«Libérer le congé parental des chaînes bernoises»

Congé parentalLe député Romain de Sainte Marie propose une résolution pour rééditer «le coup» du congé maternité.

Ci-dessus le député Romain de Sainte Marie.

Ci-dessus le député Romain de Sainte Marie. Image: Paolo Battiston

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève avait été à la pointe du développement du congé maternité en Suisse, se dotant de cette avancée sociale avant les autres cantons. Le député socialiste Romain de Sainte Marie souhaite qu’il en aille de même pour le congé parental, qui pour l’heure se résume à un congé maternité de seize semaines en Suisse, plus un jour ou deux pour le père (dans le privé), contre une moyenne de 53 semaines pour les pays de l’OCDE.

Mais il faudra auparavant faire sauter le verrou bernois: «L’introduction d’un congé de paternité ou d’un congé parental pour les personnes dont le rapport de travail est régi par le droit privé est du seul ressort de la Confédération. Une modification du Code des obligations ou éventuellement de la loi sur le travail est nécessaire pour aller plus loin», argumente le député. Il dépose donc au parlement une résolution à envoyer au parlement fédéral afin qu’il autorise les cantons à «instituer un congé parental cantonal et une allocation pour perte de gain cantonale durant ce congé». Bref, il faudrait «libérer le congé paternité des chaînes bernoises».

Quel est l’intérêt d’un tel congé? Selon le député, il s’agirait d’une part d’adapter le droit aux mentalités. «La répartition des rôles dans la famille a changé, dit-il. Mais trop de femmes sont contraintes de baisser leur temps de travail pour s’occuper des enfants. L’économie a besoin d’elles et beaucoup de pères se feraient un plaisir de s’occuper des enfants à la naissance.»

Romain de Sainte Marie ne propose pas de durée particulière à fixer pour ce congé. Il souligne que, selon une étude de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales, une augmentation de 1% du taux d’emploi féminin permettrait de financer dix-huit semaines de congé parental via la hausse des recettes fiscales induites. «On ne peut pas attendre Berne, qui traîne. Une initiative demande quatre semaines, le contre-projet du Conseil fédéral deux. De qui se moque-t-on?»

(TDG)

Créé: 11.04.2019, 18h54

Articles en relation

20 jours de congé pour les nouveaux papas

Epalinges Les élus ont accepté de multiplier par quatre le délai accordé aux nouveaux pères de l'administration communale. Plus...

A quand un vrai congé parental pour tous?

Familles arc-en-ciel Quand on est homosexuel et qu’on accueille un nouveau-né, c’est la grande loterie, puisque rien ne figure dans les règlements du personnel. Des parents racontent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inde: vers une réélection du nationaliste Modi
Plus...