Un cycle de la rive gauche pourrait disparaître en 2016

EducationLe cycle de la Seymaz ou celui de la Gradelle pourrait être réaffecté au postobligatoire qui est saturé. L’Etat reste vague

Le cycle de la Seymaz ou celui de la Gradelle (ci-dessus) pourrait être réaffecté au postobligatoire.

Le cycle de la Seymaz ou celui de la Gradelle (ci-dessus) pourrait être réaffecté au postobligatoire. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’un des vingt cycles d’orientation du canton pourrait disparaître à la rentrée 2016, pour être réaffecté au postobligatoire (PO) qui manque de place, a révélé hier la RTS. Selon elle, le bâtiment concerné, situé sur la rive gauche, serait soit le cycle de la Seymaz, situé à Chêne-Bourg, soit celui de la Gradelle, à Chêne-Bougeries.

Du côté du Département de l’instruction publique (DIP), on se borne à déclarer qu’à ce jour, aucune décision n’a été prise. «Depuis plusieurs mois, le DIP étudie un certain nombre de scénarios pour gérer et mieux répartir la surpopulation au secondaire II, indique Pierre-Antoine Preti, porte-parole. Compte-tenu des problèmes logistiques soulevés par ces différentes hypothèses, aucune ne peut être communiquée à ce jour.»

En effet, le postobligatoire (ou secondaire II) est saturé depuis plusieurs années. La plupart des écoles, particulièrement les Ecoles de culture générale (ECG), ont largement dépassé la capacité des bâtiments. A titre d'exemple, l'ECG Jean-Piaget, prévue pour 880 élèves, est aujourd'hui occupée par 1131 élèves, et l'ECG Henri Dunant, prévue pour 972 élèves, en compte 1229.

Alors pour désengorger ces établissements, le DIP tente, en vain, de trouver une solution. Il lorgne du côté des bâtiments du cycle (CO), qui sont un peu moins «pleins» que leurs homologues du PO. C’est le cas du cycle de la Seymaz, qui a un taux de remplissage bas, notamment parce que la zone de logements prévue — les Communaux d’Ambilly — ne s’est pas concrétisée. Il est d’ailleurs dans le viseur du DIP depuis 2011 déjà. Le Département envisageait alors de déplacer des élèves de l’Ecole de commerce dans une aile de la Seymaz. Il prévoyait le même scénario pour des élèves de l’ECG dans le cycle de Drize. Face aux levées de boucliers des parents et enseignants, ces projets ont été abandonnés.

Quant à l’idée de fermer un cycle pour l’allouer au secondaire II, elle n’est pas nouvelle. Mais elle n’avait pour l’instant pas séduit. En 2012, Pierre Kolly, alors directeur du Cycle d’orientation, déclarait dans nos colonnes que vider un cycle n’est pas impossible mais que cela «déplacerait le problème sur une dizaine d’autres établissements, il faudrait revoir tout le plan de distribution!» (TDG)

Créé: 03.03.2015, 17h22

Articles en relation

1000 collégiens et 50% des classes du primaire font grève

Mouvement social Amenés par l'Association des jeunes engagés, les collégiens sont mobilisés aux côtés des profs. Au cycle, de 40 à 100% des enseignants débraient Plus...

Le syndicat des enseignants du Cycle veut faire la grève des notes

Ecole Le syndicat attend encore l'aval d'une majorité de maîtres avant de lancer la grève, déjà effective au postobligatoire. L'association des collégiens annonce aussi une action. Plus...

«Le nouveau Cycle d’orientation souffre d’un manque de contrôle»

Audit La Cour des comptes a analysé le système, instauré en 2011. 12 millions d’économies auraient pu être réalisées en remplissant mieux les classes. Plus...

Les défis que se lancent les élèves via leurs mobiles inquiètent un directeur

Ecole Un courrier a été adressé aux parents du Cycle du Renard. L’Instruction publique prend le phénomène au sérieux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un Genevois poursuit Tesla après un accident
Plus...