On a marché sur le CEVA

ReportageDes dizaines de milliers de Genevois impressionnés et ravis ont visité, samedi et dimanche, cinq gros chantiers du CEVA. Succès.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Quelle est la déclivité dans le tunnel de Champel?» «Pourquoi n’avez-vous pas mis une gare à Val d’Arve?» «Ce sera fini quand?» «Et au final, ça va nous coûter combien?» Ce week-end, les Genevois ont pu s’en donner à cœur joie et poser toutes les questions qu’ils voulaient en visitant cinq lieux emblématiques du chantier de la liaison ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse (CEVA). Et ils ne se sont pas gênés.

Familles avec enfants, mordus de ferroviaire, riverains qui subissent jour après jour les désagréments dus aux travaux, simples curieux, il y avait foule dès samedi pour découvrir les dessous de la bête. Plus de 30 000 personnes en deux jours, selon les organisateurs.

Spectaculaire et concret

C’est la deuxième fois que sont organisées des portes ouvertes sur le chantier du siècle genevois. Elle avait intéressé 18'000 visiteurs. Mais là, après quatre ans de travaux, et alors qu’on en est à mi-parcours, tout devient plus concret. La population a pu se faire une idée plus précise de l’importance de ce qui est en train d’être bâti sous ses pieds. Et c’est souvent spectaculaire.

Plus question de considérer le CEVA comme un simple projet lorsque l’on a pu voir, à 16 mètres sous terre, la halte du Bachet de ses propres yeux. Au fond, le tunnel qui fera le lien avec le Val d’Arve se laisse aussi admirer, autant que les engins qui servent à creuser. «Dans deux semaines environ, nous ferons la jonction de ce tronçon», explique Georges Tissot, un retraité des CFF présent pour informer les gens.

Voyage sous la colline

«Le Val d’Arve est l’un des sites les plus impressionnants», avait averti au début de la visite Caroline Monod, chargée de communication CEVA. On confirme. Ce n’est pas tous les jours que se visite un tunnel en construction jusqu’à son front d’attaque. Et dire que pile au-dessus, Champel vit sa vie de quartier.

Après avoir traversé l’Arve en admirant le futur pont en fin d’assemblage sur la rive – il sera bientôt poussé au-dessus des flots – les visiteurs pénètrent sous terre. Sans appréhension, tant est large et haute la cavité. Au fond, un film explique notamment le recyclage des gravats et, à nouveau, des collaborateurs de l’Etat ou des CFF répondent, sans paraître se lasser, aux questions. Sachez au moins que le tunnel avance d’un mètre par jour.

Tout aussi spectaculaire est le site des Eaux-Vives. Mais cette fois, parce que l’on prend conscience de l’ampleur de la future gare souterraine (plus de 300 mètres). On plonge sous terre dans un environnement de béton.

Comme sur les autres sites, on peut s’y alimenter et s’y désaltérer. Projet de Nouvelle Comédie oblige, une troupe de théâtre anime les lieux. Des comédiens récitent du Shakespeare à une pierre pour lui donner une âme…

«S’approprier le CEVA»

Croisé au Val d’Arve, le conseiller d’Etat Luc Barthassat ne cache pas son enthousiasme. «Il faut que les gens s’approprient le CEVA et ces portes ouvertes sont le moyen idéal, explique le responsable des Transports. Sans cela, il est difficile de se rendre compte de l’ampleur du chantier.»

(TDG)

Créé: 27.09.2015, 17h47

La ligne ferroviaire CEVA doit relier en 2019 Cornavin à Annemasse en 20 minutes à raison de 6 trains par heure. Elle réalise ainsi un engagement des CFF signé en 1912. Le coût des 14 kilomètres du tronçon suisse – réactualisé en 2009 - se monte à 1,567 milliard de francs, dont 44% sont investis par l’Etat de Genève. Le solde est à la charge de la Confédération. Le coût des 2,5 km de CEVA qui se trouvent en territoire français est de 234 millions d’euros HT.
Voir aussi CEVA-PLUS

Articles en relation

Haykel Ezzeddine: Une fresque à trois mains pour le CEVA

La revue des blogs ET encore: Gorgui Ndoye : Mister JD, Sénégalais-Africain Blanc, Ruben-Maurice Hayoun : La France et le conflit syrien, Pascal Décaillet. Un parfum de rue des Granges de M. de Senarclens... Plus...

Le chantier du CEVA se dévoile au grand public

Portes ouvertes Gares à l’état brut et tunnels en cours de forage sont à parcourir ce week-end. Plus...

Géologie et briques de verre menacent le budget du CEVA

Chantier Le concept des gares alimente aussi le risque de surcoût qui se concrétise, selon des experts. Plus...

«Une occasion à ne pas manquer»

«Les navettes en transport public entre les sites, c’est très pratique. En voiture, je n’aurais pas fait tous les sites.» Venue de Puplinge, Isabelle Briffaud a participé avec son fils, Aurélien, aux portes ouvertes. Complices, les deux sont également conquis par l’expérience.

«C’était sympa de voir où en sont les chantiers maintenant, et d’imaginer ce que ça va devenir une fois achevé», poursuit Isabelle. Mère et fils ont été particulièrement impressionnés par le site des Eaux-Vives et celui du Val d’Arve. «Cela fait tout de même bizarre de se dire qu’on est seize mètres sous terre. Et puis voir comment ils creusent le tunnel, c’est quelque chose!»

Totalement satisfaite de la journée, Isabelle ajoute: «Il y a également un petit côté j’y étais. C’était une occasion à ne pas manquer.»

Pas une once de critique non plus dans la bouche de Christine Willemin et de Patrick Chevalier, qui résident à Chêne-Bourg. «Je passe tous les jours devant le chantier de la gare des Eaux-Vives pour aller travailler, explique Christine. J’avais vraiment envie de voir cela de mes propres yeux.»

Et ça leur a plu! «C’est toujours intéressant de voir comment se déroule un chantier, ajoute Patrick. Même quand c’est du béton. Ensuite, il y aura l’architecture, ce qu’on va mettre dessus.»

Convaincu que Genève a besoin du CEVA, le couple espère pouvoir l’utiliser bientôt. «Je ne suis pas mécontent de payer des impôts si c’est pour cela, conclut Patrick. J’espère que cela leur donnera des idées pour l’autre infrastructure nécessaire: le pont.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Sortie du livre 'Sodoma, enquête au coeur du Vatican'
Plus...