«Non, le Conseil d’État ne manipule pas les chiffres»

Votations du 19 maiNathalie Fontanet est furieuse que des pontes de l'Asloca accusent le gouvernement de tricher sur les coûts de la recapitalisation de la CPEG.

Nathalie Fontanet reproche à l’avocat de l’Asloca et au président de l’Association de défense des locataires d’être de mauvaise foi.

Nathalie Fontanet reproche à l’avocat de l’Asloca et au président de l’Association de défense des locataires d’être de mauvaise foi. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nathalie Fontanet n’a pas apprécié, mais pas du tout, l’accusation de l’Asloca d’avoir manipulé les chiffres concernant les coûts des deux projets en concurrence – l’un du Conseil d’État, l’autre de la gauche – pour recapitaliser la Caisse de prévoyance de l’État de Genève (CPEG). «Tous les calculs ont été faits avec les mêmes paramètres techniques, et les députés Christian Dandrès et Alberto Velasco le savent bien pour avoir suivi de l’intérieur tout le processus», affirme la ministre des Finances.

C’est donc elle qui reproche aujourd’hui à l’avocat de l’Asloca et au président de l’Association de défense des locataires d’être «d’une mauvaise foi crasse». L’apparente ambiguïté découle d’un tableau comparatif présenté en conférence de presse le 8 avril. Il pouvait en effet faire croire qu’un taux technique différent avait été pris en compte pour calculer les coûts des deux projets.

Un tableau mal compris

«Ce n’est pas le cas car ce serait absurde, insiste Nathalie Fontanet. Le taux de 2% a été utilisé pour évaluer ce que coûterait chacune des deux options.»

En réalité, ce tableau indiquait un taux minimal de 1,75% pour le projet de gauche (tel qu’inscrit en fait dans les deux projets de loi), alors que le taux de 2% du projet du Conseil d’État évoquait la garantie donnée par la CPEG que ce serait le taux appliqué la première année. «Mais j’insiste, le calcul des coûts a, lui, été réalisé avec les mêmes paramètres économiques.»

Un risque de découragement

«Je me devais de répondre à ces accusations car elles sont susceptibles de déstabiliser la population, commente la conseillère d’État. Si les citoyens estiment ne plus pouvoir se fier aux chiffres, ils risquent de tout refuser par réflexe de défense.»

Nathalie Fontanet assure par ailleurs que le Conseil d’État n’a jamais reçu le courrier de l’Asloca dénonçant ces faits. «Nous avons encore vérifié aujourd’hui, il n’y a rien, précise-t-elle. On ne peut donc nous reprocher de ne pas avoir répondu à une lettre que nous n’avons jamais reçue.»

Créé: 06.05.2019, 18h20

Articles en relation

Pour l’Asloca, les chiffres ont été «manipulés»

Votation sur la CPEG Les défenseurs des locataires affirment que l’Exécutif «trompe» la population au sujet de la caisse de prévoyance. Plus...

CPEG: les clés pour saisir l’enjeu du 19 mai

Recapitalisation Deux projets de renflouement de la Caisse de prévoyance de l’État de Genève sont soumis en votation, l’un estampillé de gauche, l’autre de droite. Plus...

L’Asloca appelle à choisir sa solution pour recapitaliser la CPEG

Votations du 19 mai Les défenseurs des locataires jugent le projet de droite trop pénalisant pour les jeunes fonctionnaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...