Pour l’aide internationale, Genève est la plus généreuse de toutes les collectivités

SolidaritéLe Canton finance, à lui seul, près de la moitié de l’aide des collectivités suisses cantonales et communales.

Maria Jesus Alonso Lormand, directrice du service.

Maria Jesus Alonso Lormand, directrice du service. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que dans la plupart des pays, l’aide internationale est gérée au niveau national, en Suisse, elle, peut compter sur le soutien des collectivités cantonales et communales, parmi lesquelles Genève se distingue. Interview de Maria Jesus Alonso Lormand, directrice du Service de la solidarité internationale depuis 2010.

Genève dépense 16 millions pour l’aide internationale. Où va cet argent?

Nous soutenons de nombreux projets de développement et d’aide humanitaire portés par la société civile genevoise ou par l’intermédiaire de la Fédération genevoise de coopération. Le canton finance des opérations du Comité international de la Croix-Rouge. Divers secteurs de l’administration, les HUG, le Département du territoire, l’Instruction publique, mènent des projets concrets de coopération internationale. Nous soutenons enfin la Genève internationale et les délégués de la société civile du sud pour qu’ils puissent venir participer aux activités des Nations Unies.

L’aide au développement remonte aux années 50. Quel est son sens aujourd’hui?

L’aide caritative nord-sud, telle qu’on l’a connue, a beaucoup changé. D’abord, parce qu’il y a aussi une aide sud-sud, ensuite parce qu’on s’appuie sur les compétences locales souvent de grande qualité. Nous apportons alors des moyens financiers et des appuis très techniques. Sur le fond, on est passé de l’aide au partenariat en incluant les objectifs du développement durable de l’ONU, comme la réduction des inégalités sociales, l’égalité des sexes, etc. L’aide évolue et nous allons vers toujours plus de mise en réseau, avec un travail par programmes d’actions et des responsabilités accrues données au terrain.

Quelle est la particularité de l’action genevoise?

D’une part, nous travaillons dans un canton dont la densité en ONG pointues dans ce domaine est remarquable. D’autre part, l’humanitaire fait partie de l’ADN genevois depuis très longtemps. Cela explique pourquoi le Canton et les communes, avec lesquelles nous nous coordonnons chaque année, sont aussi engagés.

La loi cantonale demande que l’aide représente 0,7% du budget. On en est à 0,22%, contre 0,45% au niveau de la Confédération…

On sait qu’il y a encore des efforts à faire pour les budgets de la coopération internationale. Depuis quelques années, le taux d’effort cantonal reste stable, ce qui en valeur absolue n’est pas négligeable. Ce budget est intégralement consacré à la solidarité. La Confédération, elle, comptabilise dans son pourcentage d’autres prestations, comme l’aide aux réfugiés dans leur première année en Suisse.

Quelle est votre prochaine action?

En octobre, nous serons au Bangladesh pour visiter des camps de réfugiés Rohingyas. Le canton a fortement contribué au travail des associations suisses présentes sur place.. Après nous allons visiter en Birmanie un projet de formation professionnelle de jeunes femmes sorties de la prostitution.

Créé: 17.08.2019, 10h59

Articles en relation

Carouge est la commune la plus solidaire de Suisse

Ranking Selon le classement établi par Solidar Suisse, la cité genevoise arrive en tête, devant Genève et Lausanne ex-aequo. Plus...

Les cinq commandements de Cassis à la coopération

Coopération internationale La Suisse va investir 11,3 milliards pour son aide extérieure. Le chef du DFAE la veut plus efficace. Voici ses cinq commandements. Plus...

Une quinzaine de Genevois partis pour un séjour d'aide humanitaire

Vacances solidaires L'ONG Nouvelle planète a emmené 89 jeunes Romands pour la réalisation de projets dans des villages d'Afrique et d'Asie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...