Projets ferroviaires, routiers, la région a la bougeotte

Grand GenèveAux portes de Genève, les projets sont légion. Tour d'horizon.

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la lumière blafarde d’un matin d’hiver, on distingue une myriade de phares. Immobiles, ils attendent que la circulation reprenne. Il est 7 h. Le Grand Genève s’éveille et Bardonnex est déjà saturé. Pas étonnant quand on sait que dans le Genevois français l’usage des transports individuels motorisés représente 67%, contre 6% pour les transports collectifs. Ou lorsqu’on découvre que, sur ce même territoire, 15 nouvelles voitures sont mises en circulation chaque jour! Dans son schéma métropolitain de mobilité, l’ARC (qui réunit les collectivités françaises entourant Genève) relève encore que 42% des flux domicile travail se font vers la Suisse (sachant que 50% de ces flux sont internes au Genevois français).

Un quiz réalisé par l'ARC, pour tester vos connaissances sur la mobilité dans le Genevois

De plus, si rien ne change, la situation promet de devenir irrespirable. En effet, en se basant sur les hypothèses de croissance démographique dans le bassin lémanique, les analystes estiment qu’«à l’horizon 2030, on compterait 120 000 habitants de plus, ce qui correspond à environ 450 000 déplacements supplémentaires, sur un total de 1,5 million aujourd’hui. Si les pratiques actuelles sont conservées, cela signifie: 300 000 déplacements quotidiens en voiture supplémentaires et 79 000 voitures de plus sur le territoire.» La mobilité est à n’en point douter un défi majeur à relever pour les années à venir.

La priorité des priorités

C’est ainsi que le développement des infrastructures de transports s’est imposé dans les politiques d’aménagement du territoire. D’où l’omniprésence par exemple des mesures dites de mobilité dans les projets d’agglomération successifs (soit 416 sur 554 mesures au total), notamment au sein du numéro 3 signé en décembre. Parmi les projets débordant par-delà la frontière, on retrouve les extensions des lignes de trams en direction de Saint-Julien, Saint-Genis et Annemasse, dont le chantier débute le 30 janvier. L’objectif, comme le rappelle Gabriel Doublet, vice-président de l’ARC, est de «permettre aux habitants de pouvoir bénéficier de moyens de transport efficaces et d’alternatives crédibles à la voiture».

En tout, d’ici cinq à dix ans, dans le Genevois français, près d’un milliard d’euros (lire ci-dessous) seront investis dans les transports. Jean Denais, président de l’ARC, résume la philosophie générale fondée sur «la valorisation du Léman express avec les différents pôles d’échanges multimodaux (soit 10 côté français); les extensions de lignes de tram; le déploiement des bus à haut niveau de service (BHNS) et le développement des modes doux.»

A titre d’exemple, le BHNS Genève-Sciez permettra un gain de temps de quinze minutes sur ce trajet. Côté Ain, on mise aussi sur un BHNS, celui qui assurera la liaison Cornavin-Ferney-Gex. Il s’agit de procéder à des aménagements sur 10 km entre la douane de Ferney et Gex, en passant par Ornex, Segny et Cessy. «Cet axe est actuellement desservi par la ligne F qui subit, à défaut de site propre, une congestion routière croissante durant les heures de pointe», précise le département. Pour son président, Damien Abad, c’est la priorité. «Je veux que l’on délivre quelque chose au cours de notre mandat», insiste-t-il, rappelant que Berne apporte son soutien financier au projet avec une subvention de 16,29 millions d’euros sur les 42 millions nécessaires.

Pourquoi ne pas privilégier le tram en direction de Saint-Genis? Sans doute parce que ce projet nécessite encore des adaptations et négociations, notamment quant au financement des 1,7 km de voie sur sol français, soit entre la douane et la porte de France. Son coût est estimé à 28,6 millions de francs. La question du financement de toutes ces infrastructures constitue le nerf de la guerre. Le tout sur fond de réforme territoriale française, qui modifie la donne pour la compétence transport. De manière générale, chaque acteur (Etat français, Département, Région, Communauté de communes, etc.) est amené à mettre la main au porte-monnaie selon la nature et la localisation des projets. S’ajoute l’aide financière de Berne, au titre des projets d’agglomération. Toutefois, aux yeux des élus français, Genève manque à l’appel. «Comme dans toute agglomération, la ville centre doit contribuer à mettre à niveau les infrastructures qui participent à sa propre richesse», estime Jean Denais.

Investissements routiers

Dans une logique de complémentarité des usages, les transports en commun ne sont pas les seuls à profiter des investissements futurs. Le concessionnaire Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB) confirme ainsi son projet d’échangeur à Viry, en partenariat avec le Conseil départemental de la Haute-Savoie. Christian Monteil, président du Département, rappelle que «l’objectif est de capter les véhicules et de les mettre sur l’autoroute». Selon ATMB, «si tout se passe bien, les travaux pourraient se dérouler entre 2019 et 2021».

Sur l’autoroute toujours, la question du passage au payant du tronçon Saint-Julien - Annemasse, soit le contournement de Genève, reste entière. La gratuité, assurée jusqu’alors par un rachat du péage par le Département, tombait au 1er janvier 2016. Depuis, les tractations vont bon train et l’usager pourrait bien devoir passer à la caisse.

Reste le serpent de mer chablaisien: la 2x2 voies entre Machilly et Thonon. Attendu depuis des décennies pour désenclaver ce secteur et désengorger les routes du Chablais, «le projet entre dans la phase de mise à l’enquête au 2e semestre de 2017», précise Christian Monteil. Il mise sur une attribution de la concession par l’Etat autour de 2019, suivie de deux ans de travaux. La route actuelle est empruntée par 15 000 véhicules par jour.

Enfin, comme le souligne Jean Neury, vice-président de l’ARC, chargé de la mobilité, «de nouvelles infrastructures sont en cours de réalisation, mais il faut surtout changer les comportements». Sur ce point, le développement du covoiturage, s’appuyant sur un réseau élargi de P+R, semble être une bonne piste.


Près d’un milliard investi en France voisine

En chiffres

D’ici cinq à dix ans, selon l’ARC, près d’un milliard d’euros vont être investis dans les transports du Genevois français. Trois trams transfrontaliers, soit les extensions allant jusqu’à Annemasse, Saint-Julien et Saint-Genis-Pouilly. Le montant des trois s’élève à 164 millions d’euros (176 millions de francs).

Deux bus à haut niveau de service (BHNS): l’un entre Genève et Sciez, l’autre assurant la liaison Cornavin - Ferney - Gex. Pour 61 millions d’euros (65,4 millions de francs).

Le CEVA incluant côté français les 2,5 km de voies ferrées et la restructuration des gares d’Annemasse et du Genevois. Pour un budget de 234 millions d’euros (251 millions de francs).

Les pôles d’échanges multimodaux, au nombre de 10 sur le périmètre de l’ARC. Soit 73 millions d’euros investis.

La 2x2 voies du Chablais haut-savoyard, soit les 16,5 km manquants, entre Machilly et Thonon. Le coût est évalué à 200 millions d’euros.

L’ échangeur de Viry, pour 12 millions.

Le passage au payant du contournement de Genève entre Saint-Julien et Annemasse est, lui, toujours en suspens.

25 parkings relais supplémentaires soit 3600 places de plus sur le territoire de l’ARC. Le montant atteint 10 millions.

Des voies vertes, liées aux gares, dont les travaux se chiffrent à 16 millions. M.P. (TDG)

Créé: 12.01.2017, 12h13

Dossiers

Articles en relation

Le tram trace sa voie de Moillesulaz à Annemasse

Mobilité Le chantier du premier des trois trams transfrontaliers débute le 30 janvier. Plus...

Le Pays de Gex trace les lignes de son futur urbain

Grand Genève Afin de maîtriser sa croissance démographique, ses 27 communes planchent sur une sorte de plan directeur cantonal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...