«Pierre Maudet n'est pas très crédible»

PolitiqueDes élus de gauche, mais aussi du PLR, fustigent la rupture de collégialité. D'autres la soutiennent sur le fond. L'Exécutif ne commente pas.

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet, le 20 septembre 2019.

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet, le 20 septembre 2019. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Silence radio au Conseil d'Etat. Après les vives critiques de Pierre Maudet sur le projet de budget, ni son président Antonio Hodgers, ni sa ministre des finances Nathalie Fontanet, PLR elle aussi, ne souhaitent s'exprimer, font-ils savoir cet après-midi par l'intermédiaire de leurs porte-paroles.

Ébranlé par l'affaire Maudet, mis à mal par les mauvaises relations entre certains de ses membres, le Conseil d'Etat va devoir vivre désormais avec une rupture de collégialité. Dans une interview accordée ce samedi à la «Tribune de Genève», Pierre Maudet déclare qu'il «ne peut soutenir» le budget 2020, présenté jeudi et déficitaire de 589,7 millions de francs. Il dénonce l'augmentation «disproportionnée» du nombre de postes au sein de l'Etat et l'absence de mesures structurelles, y voyant une «fuite en avant».


Lire aussi notre éditorial: Un coup politique de Pierre Maudet? Pas seulement


«La honte du PLR Genève»

Si les magistrats se murent dans le silence, sans doute pour ne pas encore mettre de l'huile sur le feu, les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux, et ce à peine l'interview de l'ancien président du gouvernement genevois publiée. Le conseiller national PLR Benoît Genecand a fustigé, dès l'aube, l'attitude de Pierre Maudet.

Sans le nommer et sous la forme d'une «charade orientale» publiée sur Facebook, il dit tout le mal qu'il pense de celui dont il fut le premier, au sein du parti, à appeler à la démission l'automne dernier. «Mon premier dépensait sans compter au temps de sa gloire. Mon second a perdu tout pouvoir suite à ses choix irréfléchis et ses mensonges répétés. [...] Mon tout est la honte du PLR Genève», écrit-il.

Réactions outrées à gauche également. «Cette rupture de collégialité ne contribue pas à ramener la cohésion et l'unité au sein de l'Exécutif, bien au contraire», déplore le chef du groupe socialiste au Grand Conseil, Thomas Wenger. «Or, Genève a besoin de sérénité pour affronter ces prochaines années qui vont être difficiles sur le plan budgétaire.»

Sur le fond, le député peine à comprendre que le ministre en charge du Développement économique ait fait campagne ce printemps avec le Conseil d'Etat pour soutenir trois grandes réformes (celle de la Caisse de prévoyance de l'Etat, la fiscalité des entreprises RFFA et la hausse du montant des subsides d'assurance maladie) et que, «juste derrière, il fasse marche arrière», alors que cet important déficit était attendu. «Il n'est pas très crédible», tacle Thomas Wenger.

Approbations sur le fond

Dans son interview, Pierre Maudet désapprouve, notamment, l'augmentation du nombre de postes administratifs au sein de l'Etat, prévue par le projet de budget. Une critique paradoxale, aux yeux du socialiste Sylvain Thévoz. «Pierre Maudet occupe un état major de 15 personnes pour 23 collaborateurs et refuse le projet de budget 2020... au nom du trop grand nombre de cadres administratifs à l’Etat. En terme de décalage entre les discours et les faits cet homme bat définitivement tous les records», s'étrangle le député sur Facebook.

Mais Pierre Maudet récolte aussi plusieurs soutiens sur le fond. Lors de la présentation du budget, jeudi, tous les partis avaient d'ailleurs fait part de leur mécontentement. Réagissant à la publication de Sylvain Thévoz, le président du PLR Genève Bertrand Reich dénonce «les promesses non tenues, l'absence de toute vision transversale, l'absence de tout projet politique du Conseil d'Etat».


Lire aussi: Un déficit de 590 millions? «C’est sans surprise!»


Chef du groupe PDC, Jean-Luc Forni ne dit pas autre chose: «Sur la forme, c'est un habile politicien et sur le fond, Pierre Maudet a 100% raison.» «Contrairement à ses autres collègues du gouvernement, il s'en tient au programme de législature qui promettait de restructurer l'Etat. Je suis abasourdi que les autres conseillers d'Etat de la droite et du centre soutiennent ce budget», lance le démocrate-chrétien.

Pour Jean-Luc Forni, l'Exécutif devrait «reprendre sa copie et tout revoir». «Si cela commence comme ça, les débats budgétaires vont être très, très, difficiles.»

Créé: 21.09.2019, 16h25

Articles en relation

Pierre Maudet rompt la collégialité sur le budget

Déficit Le conseiller d’État PLR chargé du Développement économique a refusé le projet élaboré par le gouvernement. Il demande des mesures pour rétablir l’équilibre à terme. Plus...

Un déficit de 590 millions? «C’est sans surprise!»

Budget 2020 du Canton Le Conseil d’État soumet un projet de budget 2020 très déficitaire, conséquence attendue de RFFA, de l’augmentation des subsides et du renflouement de la CPEG. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...