Quand il n’est pas au stade, le supporter anglais est au pub, sa tribune d’élection

Mondial 2018On le cherche sur la fan zone de Plainpalais, on le retrouve sur la terrasse du Lady Godiva, sa base à lui.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une rumeur estivale annonçait les Anglais en vacances. Faux. Ils sont là et bien là. Pas du genre à rester chez soi pour regarder son équipe favorite poser ses crampons sur le marchepied de la finale à venir. Cette demie contre les Croates remplit les English pubs de la ville. Ils portent des noms masculins, sauf un, sur la Rive gauche, non loin de la plaine de Plainpalais.

La concurrence avec la fan zone ne fait pas peur à Lady Godiva, une héroïne anglo-saxonne dont la légende raconte qu’elle chevaucha entièrement nue dans les rues de Coventry afin de convaincre son seigneur de mari de diminuer les impôts qu’il prélevait sur les habitants.

La dame, à poil sur sa monture, obtint ce qu’elle avait voulu. La voici qui, chaque soir de gros match, affiche complet sur le trottoir remontant vers le pont des Acacias. Huit écrans de bonne taille, habilement disposés dans l’espace, trente tables, toutes réservées de longue date. «Depuis le début de la Coupe du monde, on fait le plein, résume Camilla, la tenancière d’origine scandinave. On tourne avec une moyenne de 200 personnes.» Les Three Lions jouent dans leur langue. Commentaire en anglais, la chaîne diffusée rapproche Genève de Londres.

On applaudit les fans zones de Sa Majesté qui défilent, de Brighton à Manchester, juste avant les hymnes nationaux. Cela change des commentateurs de la RTS, adeptes d’une neutralité sans reproche. L’ambiance sur la plaine de Plainpalais a baissé d’un cran par rapport au match de la veille. Les supporters anglais préfèrent les pubs et leurs bières à la pression. Comptez deux litres par client. Beaucoup plus quand le match s’emballe et file en prolongations.

Scènes de défaite anglaise

Le dénouement est cruel. Il fige les corps assis au bar, enferme les visages entre les mains. Les postures de la défaite sont les mêmes sur écran et dans la salle. Les Anglais ont perdu et cela se voit. A l'oreille, c'est beaucoup plus calme. On commande une dernière tournée et on intériorise cette gifle historique.

Sur la fan zone de Plainpalais, le coup de sifflet final confirme la débandade. Les supporters se dispersent par petits groupes, d'un pas rapide, sans se retourner sur ce nuage de poussière qui désigne le coin dansant des Croates. Eux sont épuisés de bonheur.

De nombreux Français sont encore là, sur cette plaine qui, à force d'aligner les victoires tricolores, est devenue un peu la leur. Ils observent d'un oeil détendu leurs futurs adversaires. La finale de dimanche ne risque pas d'aller aux prolongations. Ils sont sûrs de cela.

Les Anglais l'étaient également ce soir, après le premier but marqué dès l'entame de la rencontre. L'auteur de ce but-là n'a pas fini le match. Ses adducteurs l'ont lâché avant la fin. Terrible fin de soirée pour les supporters anglais. On ne les reverra pas dimanche sur la fan zone de Plainpalais. (TDG)

Créé: 11.07.2018, 23h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.