Plan-les-Ouates verrouille ses ruelles face aux flux motorisés pendulaires

MobilitéPour préserver ses habitants, la Commune veut des restrictions d’accès.

Ci-dessus, les tronçons concernés.

Ci-dessus, les tronçons concernés. Image: G. LAPLACE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La périphérie genevoise continue de rivaliser d’ingéniosité pour se prémunir des avalanches matinales et vespérales de pendulaires motorisés. À Plan-les-Ouates, la Commune souhaite pérenniser les mesures mises à l’essai il y a environ un an pour préserver des secteurs résidentiels. Il s’agit de fermer aux heures de pointe (de 6h30 à 9h et de 16h à 19h) l’accès à cinq voies de quartier.

L’enquête publique publiée à la fin janvier dans la «Feuille d’avis officielle» concerne le bref segment de la route de Bardonnex se trouvant à l’entrée d’Arare-Dessous, les chemins des Brulaz et de la Vironde, le pont des Vaulx et le chemin du même nom (entre le chemin de la Butte et la route des Chevaliers-de-Malte). Aux heures critiques, ils ne seraient ouverts que dans le sens inverse à celui qu’empruntent les flux pendulaires.

«Le gabarit de ces chemins est inadapté à un trafic qui a pu approcher mille véhicules par période de pointe, des automobilistes pressés qui, pour gagner cinq minutes, empruntent ces voies où on croise à peine, dépourvues de trottoirs», commente Olivier Caumel, directeur de la région Rhône-Arve à l’Office cantonal des transports. Selon lui, la période d’essai a réduit le trafic de 80%, moyennant la présence initiale d’agents municipaux qui, après une phase d’information, ont amendé les récalcitrants.

Le dispositif rappelle celui mis en place dès 2017 à Cartigny, où l’interdiction de certains mouvements en heure de pointe a rabattu le trafic pendulaire hors du village. Dans ce cas, l’accalmie a été encore plus marquée. «De telles mesures ne coûtent pas grand-chose et permettent de pacifier un village ou un quartier habité», relève Olivier Caumel. «Le but est que le trafic reste sur les voies prévues pour le transit, enchaîne Thierry Durand, magistrat communal chargé de la Mobilité. Nous pérennisons ces mesures prises en faveur des habitants d’Arare-Dessous tout en tenant compte de ceux d’Arare-Dessus qui avaient pu se sentir exclus. On autorisera notamment l’accès à l’école de Pré-du-Camp.»

La percolation du trafic dans des chemins inadaptés est une problématique générale dans cette partie du canton. Les liaisons routières L1-L2 étaient l’outil envisagé pour canaliser ces flux, mais le Grand Conseil a rejeté le projet en avril dernier. Selon l’OCT, un mandat d’étude transfrontalier est sur le point d’être lancé pour chercher d’autres solutions. Les résultats sont attendus à l’été 2021.

Créé: 04.02.2020, 19h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...