Quand abattre un arbre devient tabou

EnvironnementLes polémiques suite aux dernières coupes ont marqué les élus carougeois. L’entretien de la forêt de Pinchat a ainsi suscité de vifs débats.

La forêt de Pinchat n'a pas été entretenue depuis vingt ans.

La forêt de Pinchat n'a pas été entretenue depuis vingt ans. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les récentes polémiques survenues à la suite des dernières coupes d’arbres à Genève n’ont pas laissé les politiques indemnes. Beaucoup craignent aujourd’hui les représailles populaires en cas d’abattage superflu.

À Carouge, l’entretien de la forêt de Pinchat a ainsi provoqué de vifs échanges parmi les élus. Il aura fallu un travail en commission et deux longs débats en plénière pour que les conseillers municipaux acceptent finalement, à une petite majorité, de tronçonner 200 arbres pour sécuriser les bois.

Les propos échangés lors de la dernière séance du Délibératif témoignent de l’aspect émotionnel qui entoure désormais chaque coupe. «Le PDC est emprunté à l’idée de massacrer 200 arbres et de les évacuer avec un hélicoptère», déclare d’entrée le conseiller municipal Stéphane Barthassat (PDC).

Alors que la discussion semble déjà avoir eu lieu en commission, le socialiste Alain Etienne argumente en faveur du magistrat Vert Nicolas Walder, qui soutient la démarche: «L’abattage de ces 200 arbres s’appuie sur une étude réalisée en 2015. C’est toujours gênant lorsque les politiciens veulent se substituer aux spécialistes. Nous n’avons pas les compétences métier pour juger.»

Nicolas Walder rappelle que les bois n’ont pas été entretenus depuis vingt ans et qu’ils présentent aujourd’hui des problèmes de sécurité. La fragilité de certains spécimens s’explique par la sécheresse qui a sévi dans le canton ces deux dernières années. «Nous n’avons pas choisi l’hélitreuillage pour consommer davantage de fioul mais simplement pour éviter d’abîmer les autres arbres et préserver la biodiversité, fait en outre savoir le conseiller administratif. Couper ces 200 arbres n’est pas un massacre mais relève d’une question de sécurité pour les écoliers qui traversent cette forêt.»

Le magistrat ne peut pas compter sur le soutien de ses collègues de parti, empruntés devant ce sujet à fort potentiel polémique. «Pour les Verts, cet abattage n’est pas anodin; seuls 30 spécimens sont considérés comme malades, tient à souligner l’écologiste Philippe Calame. Quelle sera la réaction de la population? Est-il possible de débiter les arbres coupés avec des chevaux?» Le Vert Didier Prod’Hom propose de se limiter à la coupe des 30 arbres malades. Le socialiste Pierre Baertschi lui rétorque alors: «Venir avec cette proposition alors qu’Antonio Hodgers (ndlr: conseiller d’État Vert chargé du Territoire) a autorisé l’abattage d’une vingtaine d’arbres centenaires aux Allières, c’est un peu minable. Personne n’aime abattre des arbres. Surtout de taille importante.»

Le socialiste Patrick Monney insiste sur le fait qu’en cas de coupe, il faudra être particulièrement attentif à l’information transmise aux riverains. Nicolas Walder a anticipé cette question: «Une information sera communiquée à tous les habitants avec l’association Forêt Genève, qui travaille pour le bien des forêts. On ne peut pas les accuser de ne pas aimer les arbres.»

Compte tenu de l’enjeu du vote, une suspension de séance est demandée par le PLR. Les cinq minutes de pause écoulées, c’est l’heure du scrutin: l’amendement des Verts est refusé à une large majorité. La délibération est, elle, acceptée par une petite majorité de l’hémicycle. Si les Verts l’ont refusée, l’Entente a de son côté préféré s’abstenir. L’abattage des 200 arbres dans la forêt de Pinchat aura donc bien lieu. La coupe devrait se dérouler durant les vacances scolaires de février 2020.

Créé: 28.12.2019, 07h55

Articles en relation

Les Verts ne veulent plus d’abattage d’arbres en ville

Réchauffement Ils lancent une pétition qui demande un moratoire «tant qu’une arborisation massive n’est pas visible». Plus...

Un projet de densification fait débat à Carouge

Aménagement L’Exécutif souhaitait s’opposer à la construction de quatre habitats groupés en zone villas. Le Municipal a accepté. Plus...

La solitude de l'élu devant l'abattage des arbres

Le Matin Dimanche Forêt du Flon «sauvée», à Lausanne, polémiques sur l’abattage d’arbres à Genève: face aux politiques, les troncs vénérables sont les nouvelles vaches sacrées de l’urbanisme. Plus...

501: La forêt de Pinchat fournit le bois du roi Gondebaud

Histoire Au VIe siècle, le plateau de Pinchat était plus touffu qu’aujourd’hui Plus...

Des arbres pour transfigurer la route de Veyrier

Carouge La Mairie réaménage complètement ce quartier, qui accueillera plus de 2000 nouveaux habitants d’ici 2020. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...