Stop Suicide fête ses 15 ans

GenèveL’association poursuit ses actions de prévention avec plus de présence sur les réseaux sociaux.

Les nouvelles affiches de campagne se veulent positives. «Ça peut sembler paradoxal quand on parle de suicide, mais il s’agit de prévention», explique Maléka Mamodaly.

Les nouvelles affiches de campagne se veulent positives. «Ça peut sembler paradoxal quand on parle de suicide, mais il s’agit de prévention», explique Maléka Mamodaly. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une jeune femme, sereine, souriante. Elle est soutenue par cinq bras rassurants et colorés. Et puis surtout, par ces trois petits mots: «Là pour toi». Cette image, c’est l’une des trois affiches de l’association Stop Suicide, représentant le filet de sécurité qu’elle souhaite favoriser chez les jeunes. Le slogan fait écho à celui de l’année passée: «Je tiens à toi».

Dans les deux cas, des mots simples, mais qui comptent pour tout un chacun. Des mots qu’on oublie parfois de dire. Imaginées par la jeune agence genevoise «Cécile + Roger», les nouvelles affiches de campagne se veulent positives. «Ça peut sembler paradoxal quand on parle de suicide, mais il s’agit de prévention. C’est donc important de transmettre un message porteur d’espoir», explique Maléka Mamodaly, responsable de campagne.

Voilà quinze ans que l’association Stop Suicide fait de la sensibilisation pour les jeunes. Aujourd’hui, une présence efficace et attrayante sur Internet est incontournable pour les atteindre. Maléka Mamodaly en est consciente: «97% des jeunes ont un smartphone, alors on a créé un site (www.lapourtoi.ch) qui est adapté aux mobiles et aux tablettes. On y trouve par exemple une carte interactive avec les ressources d’aides des cantons romands ou encore des vidéos de personnalités qui soutiennent la campagne.» Parmi elles, des politiciens, dont les conseillers d’Etat Antonio Hodgers et Pierre Maudet, mais aussi Michel Pont et la comédienne Brigitte Rosset.

Stop Suicide accroît par la même occasion sa présence sur les réseaux sociaux avec le hashtag #lapourtoi, que l’on a pu voir sous forme de tatouages collés sur les bras de candidats PS et PDC aux élections fédérales.

La campagne fait également appel aux arts et à la culture comme moyen de communication. «On essaye de faire de la prévention autrement, de trouver une proximité avec les jeunes», explique Maléka Mamodaly. Ainsi, la soirée de lancement était placée sous le signe du «Street Art» avec une exposition de jeunes artistes graffeurs genevois sur le thème du suicide et des concerts de rap de Chilla et Nestor.

Si la campagne a débuté ce jeudi, ce n’est pas un hasard. Le 10 septembre sera la Journée mondiale de prévention du suicide. Pour l’occasion, l’association organise depuis dix ans une soirée sur le Bateau Genève. Stands photo, performances artistiques et concert de Groovah seront au rendez-vous. Le Jet d’eau, lui, sera illuminé en rouge, comme chaque année depuis 2008.

Il faut dire qu’en quinze ans, l’association a fait du chemin. Fondée par deux jeunes collégiens touchés par le suicide d’un ami, c’est aujourd’hui une organisation de huit salariés et une dizaine de bénévoles présente sur plusieurs fronts. Actions de terrain, publication d’une bande dessinée éducative, conseils aux médias, partenariats avec des communes, des écoles et des pharmacies. Ces dix dernières années, le nombre de communes participant à la campagne est passé de 16 à 105 et les cantons de 1 à 6. L’objectif est, lui, toujours le même: engager le dialogue pour rompre l’isolement, déstigmatiser le suicide et déconstruire les mythes qui l’entourent.

Créé: 03.09.2015, 20h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.