Un enseignant de l’Ecolint licencié sans savoir pourquoi

GenèveLes syndicats s’alarment du non-respect des règles de l’École internationale en matière de licenciement.

Le campus nyonnais de La Châtaigneraie.

Le campus nyonnais de La Châtaigneraie. Image: GEORGES MEYRAT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au début du mois de septembre, l’École internationale de Genève a licencié avec effet immédiat un enseignant du campus nyonnais. Ce collaborateur était en outre délégué syndical auprès du personnel genevois et vaudois.

Pour les deux syndicats défendant l’enseignant, Unia et le Syndicat du service public (SSP), il s’agit d’une violation de la convention collective de travail (CCT) de l’École. «La CCT a été violée. Cela est d’autant plus grave qu’il s’agit d’un délégué syndical, membre de la commission paritaire», estiment les syndicats.

«Alors qu’Arthur* vient de terminer son cours habituel, ses supérieurs entrent dans la salle de classe et lui signifient qu’il est licencié avec effet immédiat. Il doit rendre son matériel et il est ensuite escorté jusqu’à l’extérieur du bâtiment. Arthur est sous le choc, ne comprend pas ce qui lui est reproché ni pourquoi il se fait virer sur-le-champ. En effet, personne auparavant ne lui a fait part des éléments qui lui sont soudainement reprochés», dénoncent dans un communiqué les deux syndicats.

«Aujourd’hui, on ne sait toujours pas précisément ce que l’Ecolint reproche à Arthur, explique Giulia Willig, secrétaire syndicale à Unia. Apparemment, il aurait eu un comportement inapproprié devant des fonctionnaires de l’État de Vaud. On a demandé à pouvoir accéder au dossier, la direction nous a répondu que le règlement prévoit trente jours pour le transmettre, et qu’ils l’enverront à la fin de ce délai.»

Enseignant et délégué syndical depuis sept ans, Arthur «est tombé des nues», précise la secrétaire syndicale. «Un licenciement avec effet immédiat suppose une faute grave. Précisons qu’il n’a pas été reproché à l’enseignant un comportement problématique avec les élèves», poursuit-elle.

Que s’est-il passé? Quelles sont les fautes de l’enseignant? Quelles raisons justifient ces méthodes? Michael Kewley, directeur marketing de l’École internationale, nous répond par e-mail: «La décision qui a dû être prise de se séparer de ce collaborateur n’a absolument rien à voir avec son engagement syndical. Nous prenons toutes nos décisions dans le respect de nos règlements, de notre CCT et du Code des obligations.» Pourtant, la CCT de l’établissement, qu’Unia nous a transmise, décrit la procédure formelle à suivre en cas de licenciement dû à une inconduite professionnelle: avant toute résiliation de contrat, il faut au moins trois courriers recommandés, un entretien d’avertissement et une période d’amélioration. Or, selon les syndicats, aucune de ces étapes n’a été suivie.

* Prénom d'emprunt

Créé: 18.10.2019, 06h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...