Porteous vit le jour au rythme d’un vaste chantier participatif

Occupation aquatiqueUne semaine de travaux collectifs vient de s’achever au bord du Rhône. Gros succès. Pas moins de 100 personnes ont offert leur temps et leur sueur.

On respecte ce qui est classé, on attaque au marteau-piqueur les ajouts bétonnés.

On respecte ce qui est classé, on attaque au marteau-piqueur les ajouts bétonnés. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des nouvelles de Porteous, après six mois et deux semaines d’occupation ininterrompue? Oui, d’abord sur affiche, d’inspiration pirate, découverte dans les premiers jours de février, largement reprise par les réseaux sociaux. On y voit le portrait dessiné de l’ancienne station d’épuration au bord du Rhône, à l’heure du coucher du soleil. Porteous ressemble à un vaisseau amiral, avec sa capitainerie haut perchée, bien visible à l’avant du pont supérieur. A ses pieds, flottant sur l'eau turquoise, un canot de sauvetage en forme de radeau en bois, vestige préservé d'un ancien abordage réussi.

Cette image généreuse n’annonçait pas un spectacle, encore moins un festival en hiver – il existe déjà –, elle lançait plus prosaïquement un appel à main-d’œuvre: «Grande semaine de chantier à Porteous». Collectif, le chantier, du travail pour tous, à tous les étages; les nettoyages de printemps avant le printemps, les aménagements nécessaires avant la réouverture au public.

Nettoyeurs de grandes surfaces

La période choisie, du 13 au 20 février, était à cheval entre les vacances universitaires et scolaires. On avait pris soin de composer avec le calendrier pour recruter large. Succès. Une bonne centaine de personnes différentes ont tourné sur le site durant les sept jours planifiés. Une date de relâche avait été prévue. Les plus motivés n’en ont pas tenu compte: ils étaient présents le matin, à l’heure de la prise de travail. On les retrouve, ce mercredi en milieu d’après-midi, pour le dernier jour. La lumière est belle, la température extérieure presque estivale, les nettoyeurs de grandes surfaces sont en bras de chemise.

L’esplanade s’apparente à une déchetterie géante. Et raisonnée: derrière chaque tas, une conscience trieuse. La mauvaise herbe arrachée sur le toit a pris du volume au sol. C’est une forêt qui a poussé là-haut, au fil des années. Elle n’est pas classée. Chutes d’essences diverses (pin, bouleau, saule). On fait toiture rase pour mieux étanchéifier. En rêvant déjà aux futurs potagers urbains, aux façades végétalisées, au liseron résistant qui cascadera du sommet jusqu’à la cour.

Le soutien des architectes

Le bruit qui parvient de l’intérieur n’encourage pas à la rêverie. Un marteau-piqueur s’attaque aux dalles en béton pour mettre le parterre de la salle investie à niveau. Le plain-pied se mérite, quand on veut prévenir les chutes et s’ajuster aux normes sécuritaires.

Ce chantier sensible a ses conseillers: «Nous collaborons avec plusieurs architectes, des vrais professionnels, connus pour la plupart des services de la Ville et du Canton, explique le préposé à l’outil de force. On suit leurs recommandations comme eux suivent nos travaux. On a défini ensemble les plans d’évacuation, fixé le nombre d’issues de secours, on les réalise dans les règles en veillant à chaque détail, l’ouverture vers l’extérieur comme les verrous antipanique.»

Infirmerie dans les murs

Pour rester dans le sujet, une infirmerie a vu le jour, un poste samaritain intégré si l'on préfère, avec son lit d'hôpital, sa trousse de secours. Ce local aménagé jouxte les bureaux, équipés d'écrans d'ordinateurs et d'imprimantes. Des prêts, des dons, des vélos à réparer. L'atelier des deux-roues est opérationnel. Comme demain la salle multisports. Une jeune femme pratiquant la boxe s'est attelée à ce projet-là. Elle n'est pas seule.

Le succès de ce chantier participatif surprend ses initiateurs. «On ne pensait pas avoir autant de monde dans la durée. Pour le repas de midi, nous étions toujours une bonne vingtaine autour de la table», racontent les membres du collectif Porteous. Tout en faisant le décompte des missions accomplies, des choses nouvellement créées. Notamment deux cabines de toilettes sèches et un pissoir. Histoire de doubler la capacité sanitaire.

Il manque juste les lunettes. Un accessoire utile qui se rajoute à la liste des choses à compléter. Du genre? Une broyeuse, un brancard et un défibrilateur. Mais encore? L’électricité! «On nous l’a coupée, sans nous la rendre. Elle nous serait précieuse pour soigner la signalétique nocturne des sorties de secours…» Le chantier de février, lui, s’est mené à la lumière du jour, sous un soleil collaborant qui a tout compris.

Les discussions continuent

Sur un terrain plus politique et moins bâtisseur, le Conseil d’État a reformulé dans un courrier adressé aux occupants son souhait de les voir «libérer le bâtiment», de faire en sorte qu’il soit «vide de toute présence humaine». Pour autant, les discussions ne sont pas rompues. «De notre point de vue, les choses vont de l’avant», déclarent les membres déterminés du collectif Porteous.

Créé: 22.02.2019, 07h27

Articles en relation

Porteous ne deviendra pas une prison mais les occupants sont priés de quitter les lieux

Occupation Le gouvernement retient le projet d'un centre culturel sur le site de l'ancienne station d'épuration. Le collectif présent sera associé aux discussions à venir. Avant cela, il doit rendre les clés pour permettre les importants travaux de sécurisation prévus par l'Etat. Plus...

Dans Porteous en hiver, l’élan bâtisseur annonce le printemps

Occupation A tous les étages, on aménage les lieux avec du matériel de récupération. Chantier de seconde main à petits prix et grands espaces. Sur le toit, des cabanes en bois ont poussé. Visite sous la neige. Plus...

Vous reprendrez bien un peu de Porteous dans votre café politique

Société Les occupants du bâtiment au bord du Rhône étaient invités cette semaine à l’Usine pour débattre de leur action. Soirée concrète et très suivie. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...