Pour la première fois, un élu MCG présidera le Grand Conseil

PolitiqueLe député Jean-Marie Voumard a été largement élu. Le vote électronique a aussi été repêché in extremis.

Jean-Marie Voumard (au centre) succède au député PLR Jean Romain à la présidence du Grand Conseil.

Jean-Marie Voumard (au centre) succède au député PLR Jean Romain à la présidence du Grand Conseil. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À la fin de novembre, le Conseil d’État mettait fin, à regret, au vote électronique: c’est raté.

Le parlement a voté massivement, par 81 voix contre 4 et 5 abstentions, un projet présenté par le député PS Cyril Mizrahi, le sortant des catacombes. «La commission a été très surprise de la décision unilatérale du gouvernement, prise sans consultation, explique le rapporteur de majorité Pierre Vanek (EàG). Nous pensons au contraire que le vote électronique est une tâche régalienne, qui doit être contrôlable démocratiquement.» Les partis sont à l’unisson et pilonnent le gouvernement.

Mais des nuances se font entendre. Les Verts, par la voix de Pierre Eckert, semblent partagés. «Mieux vaut se passer d’un vote électronique plutôt que d’avoir un système peu sûr», dit-il. Mais le parti soutient tout de même la résurrection du système genevois. L’UDC balance aussi pour les mêmes raisons et du coup, laisse la liberté de vote à ses membres. Le MCG? Patrick Dimier dénonce «l’attitude ambiguë de la Chancellerie de la Confédération, qui soutient la privatisation d’un système de vote au profit d’une entreprise étrangère. Nous voulons au contraire un système en main publique, dont le code source soit ouvert et développé en Suisse.»

Le Conseil d’État sort alors un atout de sa manche: un amendement disant en substance que si Genève n’arrive pas à développer son système électronique, il pourra déroger à l’obligation pour fournir le vote électronique aux Suisses de l’étranger et aux handicapés par un autre biais. Mais l’amendement est balayé et le projet de loi passe finalement largement la rampe.

Un MCG élu président

Au début de la séance, les élus ont renouvelé le Bureau du Grand Conseil. Et c’est une première, le parlement a porté à sa présidence le député MCG Jean-Marie Voumard. Seul candidat en lice, il a été élu par 81 voix. Huit députés ont voté blanc. Six bulletins nuls ont été décomptés.

La désignation de l’élu MCG, entré au Grand Conseil en 2005, s’est faite en douceur. Son élection tranquille tranche avec les essais aussi tumultueux qu’infructueux du MCG ces dernières années. Elle marque en un sens la «normalisation» du parti, qui compte un élu au Conseil d’État depuis 2013. «L’expérience politique de Jean-Marie Voumard lui a permis d’acquérir l’expérience indispensable à cette fonction», a expliqué le chef de groupe MCG Sandro Pistis, qui a rappelé que son poulain avait également été président de la commission d’enquête sur l’affaire Adeline. «Bien que jeune retraité de la police, nous ne doutons pas de son énergie et de sa capacité à présider cette assemblée.»

Jean Romain applaudi

Âgé de 55 ans, originaire de Tramelan, d’un naturel calme et peu loquace, Jean-Marie Voumard succède au député PLR Jean Romain. Le président sortant a été chaleureusement applaudi. «Nous avons travaillé avec efficacité, a expliqué celui-ci, et adopté des sujets importants: de la réforme fiscale à la réforme de la Caisse de pension des fonctionnaires, en passant par la loi sur la laïcité.» Et de terminer en citant Montesquieu, qui rappelle, dans l’Esprit des lois, que «l’amour des lois et de la patrie suppose une préférence continuelle à l’intérêt public au sien propre.»

Lors de son discours d’investiture, Jean-Marie Voumard a exprimé sa reconnaissance au parlement. Il a appelé les députés à dépasser «les disputes stériles» et à faire œuvre de courtoisie. «Ma volonté s’attachera à ne pas laisser s’accumuler les projets dans l’ordre du jour. C’est en effet notre devoir de ne pas paralyser les débats, de ne pas renvoyer en commission des sujets déjà débattus, de ne pas multiplier les questions, ni de demander inlassablement des votes nominaux. Pour convaincre, il faut être convaincu et cela repose avant tout sur le travail accompli préalablement.»

Les députés ont enfin complété le Bureau du Grand Conseil. Ils ont élu le Vert François Lefort à la première vice-présidence, Salima Moyard (PS) à la deuxième vice-présidence. Pierre Vanek (EàG), Raymond Wicki (PLR), Delphine Bachmann (PDC) et Stéphane Florey (UDC) complètent l’équipe.

Mardi soir, les députés ont aussi refusé le traitement en urgence d'un projet d’EàG visant à fixer à dix ans la période permettant à un magistrat de toucher une retraite à vie, contre huit ans actuellement.

Ils ont également rejeté un projet de loi permettant à la Fondation pour le logement coopératif de vendre dans une opération des PPE construites sur des terrains publics au chemin des Adrets.

(TDG)

Créé: 14.05.2019, 23h01

Articles en relation

Un Grand Conseil apaisé place le PLR Jean Romain à sa tête

Nouvelle législature Le Parlement issu des urnes le 15 avril a tenu sa première séance, élisant sans heurt son bureau. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

CH: une femme sur cinq a subi des violences sexuelles
Plus...