Un gendarme genevois dans le prochain film de Jacques Audiard

CinémaAncien champion du monde de Kick-boxing, il est embauché comme conseiller pour les scènes de combat. Il obtient finalement un petit rôle aux côtés de Marion Cotillard.

Carl Emery met ses connaissances en arts martiaux au service de Jacques Audiard

Carl Emery met ses connaissances en arts martiaux au service de Jacques Audiard Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Carl Emery, gendarme en poste à la Servette, a participé il y a quelques jours au tournage du dernier film de Jacques Audiard «Un goût de rouille et d’os», aux côtés de la star française Marion Cotillard et de l’acteur belge Matthias Schoenaerts, rapporte le Matin du jour. Il s’agit de son tout premier rôle au cinéma. «Vous savez, moi, la seule expérience que j’ai en tant qu’acteur, c’est lorsque j’ai joué le bœuf de la crèche de Noël à l’école primaire!», plaisante le gendarme genevois dans le quotidien orange. C’est un peu par hasard qu’il se retrouve devant la caméra, pour «un petit rôle, de la figuration», précise-t-il. Il est embauché à l’origine comme conseiller technique pour les scènes de combat «free fight» en tant qu’ancien champion d’Europe et du monde de kick-boxing. «Dans le film, il y a des combats de MMA (arts martiaux mixtes). La production cherchait des gens qui connaissaient le domaine. Un journaliste d’un magazine spécialisé français leur a soufflé mon nom. La production est entrée en contact avec moi.» C’est donc lui qui aide à reconstituer les salles de boxe et à fournir du matériel et des accessoires comme des gants ou des ceintures.

C’est le directeur de casting qui lui propose le rôle de videur de boite de nuit et de le faire participer à une bagarre. Il accepte sans trop d’hésitations. «Mon frère, qui travaille dans le cinéma, m’a dit que je ne pouvais pas refuser. J’ai dit oui, je l’ai fait pour découvrir quelque chose de nouveau», explique-t-il. Il n’a donc pas laisser passer sa chance de jouer pour le fils de Michel Audiard, metteur en scène des «Tontons flingueurs», film culte pour Carl Emery.

Adapté du recueil de nouvelles du romancier canadien Craig Davidson, «Un goût de rouille et d’os» retrace les parcours de plusieurs marginaux: boxeurs, orphelins, accidentés, disparus. Jacques Audiard retrouve pour ce thriller Thomas Bidegain, l’un des coscénaristes d’«Un prophète», film pour lequel il a reçu le Grand Prix du jury à Cannes ainsi que neuf récompenses aux Césars 2010. Le tournage a commencé cet automne. Il se déroule entre Antibes et Bruxelles. Sa sortie est prévue courant 2012.

(TDG)

Créé: 02.01.2012, 11h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...