Pourquoi Carlo Sommaruga est allé voir Julian Assange

PolitiqueLe conseiller national a rencontré le fondateur de WikiLeaks, réfugié dans l’ambassade d’Equateur à Londres.

Pour le socialiste Carlo Sommaruga,

Pour le socialiste Carlo Sommaruga, "Il est faux de dire que la Suisse est attaquée parce qu'elle est riche." Image: Maurane di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Genevois Carlo Sommaruga, conseiller national socialiste, a rencontré mercredi Julian Assange, fondateur du site controversé WikiLeaks, bloqué à Londres (lire encadré ). A la suite de cette visite d’une demi-heure, le vice-président de la Commission de politique extérieure compte mobiliser les parlementaires pour protéger les lanceurs d’alerte, comme Assange et Edward Snowden.

Carlo Sommaruga, vous avez été reçu en audience par un pape ou un judas?

(Rires) Ni l’un ni l’autre! C’est une nouvelle génération de militants qui, au-delà d’un débat gauche-droite, visent la transparence dans tous les domaines de la société et surtout au sein des Etats. Ils veulent les forcer, grâce à la révolution numérique, à changer leur fonctionnement.

Qu’aviez-vous à lui dire?

Nous avons discuté de la protection des whistleblowers (ndlr: lanceurs d’alerte ) , qui risquent la prison dans les pays qu’ils visent. Julian Assange et Edward Snowden ne peuvent obtenir l’asile en Suisse. Aujourd’hui, il faut donner un statut à ces personnes. Je vais discuter avec des collègues d’autres partis pour entamer le débat sur ce type de situations. Il faut créer un groupe de soutien international de parlementaires.

Votre démarche est-elle une provocation volontaire face aux Etats-Unis?

J’ai choisi le camp de la transparence, de la justice. N’oublions pas que WikiLeaks, Offshore Leaks et Edward Snowden ont montré comment des Etats se prévalant des droits de l’homme, de la démocratie piétinaient ces valeurs à l’insu des citoyens.

Développements dans nos éditions imprimée, électronique et iPad. (TDG)

Créé: 23.07.2013, 07h43

Toujours visé par les Etats-Unis

Réfugié depuis juin 2012 dans un appartement de l’ambassade d’Equateur à Londres, Julian Assange ne peut quitter ce lieu sans être arrêté. Poursuivi pour agression en Suède, il refuse de s’y rendre. L’Australien craint de se voir ensuite extradé vers les Etats-Unis, qui veulent le juger pour les milliers de documents confidentiels publiés sur WikiLeaks. S.R.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...