Diamants volés: quatre notables genevois renvoyés en jugement

Hold-up à BruxellesDes hommes d’affaires et un avocat seront jugés par le Tribunal correctionnel à la fin du mois de novembre

Le lieu du braquage. Les diamants auraient dû être transférés à Zurich sur ce vol au départ de Bruxelles.

Le lieu du braquage. Les diamants auraient dû être transférés à Zurich sur ce vol au départ de Bruxelles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après deux ans de travail, le Ministère public a bouclé son enquête sur les diamants volés lors d’un braquage à l’aéroport de Bruxelles en janvier 2013, cachés à Champel et revendus, en partie, à deux promoteurs immobiliers genevois. Selon nos renseignements, le procureur Marco Rossier vient de rendre cette semaine ses actes d’accusation à l’encontre de quatre suspects qui vont être jugés devant le Tribunal correctionnel, en principe à la fin du mois de novembre. Une information confirmée par le magistrat, qui «serein à l'approche du procès, ne souhaite pas faire de commentaire".

«Les mauvaises cibles»

Qui sont les prévenus? P., un homme d’affaires actif dans l’immobilier, est suspecté d’avoir reçu d’un présumé braqueur français une partie du butin, qu’il a ensuite dissimulée dans sa cave d’immeuble. Des centaines de pierres valant 7 millions de dollars (6,4 millions de francs), selon l’expert mandaté par la justice. P. est donc renvoyé en jugement pour recel et blanchiment. Toujours selon l’acte d’accusation, un avocat genevois devra, lui, répondre d’entrave à l’action pénale et blanchiment. Il est soupçonné d’avoir détenu les clés de la «planque». Les deux derniers accusés comparaîtront pour recel, soit pour avoir acquis chacun, auprès de P., une pièce volée.

L’un d’eux est un gros contribuable du canton qui avait acheté ce joli cadeau à sa femme, pour un demi-million. Un diamant valant selon l’expert judiciaire quelque 900 000 fr. Me David Bitton le défendra au tribunal: «Le recel n’a aucun fondement. Mon client a confiance dans les juges qui connaîtront ce dossier. Ils feront une appréciation différente de celle du Ministère public, qui cherche à faire un exemple d’un dossier atteignant les mauvaises cibles.» A noter que ce prévenu sera aussi jugé pour violation de la Loi sur les étrangers, car il est suspecté d'avoir employé, au noir, et logé du personnel de maison (en l'occurence un couple) pour quelque 1500 fr. par mois durant une dizaines d'années.

Ce promoteur immobilier, connaît P. depuis des années. A la fin de l’hiver, ce dernier lui propose d’acheter un diamant brut, certificat d’authenticité à l’appui. Le promoteur demande d’abord l’avis d’un voisin diamantaire qui estime, dit-il, que l’objet peut se négocier à 600 000 dollars. Les deux prévenus s’accordent sur un prix de 500 000 fr. Ce tarif était-il particulièrement bas? Trop bas par rapport à celui du marché, d’un grossiste ou d’un bijoutier ayant pignon sur rue? Si c’est le cas, son acheteur aurait dû se poser des questions sur la provenance des diamants. Ce n’est pas l’avis du promoteur. Le tribunal tranchera.

A la même époque, le second suspect prévenu de recel accepte d’acheter à P. une pierre bien plus petite pour 6000 fr. L’argent des deux transactions n’a pas encore été versé lorsque P. est arrêté, au début de mai 2013, devant sa villa avec son avocat. Qui a la clé de la cave en main. L’homme de loi, défendu par le bâtonnier Me François Canonica, a passé neuf jours en détention.

Des actes reconnus par P.

P., représenté par Me Shahram Dini, est resté, lui, deux semaines à Champ-Dollon. Il lui est reproché d’avoir reçu une partie du butin des mains de l’un des présumés braqueurs, un Français arrêté à Metz. Les deux hommes se connaissent. En effet, en 2011, P. a rencontré au Maroc, où il possède une propriété, ce suspect qui l’a aidé à réparer la Ferrari qu’il conduisait. Ils se sont ainsi liés d’amitié. P. lui aurait prêté de l’argent. L’avocat genevois prévenu dans cette affaire a lui aussi fait la connaissance de ce Français: le trio s’est vu une dizaine de fois lors de cocktails à Genève.

Me Canonica est confiant à l’approche du procès: «La difficulté avec les erreurs judiciaires, lorsque l’on est magistrat, c’est que l’on peut soit en interrompre le processus, soit persister dans l’erreur. Ici, le procureur semble avoir fait un choix qui honore surtout son sens de la persévérance. Cependant, l’avocat est d’évidente bonne foi et sa défense assez sereine.»

Me Dini rappelle, lui, que P. a reconnu les actes qu’il a commis et qu’il assumera ses responsabilités comme il l’a fait durant l’instruction, «étant rappelé qu’il n’est en rien mêlé à ce qui s’est passé en Belgique, ainsi que l’instruction l’a confirmé».

A l’époque, soit le 18 février 2013, à l’aéroport de Zaventem-Bruxelles, huit braqueurs ont pillé un fourgon blindé contenant pour 40 millions d’euros de diamants qui devaient être transférés par l’intermédiaire d’Helvetic Airways à Zurich. Pour Me Dini, l’acte d’accusation procède à une représentation quelque peu romancée des faits qui se sont déroulés plus tard à Genève. «Cet acte ne reflète aucunement le fait que mon client s’est retrouvé subtilement entraîné dans un engrenage, sous l’ascendant d’un tiers (ndlr: l’ami français). Mon client ne s’est aucunement enrichi ni même a cherché à s’enrichir en aidant ce tiers. Il n’avait aucun intérêt personnel. A l’inverse, il a perdu des sommes considérables. Il regrette amèrement, par ailleurs, que trois de ses amis proches se retrouvent impliqués et poursuivis à tort dans cette malheureuse affaire.»

Lien vers le dossier ici.

Créé: 08.09.2015, 22h31

Articles en relation

Diamants volés: une extradition

Braquage à Bruxelles Le prévenu a remis une partie du butin à un homme d’affaires genevois. Qui ne sera pas extradé. Plus...

Affaire des diamants volés à Bruxelles: l'homme d'affaires a été libéré

exclusif Le promoteur immobilier détenu depuis le 7 mai a obtenu sa libération provisoire. Plus...

Affaire des diamants volés : l’avocat genevois est libéré

Exclusif Libre, l’homme de loi est suspecté de recel et de blanchiment. Le promoteur ayant stocké les pierres dérobées reste en prison Plus...

Diamants volés: l'homme d'affaires a remis des pierres à des collègues

justice Les récipiendaires des pierres précieuses pourraient être inquiétés par la justice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: les courbes s'aplanissent
Plus...