Un avis mortuaire sonne le glas d’une bijouterie quasi centenaire à Coutance

InsoliteUn encart humoristique a été publié dans la Julie datée du mardi 31 octobre. Il annonce le décès de la bijouterie Zbinden.

Jean-Jacques Zbinden et son épouse Michelle dans la bijouterie du 4, rue de Coutance. Il tient en main l'annonce mortuaire de la disparition de sa bijouterie.

Jean-Jacques Zbinden et son épouse Michelle dans la bijouterie du 4, rue de Coutance. Il tient en main l'annonce mortuaire de la disparition de sa bijouterie. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une annonce peu commune est parue dans la «Tribune de Genève» du 31 octobre, sous la forme d’un avis mortuaire. À l’écart des autres annonces du même type, l’encart publié en page 4 a une graphie et une tournure de phrases tout à fait similaire aux annonces de décès. Mais si le but premier est bien d’annoncer une disparition, le second est de signaler la liquidation du stock d’un magasin.

Voici ce qui y est écrit: «Michelle à la barre depuis octobre 1982, Jean-Jacques, le fantôme de l’opération, Eliane, aux premières loges du théâtre pendant 35 ans, David, le sans chemise depuis qu’il l’a vendue (…) Sa petite sœur de Montreux, toujours vaillante, ont la grande peine de faire part du décès de la bijouterie Jean-Jacques Zbinden, à Coutance depuis 1929. Les cérémonies solennelles de liquidation du stock pendant lesquelles un dernier hommage pourra être vendu auront lieu du 31 octobre au 31 décembre 2018. Paix à son âme.» Humour et dérision, donc, pour annoncer la fermeture d’une bijouterie historique de la place.

L’origine de cette annonce est à mettre au crédit de Jean-Jacques Zbinden, qui a repris en 1972 l’établissement ouvert par son grand-père en 1929 au 3, rue de Coutance à l’époque. «Il y a un mois, j’étais dans le train et je m’amusais à écrire un petit texte humoristique sur la fermeture de la bijouterie. Je l’ai fait lire aux employés, qui ont bien rigolé. Puis je suis parti aux États-Unis tout en me disant qu’on devrait le faire paraître dans la presse. Secrètement, car personne dans la bijouterie n’aurait accepté, j’ai pris la décision d’en faire une annonce. D’abord, c’était une blague, puis ça s’est concrétisé. Ce sens de l’humour doit me venir de mon grand-père, il était très religieux, mais surtout très drôle.» Le succès ne s’est pas fait attendre, la bijouterie n’a pas désempli le jour de la parution de «l’avis mortuaire».

Des temps difficiles

De fait, les temps sont durs pour les arcades à Genève, même dans le domaine du luxe. La crise du franc suisse, la diminution du nombre de clients russes et l’âge de la retraite ont poussé Jean-Jacques Zbinden à fermer boutique. Mais nulle tristesse ni drame pour lui ou pour son épouse, Michelle, directrice depuis 1982. Idem pour les neuf employés, la plupart étant en âge de prendre leur retraite ou ayant décidé de réorienter leur carrière.

Ex-champion de ski nautique

Ancien champion d’Europe de ski nautique, Jean-Jacques Zbinden s’est retrouvé à la tête du commerce familial après le décès de son père et l’a largement développé, ouvrant jusqu’à cinq magasins à Genève. «Mais mon truc à moi, c’était le ski nautique. J’ai été trois fois champion d’Europe. À l’époque, à la suite d’articles dans «La Suisse» et la «Tribune», j’étais connu comme le loup blanc à Genève. Les chiffres et le ski nautique, c’était mon fort. C’est mon épouse, Michelle, gemmologue de formation, qui a repris la direction en 1982 et a développé le côté bijouterie de l’établissement.» Après la fermeture, c’est une chaîne d’opticiens qui prendra le relais au 4, rue de Coutance.

(TDG)

Créé: 01.11.2018, 17h13

Infobox

1929: Ernest Zbinden ouvre le premier magasin au 3, rue de Coutance.
1946: Création de la raison sociale: Ernest Zbinden et ses Fils (Raymond, Fernand et Jacques).
1960: retrait d’Ernest, création de la société: Les Fils d’Ernest Zbinden.
1965-1967: Jean-Jacques Zbinden (fils de Jacques) devient trois fois champion d’Europe de ski nautique.
1972 : décès de Jacques Zbinden. Jean-Jacques Zbinden reprend le magasin.
1975: développement de trois autres bijouteries à Zermatt.
1978: inauguration avec Pierre Grimm de la Swiss Ski School, qui deviendra quelques années plus tard la plus importante école de ski nautique du monde.
1982: arrivée de Michelle Zbinden, (l’épouse de Jean-Jacques) qui reprend la direction.
2000 : Inauguration de la bijouterie Jean-Jacques Zbinden à Montreux.
De 1978 à 2018: Michelle et Jean-Jacques participent au développement de cinq autres bijouteries à Genève.
31.12.2018: fermeture définitive de la Bijouterie Jean-Jacques Zbinden du 6, rue de Coutance.
F.K.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...