Un camion à hydrogène circulera à Genève

GenèveMigros et les Services industriels de Genève s'associent à deux autres acteurs pour lancer un projet de transport écologique.

Image de synthèse du futur camion à hydrogène.

Image de synthèse du futur camion à hydrogène. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D’ici à l’été prochain, un camion de 40 tonnes propulsé à l’hydrogène devrait circuler sur les routes genevoises pour le compte de Migros. Ce véhicule de démonstration, silencieux et n’émettant ni pollution ni CO2, ne rejettera que de l’eau ou de la vapeur d’eau. L’hydrogène utilisé pour alimenter sa pile à combustible sera produit par les Services industriels de Genève (SIG) avec de l’eau et de l’électricité d’origine solaire ou hydraulique. À l’avenir, cette énergie propre et locale pourrait aussi s’appliquer aux avions ou aux bateaux, par exemple, voire aux bâtiments, selon le directeur général des SIG, Christian Brunier. «Cela va créer de l’emploi et dynamiser l’économie locale», souligne ce dernier.

Pour ce projet innovant, baptisé GOH! (Generation of Hydrogen) et présenté mardi devant les médias, Migros s’est associée aux SIG, à Green GT, qui fabrique des voitures de course à hydrogène, et à Larag, spécialiste suisse des véhicules utilitaires, tous réunis par l’entremise de la Fondation Nomads, active dans le développement durable.

Servant à alimenter un moteur électrique, l’hydrogène est en fait une solution de stockage pour l’énergie, en lieu et place d’une batterie, lourde et au fort impact environnemental. Pour le produire, on a juste besoin d’eau et d’électricité. Soumise à un courant électrique, l’eau se dissocie en oxygène et en hydrogène gazeux. Les SIG vont s’équiper d’un système permettant d’effectuer ce processus, nommé électrolyse. L’hydrogène ainsi obtenu est mis sous pression et stocké dans un réservoir. Dans le camion, c’est le processus inverse qui s’effectuera, la catalyse. Combiné, grâce à une pile à combustible, avec l’oxygène présent dans l’air, l’hydrogène fournit de l’électricité et rejette de l’eau et de la chaleur.

Dans le cas présent, tout l’intérêt est de produire l’hydrogène à partir d’énergies renouvelables. «Actuellement, 95% de l’hydrogène dans le monde est issu d’énergies fossiles, note Christian Brunier. Mais si ce n’est pas propre, ça n’a aucun sens.» D’après Jean-François Weber, directeur général de Green GT, cette technologie est bien plus efficace que les moteurs à essence: «Ces derniers ont un rendement de 30%, alors qu’un moteur électrique arrive à 98%. Et contrairement à une idée répandue, l’hydrogène est moins dangereux qu’un véhicule à essence, tous les pompiers vous le diront.» À terme, Green GT prévoit de lancer une production en série de ce type de camions, en partenariat avec un constructeur mondial.

Les promoteurs de GOH! soulignent que l’hydrogène permettra de moins dépendre du pétrole et des terres rares nécessaires à la fabrication des batteries, qui viennent elles aussi de pays lointains et parfois peu recommandables.

Créé: 08.10.2019, 17h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...