«Tariq Ramadan a été un père, un professeur, un amant»

Affaire RamadanUne sixième ancienne élève de l’enseignant témoigne de sa liaison cachée avec le professeur dans les années 90 et de la révélation de son secret à un groupe d’amis.

Pour soutenir d'autres anciennes élèves de Tariq Ramadan qui ont osé dénoncé ses abus, Noémie* parle à son tour. Elle a conservé deux lettres d'amour manuscrites.

Pour soutenir d'autres anciennes élèves de Tariq Ramadan qui ont osé dénoncé ses abus, Noémie* parle à son tour. Elle a conservé deux lettres d'amour manuscrites. Image: Patrick Tondeux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Certains doutent encore des abus que d’anciennes élèves de Tariq Ramadan disent avoir subis. Je crois ces femmes, parce que j’ai aussi vécu une relation avec lui.» Noémie* brise à son tour le silence, après cinq autres Suissesses, dont quatre ont récemment officialisé leur parole devant des experts (lire ci-contre). Ce sixième témoignage appuie des accusations selon lesquelles Tariq Ramadan a entretenu des relations sexuelles avec des élèves. Une pratique interdite au niveau administratif qui peut, selon les cas, être constitutive d’une infraction pénale.

«On n’a pas reconnu clairement les actes de Tariq Ramadan pendant ses années d’enseignement à Genève, estime Noémie*. Il manque un bout de vérité.» Rencontrée pour la première fois en novembre 2017, au cours de notre enquête, elle accepte désormais de s’exprimer. Pour aider à mieux cerner la personnalité du prédicateur prévenu dans des affaires de viol à Paris et à Genève, la quadragénaire est même prête à témoigner devant la justice, si nécessaire. «Parce que la justice, c’est une des valeurs que Tariq Ramadan m’a inculquée. Pour comprendre le personnage d’aujourd’hui, il faut revenir à ce qu’il était il y a plus de vingt ans.»

Tout en nuances, la Genevoise, non musulmane, raconte. «Tariq Ramadan a été un père, un frère, un professeur et un amant. Il a changé de rôles au fil des ans, relate-t-elle. J’étais flattée qu’il s’intéresse à moi. Cette relation a été à la fois constructive et destructrice. J’en ai souffert. Énormément. Cela a été le flou dans ma tête pendant des années. À la base, le cadre n’était pas correct. Il a utilisé son statut de professeur pour vivre des histoires interdites.»

«Ce n’était pas normal»

Tout a commencé, selon elle, lors d’un voyage organisé par l’enseignant pour confronter les jeunes Genevois à la réalité du tiers-monde. La toute jeune adolescente avait peur du charismatique Tariq Ramadan. Et puis il l’a approchée. «Il a su cerner mes fragilités et a gagné ma confiance. Je n’aurais jamais pensé me retrouver un jour dans son lit…»

Cette expérience-là survient quelques années plus tard. Elle a 18 ans. Lui, la trentaine. Elle est son élève au Collège de Saussure. Il l’invite chez lui – son épouse étant absente – et la fait dormir dans le salon. Puis dans son lit. «Cela s’est fait naturellement. Ce n’était pas normal évidemment. J’enchaînais les nuits chez lui et je l’avais en cours le lendemain. Je ne pouvais en parler à personne. J’ai dû me débrouiller avec ça…» Leurs discussions au collège tournent parfois à l’orage. De son histoire, elle ne dit rien à la direction. Pourtant, des bruits courent. Un jour, un professeur lui conseille de prendre ses distances avec Tariq Ramadan, sans plus d’explication.

«Tariq Ramadan a su cerner mes fragilités et a gagné ma confiance»

«Tariq me disait que notre relation était pure, mais il trompait sa femme. C’était paradoxal. Je me sentais responsable de son équilibre affectif. Cela me faisait exister. Je l’aimais», poursuit Noémie. Sauf que cette liaison secrète la perturbe. «C’est lui qui a tracé le chemin de notre relation. C’est lui aussi qui décidait du rythme. C’était quand il voulait. Je n’avais plus de nouvelles de lui pendant un ou deux mois, et puis il me téléphonait en pleine nuit, me disait qu’il était en bas de chez moi et cela repartait. Il a instauré une dépendance. Il avait une emprise énorme sur moi.»

Trop lourd à porter. À l’université, l’étudiante se confie à une personne travaillant dans le domaine social. «Elle a tout posé sur la table un soir, se souvient encore cette dernière. J’étais en rage. J’ai suivi ce feuilleton malsain pendant des années. À chaque fois qu’elle était prête à rompre, il arrivait à la récupérer. Tariq Ramadan a volé des années de sa vie. Je suis très contente que tout sorte enfin aujourd’hui.»

«Il a coupé les ponts»

Noémie ne se considère pourtant pas comme une victime. «Nos relations intimes se déroulaient dans la douceur, même si j’ai refusé certaines pratiques. Mais il n’était pas pour autant respectueux de ma personne. Il me prenait et me jetait.» À la vingtaine, elle finit par mettre fin à cette longue relation. «J’ai découvert qu’il m’avait trahie lorsqu’une amie m’a confié ce qu’il lui avait fait subir», se souvient Noémie.

Effondrées, elles décident d’informer leur groupe d’amis, proches de Tariq Ramadan. L’un d’eux, Mathieu*, vit aussi cette situation comme une trahison: l’image de l’exemplaire professeur et du vertueux prédicateur musulman Tariq Ramadan vole en éclats. «Les premiers jours, je l’ai rejeté. Au bout d’un mois, je suis allé vers lui pour l’aider. Il a reconnu une des deux relations.» Celle avec Noémie. «Une semaine après lui avoir fait part de ma déception, il a coupé les ponts avec moi, puis avec le groupe. Il n’a pas utilisé cet épisode pour se remettre en question.» Cette cassure, enfouie durant deux décennies, a ressurgi avec l’éclatement des affaires judiciaires en France.

«À la fin des années 90, il m’a écrit que nos révélations l’avaient libéré, qu’il était devenu un autre. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Il a continué», observe Noémie, regrettant que cet épisode ne lui ait pas servi de mise en garde.

Noémie et Mathieu gardent en tête une remarque du président du Conseil d’État, Antonio Hodgers, à la présentation du rapport sur les abus à l’école. «Pour quatre témoignages de victimes recueillis, combien n’ont pas eu la force, le courage, la disponibilité émotionnelle de témoigner vingt-cinq ans après?»

* Identités connues de la rédaction


«Aucun élément objectif»

Deux Françaises ont déposé une plainte pour viol en France l’an passé contre Tariq Ramadan, créant une onde de choc dans sa ville natale, Genève. Dans leur sillage, cinq Suissesses ont dénoncé dans la «Tribune de Genève», puis «Le Temps», des abus commis par le professeur en poste entre 1984 et 2004 au cycle et au collège. Ses premiers avocats genevois ont menacé de déposer une plainte contre X pour diffamation. Placé en détention provisoire en février à Paris, le prédicateur musulman est ressorti à la mi-novembre. Entre-temps, une autre plainte pour viol a été déposée à Genève par une Suissesse qui n’a pas été son élève. En parallèle, une analyse a été ordonnée par le Conseil d’État genevois pour faire la lumière sur les abus à l’école.

Présenté le 28 novembre, le rapport officialise les témoignages de quatre anciennes élèves. Les soutiens de Tariq Ramadan en font une autre lecture, relayée sur la page Facebook de l’intéressé: «Aucun élément objectif ne permet de soupçonner Tariq Ramadan des accusations anonymes proférées à son encontre.» Tariq Ramadan ne s’est jamais expliqué sur ce sujet, mais il a indiqué le 4 décembre sur Facebook: «Les provocations, les accusations mensongères et les calomnies continuent. Je n’y répondrai pas. Aujourd’hui, je me concentre sur ma santé, ma famille et la gestion de la procédure judiciaire qui mène, lentement mais sûrement, vers la manifestation de la vérité et de mon innocence. Je prendrai la parole quand cela sera utile et nécessaire.»

Ses nouveaux avocats genevois Mes Guerric Canonica et Pierre de Preux ne font aucun commentaire.

S.R.

Créé: 14.12.2018, 07h16

«Que Dieu me pardonne»

Noémie* a reçu des lettres de Tariq Ramadan à l’époque où les portables n’étaient pas courants. Elle n’en a conservé que deux. Celles écrites après qu’elle a révélé leur liaison à son groupe d’amis, proche de l’islamologue. Extraits d’une missive qu’elle accepte de voir publier.

«J’ai appris que j’étais désormais considéré comme un «manipulateur», mettant en place une «stratégie de dépendance», cupide, sordide, provoquant – au-delà de ta passivité et de ton acceptation – la relation physique (pure alors à tes yeux, salie aujourd’hui). (…) L’homme qui a joué de ta sensibilité, de ton innocence et celle de tant d’après… est un monstre. Menteur, qui ne fut jamais sincère… Les «autres» ont donc bien raison… (…) Je n’ai rien à perdre aujourd’hui (…), et ces «révélations» m’ont tout à la fois changé et libéré… Je le voulais tellement, et Dieu a décidé de ce moment. La tristesse qui m’habitait déjà s’est approfondie… J’apprends, je me prépare. Je voulais donc que tu saches (…) que l’interprétation que tu fais aujourd’hui de notre histoire, de notre rencontre, de notre cheminement, ne correspond pas à l’horizon qui a habité mon cœur et mon affection. (…) Je t’ai aimée, (…). Profondément. Mal, peut-être, et ce que j’ai fait physiquement ailleurs ne modifie jamais d’un pouce, d’une couleur, la nature de mes sentiments. (…) Si tu penses aujourd’hui que j’ai menti sur tout, sache, au moins que je n’ai menti ni sur mon amour, ni sur ma solitude… ni sur mes blessures.»

Cette lettre, dont l’en-tête comporte l’adresse de Tariq Ramadan à Genève, se termine ainsi: «Prie – je t’en prie – pour que Dieu me pardonne. Tariq.» S.R.

Articles en relation

«Le rapport sur les abus fait froid dans le dos»

Enquête sur l’école Les accusations contre Tariq Ramadan sont confirmées par deux experts. Le Conseil d’État ne mâche pas ses mots. Plus...

Tariq Ramadan a été libéré en France, sa famille dit son soulagement à Genève

Justice Bilal Ramadan ne décolère pas, estimant que son frère est resté en prison sans preuves. Plus...

L’enquête indépendante sur les abus à l’école a été rendue au Conseil d’État

Affaire Tariq Ramadan D’anciennes élèves de Tariq Ramadan, professeur dans les années 80 à 2000 à Genève, ont témoigné devant deux experts. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...