Rumeurs sur des écoutes: deux plaintes sont déposées

Politique et justiceUn député de gauche porte plainte contre le chef de la Sécurité, Pierre Maudet, lequel l’attaque aussi en justice.

Dans sa plainte, que nous avons obtenue, Pierre Maudet explique: «Jean Batou a récemment franchi la ligne rouge en m’accusant publiquement de surveiller illégalement des bagagistes français (…).»

Dans sa plainte, que nous avons obtenue, Pierre Maudet explique: «Jean Batou a récemment franchi la ligne rouge en m’accusant publiquement de surveiller illégalement des bagagistes français (…).» Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les rumeurs sur des écoutes abusives ordonnées par le conseiller d’État chargé de la Sécurité, Pierre Maudet, tournent à la bataille judiciaire en pleine campagne électorale. Après avoir interpellé le gouvernement à ce sujet, un député de gauche porte plainte contre le magistrat de droite Pierre Maudet pour tentative de contrainte. Celui-ci attaque aussi en justice l’élu, pour calomnie, subsidiairement diffamation, a appris la «Tribune de Genève». Des actions pour le moins inhabituelles. Comment en est-on arrivé là?

Le député d’Ensemble à Gauche Jean Batou s’adresse le 21 mars au Conseil d’État pour savoir si le Département de la sécurité et de l’économie (DSE) a ordonné en 2015 des écoutes téléphoniques visant des bagagistes à l’aéroport, avant de leur retirer leur badge d’accès au tarmac. Le député veut du même coup comprendre qui peut ordonner quelle surveillance et dans quel cadre. Une conférence de presse a lieu le 22 mars à Genève.

«Tentative d’intimidation»

En France, «Le Parisien» s’en fait l’écho, mais prête à Jean Batou des propos qu’il affirme n’avoir jamais tenus. Ce dernier obtient d’ailleurs très rapidement un correctif et communique les modifications au magistrat. Ni une ni deux, malgré les modifications apportées, le conseiller d’État met en garde le 26 mars, par e-mail, le député contre le «caractère potentiellement diffamatoire» de son attaque dans l’article du «Parisien». Il lui demande de faire amende honorable publiquement dans les vingt-quatre heures, sans quoi il agira au pénal. Jean Batou se défend de toute diffamation: la deuxième version de l’article reprend mot pour mot sa question urgente. Peu satisfaisant aux yeux de Pierre Maudet, qui lui adresse le 27 mars un second message laissant entendre qu’il compte prendre les mesures nécessaires à la protection de son honneur.

Jean Batou ne répond pas, mais cette passe d’armes n’en reste pas là. «J’estime être victime d’une tentative d’intimidation de la part d’un conseiller d’État. Je l’ai tenu au courant de la rectification de mes propos, ce qu’il n’a pas jugé suffisant. À croire que ce qu’il vise, ce sont mes prérogatives de député, qui comprennent l’exercice de la haute surveillance de l’Exécutif.» Du coup, il actionne la Justice: «Cela ne relève pas d’une guéguerre entre un député et un conseiller d’État, mais une action est nécessaire pour éviter qu’à l’avenir, des députés s’autocensurent sur des questions légitimes.»

Son avocate, Me Caroline Renold, détaille les motifs de cette plainte déposée ce vendredi: «J’estime que Pierre Maudet a tenté de forcer mon client à se rétracter publiquement, en le menaçant d’une action en justice. Or, mon client n’ayant pas tenu de propos diffamatoires, il considère que la menace de déposer une plainte pénale est illégitime. Dès lors, l’entrave dans sa liberté d’action peut être constitutive d’une tentative de contrainte.»

«Graves accusations»

Contacté aujourd'hui pour recueillir une réaction, le DSE annonce que Pierre Maudet a déposé jeudi une plainte pénale. Il «ne comptait pas la médiatiser mais il s’y voit contraint par les manœuvres électoralistes de ce candidat au Grand Conseil», précise sa porte-parole.

Dans sa plainte, que nous avons obtenue, Pierre Maudet explique: «Jean Batou a récemment franchi la ligne rouge en m’accusant publiquement de surveiller illégalement des bagagistes français (…).» Le magistrat regrette une «correspondance stérile» et assure avoir «offert» à deux reprises au député «la possibilité de se rétracter, ce qu’il a refusé de faire». Il détaille: «M. Batou a tout d’abord indiqué – défense classique – que ses propos avaient été mal relatés par le journaliste du «Parisien», puis s’est abrité derrière la mission de haute surveillance que le Grand Conseil doit exercer sur le Conseil d’État en vertu de la Constitution genevoise (ce qui, soit dit en passant, n’a jamais autorisé quiconque, fût-il investi de la très respectable charge de député, à calomnier autrui).» Aux yeux du magistrat, l’article du «Parisien» n’a pas été modifié et «les graves accusations» portées à son encontre demeurent.

Juriste de formation, Pierre Maudet n’est «pas friand de procédure pénale», mais estime être victime d’une atteinte à l’honneur. «Jean Batou a sciemment porté à mon encontre l’accusation de commettre une infraction pénale consistant à ordonner des écoutes illégales et, ce faisant, à commettre un abus d’autorité. De telles accusations dépassent largement la critique de mon action publique; au-delà de ma personne, elles portent atteinte à la fonction de conseiller d’État.» Dans cette affaire, le Service de renseignement de la Confédération et l’Office fédéral de la police ont affirmé n’avoir aucune connaissance de faits concernant de telles écoutes.

Le dossier atterrit désormais sur le bureau du procureur général. S’il entre en matière, il devra obtenir du Grand Conseil la levée de l’immunité du député et du conseiller d’État. Ce qui serait exceptionnel. (TDG)

Créé: 06.04.2018, 20h40

Articles en relation

Ensemble à Gauche fustige le flot d’argent dans la campagne

Politique La coalition s’attaque à la «surenchère» avec un projet de loi. Et vise le parti d'Eric Stauffer. Plus...

Politique sociale: quel bilan?

L'invité Plus...

Le sprinteur Pierre Maudet doit trouver un nouveau souffle

Bilan du Conseil d'Etat 7/8 Le ministre PLR de la Sécurité et de l’Économie a réformé à tout va. Comment saura-t-il rebondir après son échec à Berne? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le franc faiblit: la France voisine souffre
Plus...