Un énorme projet routier prévu à Vernier passe la rampe

PolitiqueLes députés votent 97 millions pour le tronçon de Montfleury et une demi-jonction d’autoroute à Vernier.

97 millions de francs ont été débloqués par le Grand Conseil pour la construction à Vernier d'une route relais.

97 millions de francs ont été débloqués par le Grand Conseil pour la construction à Vernier d'une route relais. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Session productive pour le conseiller d’État Serge Dal Busco! Jeudi, le patron des Infrastructures faisait voter un assouplissement légal permettant de réaménager les places de parking et par extension la mobilité, douce notamment, en zone urbaine. Hier, les députés ont débloqué, contre l’avis du MCG, 97 millions permettant la construction à Vernier d’un barreau routier reliant la route de Satigny et la route de Peney et d’une demi-jonction d’autoroute.

Des routes? Vu le sort réservé récemment par les élus à d’autres projets routier à Troinex et Plan-les-Ouates, ce vote aurait pu être risqué… Mais finalement, il n’en a rien été, la majorité ayant été «bétonnée» en commission. La Verniolane Christina Meissner (PDC) en est presque étonnée: «Ce projet était mal parti, car, au départ, le Conseil d’État ne tenait pas compte des demandes des agriculteurs et des riverains, puis, en 2017, il a entamé une consultation sérieuse.» Finalement, plus d’un tiers du tronçon, soit 655 mètres sur 1,7 km, a été enterré et des mesures d’accompagnements, notamment une voie verte, ont été élaborées.

À vrai dire, pour les partis, l’atout principal est ailleurs et le député d’EàG Christian Zaugg le résume: «Il s’agit de permettre le relogement des entreprises situées aujourd’hui à la Praille. Demain, 25 000 emplois trouveront abri à la Zimeysa!» Pour les élus, leur vote s’impose: «Il s’agit de mettre en œuvre notre projet d’agglomération», souligne Nicole Valiquer (PS). Stéphane Florey (UDC) renchérit: «Il faut assumer la densification de nos zones industrielles. Et puis, en matière routière, Genève n’a rien fait depuis vingt ans.»

Seul le MCG refuse de marcher. Pas question de communier dans l’enthousiasme général. François Baertschi, le Verniolan Thierry Cerutti, Daniel Sormanni dénoncent l’aspirateur à voitures. «70% du trafic viendra de France voisine et facilitera un développement déséquilibré», disent-ils. Thierry Cerutti dénonce dans la foulée le saccage des champs, des prés et des grenouilles du secteur. En outre, «les habitants du secteur ne vous remercieront pas. Car les 25 000 voitures liées aux 25 000 emplois vont devoir ressortir du périmètre et se déverseront autour.»

Et les Verts alors? En commission, ils avaient accepté le projet de loi, mais en plénière, un troisième Verniolan, le député Mathias Buschbeck, dégaine un amendement, destiné, dit-il joliment, «à inscrire dans la loi les buts de la loi». En réalité, il s’agit de diminuer la taille des voiries sur les routes de Vernier et de Meyrin afin que la baisse du trafic provoquée par la nouvelle infrastructure ne se fasse plus sentir après quelques années de modération. Mais la proposition ne convainc pas.

Le magistrat Serge Dal Busco boit du petit-lait lorsqu’il prend la parole. «Après le vote d’hier et celui d’aujourd’hui, quelque chose ne serait-il pas en train de changer en matière de mobilité à Genève?» lance-t-il. Il répond lui-même à sa question: «Il y a une prise de conscience liée aux changements de l’urbanisme du canton. La leçon à retenir néanmoins, c’est qu’à Genève, tout doit être concerté, compte tenu de la masse des intérêts divergents.»

Au vote, le projet passe par 54 oui (PLR, PDC, EàG, PS, UDC) contre 16 non (MCG) et 16 abstentions (Verts).


Un geste pour les requérants d’asile

Combien sont-ils, ces requérants d’asile mineurs non accompagnés à Genève? Six cents, apparemment. Leur sort a occupé une partie de la journée du parlement vendredi. Pourquoi? C’est qu’une partie d’entre eux, lorsqu’ils atteignent 18 ans, sortent du dispositif de prise en charge et se retrouvent «sans accompagnement social, sanitaire et pédagogique», déplore une motion déposée par les Verts, soutenue par la gauche et le PDC. Elle demande en conséquence d’allonger le soutien offert jusqu’à leurs 25 ans.

Un autre texte, porté par les mêmes forces, propose de faire des démarches à Berne afin que la Confédération autorise les requérants dont la demande d’asile a été refusée mais qu’il n’est pas possible d’expulser à travailler ou à suivre une formation.

Car le paradoxe, c’est que ne pouvant ni travailler ni étudier, ces personnes se retrouvent souvent à l’aide sociale d’urgence, parfois pour des années. Trois cent soixante personnes seraient concernées, estime la motion. Allait-on voir se dérouler un combat entre droite et gauche sur ce sujet délicat? Non, les deux textes ont été largement acceptés, y compris par le PLR. Ils ont été renvoyés au Conseil d’État avec l’assentiment du conseiller d’État Mauro Poggia, pour qu’il en applique les demandes. Seule une partie de l’UDC, relayée par Marc Fuhrmann et André Pfeiffer, s’y est opposée, tandis que le MCG s’abstenait.

M.BN

Créé: 13.09.2019, 21h10

Articles en relation

Un large front soutient la nouvelle route prévue à Vernier-Canada

Infrastructures Une demi-jonction sur l’autoroute couplée à un nouvel axe suscite une quasi-unanimité. Plus...

Un projet routier à l’air libre suscite un tollé sur la Rive Droite

Aménagement Paysans et habitants tonnent contre le barreau qui reliera la zone industrielle à l’autoroute. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...