Monnaie complémentaire lancée à Troinex et Veyrier

GenèveDeux couples sont à l’origine du projet. Le but est de soutenir l’agriculture locale et lutter contre les achats transfrontaliers

De g. à dr.: les propriétaires du Domaine de Marsillon, Gabriel Pictet et Margherita del Balzo, et les fermiers Michel et Patricia Bidaux

De g. à dr.: les propriétaires du Domaine de Marsillon, Gabriel Pictet et Margherita del Balzo, et les fermiers Michel et Patricia Bidaux Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les lémans, les marsillons. Mais cette fois, c’est du très local. La nouvelle monnaie complémentaire lancée jeudi circulera uniquement dans les communes de Veyrier et Troinex. Elle vise à soutenir le commerce local et lutter contre les achats transfrontaliers.

L’idée émane du Domaine de Marsillon, connu pour ses poulets du même nom et situé à cheval sur les communes de Troinex et Veyrier. Les propriétaires du lieu et les fermiers qui louent leurs parcelles procèdent depuis longtemps à de nombreux échanges de biens et de services sous forme de trocs.

Puis il y a eu le documentaire «Demain» et Gabriel Pictet, propriétaire du domaine, qui a pris un bain. «A peu près à chaque fois qu’il prend un bain, il a une idée», plaisante sa femme, l’artiste Margherita del Balzo. Cette fois, ce sera celle d’une monnaie locale. «L’idée est de pouvoir utiliser cette nouvelle unité d’échange entre nous et avec d’autres habitants et commerçants de la région», explique Gabriel Pictet. Les fermiers, Michel Bidaux et son épouse Patricia, sont partants. Ils voient dans ce projet un moyen de soutenir une agriculture forte.

C’est ainsi que depuis deux mois, Margherita del Balzo produit des dizaines de billets. Ou plus exactement des dizaines de petites œuvres d’art. Les marsillons sont en effet confectionnés en papier fait main puis décorés à la plume et à l’aquarelle. «Chaque billet demande entre une et deux heures de travail, c’est une manière de valoriser l’échange», souligne l’artiste. Toutes les pièces sont uniques et numérotées, pour éviter les reproductions. Deux coupures sont actuellement mises en circulation: des billets de 25 et 125. Le marsillon étant à parité avec le franc, les clients pourront compléter le montant demandé en francs.

Pour l’heure, seuls les quatre initiateurs du projet utilisent officiellement cette nouvelle monnaie. Le cercle devrait prochainement s’élargir. Plusieurs commerçants des deux communes ont d’ores été déjà été contactés.

Pour plus d’informations: //marsillons.ch

Créé: 08.05.2016, 18h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...