Olaf Blanke: «Dans vingt ans, nous aurons des avatars virtuels et robotiques»

SciencePour fêter ses 10 ans, la HEAD lance un colloque sur le futur, en mêlant art et science. Entretien avec un neurobiologiste du Campus Biotech.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parler d’avenir. C’est le projet de la Haute École d’art et de design, qui convie des artistes et des scientifiques internationaux à exposer leurs visions du futur, dans un colloque jeudi et vendredi. La sauterie se tiendra dans le nouveau campus de Châtelaine, à l’occasion des 10 ans de la HEAD. Convié au colloque, Olaf Blanke, directeur du Centre des neuroprosthèses du Campus Biotech, nous livre ses prédictions.

Comment imaginez-vous la société dans vingt ans?

Je pense que nous aurons chacun plusieurs corps robotiques qui feront des choses à notre place et mieux que nous. À côté de ceux-là, des avatars virtuels. Il y a quelques années, ça aurait paru absurde, mais avec les récentes avancées de la robotique, de la réalité virtuelle et augmentée, il est probable que cela advienne même d’ici à dix ans.

«Dans le monde mixte de la réalité augmentée, ce sera intéressant d’étudier comment notre cerveau fera la différence entre personne réelle et avatar»

Qu’est-ce que vous entendez exactement par avatar?

Pensez au film Avatar. Une personne paraplégique peut mouvoir son alter ego dans un autre monde, grâce à des interfaces cerveau-machine et corps-machine. Diriger un avatar virtuel grâce à des mouvements corporels et de l’activité cérébrale, c’est déjà possible. Dans le monde mixte de la réalité augmentée, ce sera intéressant d’étudier comment notre cerveau fera la différence entre personne réelle et avatar.

C’est un scénario qui vous réjouit ou qui vous inquiète?

Au niveau des neurosciences, c’est une opportunité fantastique. Prenons un exemple simple: je marche dans la rue, un drone me suit à deux mètres. Si je porte l’appareillage adéquat, je vois ce que le drone voit. En étudiant la façon dont mon cerveau réagit avec ce déplacement des yeux et maîtrise cette nouvelle aptitude, on peut penser beaucoup plus loin: comment serait la conscience de mon corps avec quatre bras (ndlr: dont deux robotiques)? Avec une troisième jambe, ce qui se fait déjà au Japon?

Je crois que pour tout ce qui est éthique, on est prêt. Mais ça ne veut pas dire que le boulot est fait. Des comités d’éthique devront se mettre en place avec des philosophes, des scientifiques, des ingénieurs, des historiens, des artistes. Le but étant de savoir comment intégrer au mieux ces changements qui vont forcément venir.

Seul le milieu académique devrait réfléchir aux enjeux éthiques, selon vous?

L’avancée des technologies vient du milieu académique et se diffuse dans le grand public, notamment à travers des films hollywoodiens comme Avatar. Il est donc important que les universitaires de différents domaines soient présents. Mais il faudrait aussi que les discussions soient débattues plus largement. Ces informations doivent être accessibles à tous.

«L’artiste aujourd’hui est peu éloigné de la technologie,
il utilise des caméras,
des installations, la réalité virtuelle»

Avoir un profil Facebook, c’est une étape avant l’avatar?

Tout à fait. Dans mon domaine, je m’intéresse particulièrement à la perception corporelle de la conscience, donc la façon dont le corps et le cerveau réagissent par rapport à l’avatar, ce qui touche à la conscience de soi dans le monde. Un exemple? La mémoire. Mon avatar aura une représentation mémorisée de moi qui dépassera en précision mes propres souvenirs. On est déjà en train d’altérer sa mémoire, avec tout ce que l’on stocke sur son téléphone et sur Internet.

Se projettera-t-on dans le monde virtuel ou est-ce la robotique qui interviendra dans notre réalité?

Les deux. Dans le centre de neuroprothèses du Campus Biotech, on travaille encore avec des électrodes rigides, mais on peut imaginer que dans quelque temps, ces électrodes seront fluides ou se présenteront sous forme de tatouages intelligents qui vont transmettre et enregistrer des informations. Ce qui sera très utile en médecine, pour un traitement hyperpersonnalisé et précis.

Quel rôle pour l’art dans le transhumanisme?

Le scientifique avance en général assez progressivement, étape par étape, expérience par expérience. Et surtout, il regarde dans son champ d’investigation. L’artiste, au contraire, fait le lien direct entre le sujet et ce qui intéresse tout le monde. Enfin, pas toujours: l’art s’adresse aussi parfois à un public très restreint. Pour le domaine qui m’intéresse, à savoir la représentation du corps dans l’espace, je vois beaucoup de similitude avec l’autoportrait: dans la deuxième moitié du XXe siècle, l’artiste déborde du tableau pour essayer de se représenter via des installations. L’artiste aujourd’hui est peu éloigné de la technologie, il utilise des caméras, des installations, la réalité virtuelle, etc. C’est très intéressant d’un point de vue scientifique.

«Histoires d’un futur proche», je 14 et ve 15 déc., Bâtiment H, Le Cube, av. de Châtelaine 5, info: www.narrativesnearfuture.ch (TDG)

Créé: 12.12.2017, 15h35

Olaf Blanke, directeur du Centre des neuroprosthèses du Campus Biotech

(Image: FLORIAN CELLA)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...