Mesemrom dénoncée à la Cour des comptes

JusticeUne citoyenne a déposé une plainte pour que soit examinée l’utilisation d’une subvention de l’Etat en Roumanie. Un cas unique

Doris Leuenberger, avocate et membre de Mesemrom

Doris Leuenberger, avocate et membre de Mesemrom Image: C. Bonzon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La présence des Roms à Genève fait grincer les dents de nombreux habitants. Et lorsqu’il s’agit d’investir des deniers publics pour des infrastructures en Roumanie, la levée de boucliers est encore plus féroce. Mesemrom, l’association de soutien aux Roms, en a fait l’expérience récemment. Une citoyenne a déposé une plainte à la Cour des comptes au sujet d’une subvention de 60?000?francs octroyée par l’Etat à l’association. Une première.

A l’origine de la réclamation: un projet de Mesemrom en Roumanie. L’association a fait construire des bains lavoirs à Aiud, lieu d’origine d’une majorité de Roms, pour répondre à des besoins d’hygiène corporelle et vestimentaire. Ils seront inaugurés le 16 mars. «Le projet a nécessité un budget d’environ 100?000?francs, détaille Doris Leuenberger, avocate et membre de Mesemrom. L’Etat a versé 60?000?francs – via son Fonds de solidarité internationale – la Ville 30?000?francs, la Commune de Meyrin 15?000?francs»

Or, les travaux ont accusé d’importants retards, ce qui a conduit certains à suspecter une malversation. «Une citoyenne a porté plainte à la Cour des comptes pour comprendre à quelles fins était utilisée la subvention de l’Etat», confirme Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la sécurité dont dépend le Fonds de solidarité. Il y a dix jours, un membre de Mesemrom a donc été auditionné par la Cour des comptes. «L’association a fourni des explications et il est apparu que tout était en ordre», conclut le porte-parole. L’affaire est classée, mais cette dénonciation est un cas unique.

«Depuis la création du fonds, soit une dizaine d’années, c’est la première fois qu’un contrôle est suscité à la demande d’un citoyen! rapporte Laurent Paoliello. Cette réclamation est étrange car elle intervient alors que le projet est déjà terminé… Cela montre que ce genre de projet attire plus facilement l’attention des citoyens et que la problématique des Roms est sensible, voire polémique.» Doris Leuenberger renchérit: «On nous a dit que le Fonds de solidarité n’avait jamais reçu autant de courriers négatifs!» Et Laurent Paoliello de citer un dernier exemple: un ancien policier pensait que ces bains étaient des thermes et s’est indigné de voir l’Etat financer ce type de construction en Roumanie… ? (TDG)

Créé: 02.03.2012, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...