrant le barreau routier sur un gros tiers de son tracé (soit 655 mètres sur 1,7 km). En outre, quand le gouvernement a expédié aux députés en avril la demande de crédit (un investissement cantonal totalisant 97 millions de francs), le Grand Conseil venait d’envoyer aux oubliettes un autre projet routier connecté à l’autoroute, les axes L1-L2 de Genève-Sud.

Les déconvenues connues sur ce dernier projet n’ont donc pas lésé celui prévu de l’autre côté du Rhône. La commission a voté le crédit par 13 voix contre 2. «Nous avons traité rapidement ce dossier qui avait déjà été initié lors de la précédente législature et qui a fait l’objet d’une concertation publique ainsi qu’avec les communes concernées, analyse Francine de Planta (PLR), auteure du rapport de majorité. L’enjeu est de mieux desservir les zones industrielles qui vont être densifiées et les emplois qu’elles abritent, ce qui permet de désengorger d’autres axes où l’on pourra développer des transports publics plus efficients et la mobilité douce. Ces objectifs font consensus.»

Tapis rouge pour frontaliers

La gauche, qui avait combattu en bloc les liaisons L1-L2, a cette fois avalisé ce projet routier. Ce qui peut étonner, notamment de la part des Verts. «C’est du réalisme, de l’écologie pratique, explique le député François Lefort. Densifier ces zones industrielles permet d’y transférer des entreprises du secteur Praille-Acacias-Vernets où l’on veut développer le logement tout en sauvegardant les surfaces agricoles, mais cela nécessite d’assurer l’accès.» Le parti promet d’être vigilant quant à la mise en œuvre des modes de transport alternatifs prévue en parallèle, notamment une voie Verte et une ligne de bus à haut niveau de service.

Le nouvel échangeur autoroutier n’offrira pas tous les mouvements de circulation, faute d’espace suffisant entre la rive du Rhône et le tunnel passant sous Vernier. Seuls les flux venant de la Rive gauche ou s’y rendant pourront emprunter la jonction. Cela fait tiquer le MCG qui voit là un ouvrage destiné en priorité aux frontaliers, un argument qui l’avait déjà poussé à rejeter les axes L1-L2. «On déroule une fois de plus le tapis rouge aux frontaliers, s’insurge François Baertschi, député. On aurait pu accepter cette configuration si la jonction située à l’autre extrémité du tunnel de Vernier n’avait été ouverte qu’aux flux routiers circulant dans les autres directions.»

«C’est une posture purement politique que celle du MCG, riposte Francine de Planta. Ce parti s’oppose de toute façon à ce qui, comme ce barreau routier, découle du projet d’agglomération.»

Créé: 27.08.2019, 06h47

Articles en relation

Un nouveau projet routier est soumis aux députés

Mobilité Le Conseil d’État requiert 97 millions de francs pour le barreau de Montfleury et la jonction autoroutière de Vernier-Canada. Plus...

Un projet routier à l’air libre suscite un tollé sur la Rive Droite

Aménagement Paysans et habitants tonnent contre le barreau qui reliera la zone industrielle à l’autoroute. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...