«Les sept enfants testés positifs au coronavirus à Genève vont bien»

EpidémieUne étude sur la Chine confirme que la maladie est bien moins nocive durant l’enfance. Le professeur Alain Gervaix la juge valable, en dépit de certaines limites.

Alain Gervaix est chef du Département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent et responsable des urgences pédiatriques aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Alain Gervaix est chef du Département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent et responsable des urgences pédiatriques aux Hôpitaux universitaires de Genève. Image: Capture d'écran YouTube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les enfants semblent pour l'heure les grands épargnés du coronavirus. Une étude à paraître dans la revue américaine Pediatrics le confirme. C’est également le cas à Genève où, depuis le début de l'épidémie, seuls 7 enfants (sur des centaines testés) ont reçu un diagnostic positif, comme l’indique le professeur Alain Gervaix, chef du Département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent et responsable des urgences pédiatriques aux Hôpitaux universitaires de Genève.

L’étude rétrospective publiée dans Pediatrics a passé en revue 2143 jeunes patients, âgés de 7 ans en moyenne. La maladie a été confirmée chez 731 d’entre eux (34,1%) et restée suspecte chez les 1412 autres (65,9%). L’analyse confirme ce que l'on avait observé empiriquement: si la maladie peut atteindre des enfants de tout âge, sans trop de différence de genre (56% de garçons), elle se montre moins grave que chez les adultes.

Les très jeunes enfants plus sensibles

Dans 90% des situations, les enfants ne développent pas de symptômes ou seulement sous une forme légère à modérée. Cependant, au sein de ce groupe de 2143 enfants, la proportion des cas sévères à critiques s’élève à 10,6% chez les bébés de moins d’un an et à 7,3% chez les enfants de 1 à 5 ans – contre 4% chez les 6-15 ans et 3% chez les plus de 15 ans.

Consulté par la Tribune de Genève, le professeur Alain Gervaix juge l'étude valable, en dépit de certaines limites - notamment le fait que les cas suspects sont bien plus nombreux que les cas confirmés, ce qui peut biaiser les résultats. Il cite un autre article, publié dans le New England Journal of Medicine, dont il ressort que les enfants ne représentent que 1% du total des infections.

Un seul décès en Chine

«Toutefois, il est vrai que la maladie peut toucher les enfants, et à toutes les classes d'âge.» Heureusement, la mortalité semble inexistante chez les enfants de moins de dix ans. Seul un décès d'un adolescent de 14 ans, le 7 février à Hubei, a été rapporté.

Pourquoi les enfants sont-ils épargnés? L'étude de Pediatrics avance plusieurs hypothèses: ils évolueraient dans des cercles moins exposés au coronavirus (au départ tout du moins), leurs poumons moins matures ne "retiendraient" pas le virus; enfin, habitués à croiser des virus hivernaux, ils auraient développé des anticorps qui les protègeraient. Alain Gervaix retient surtout la deuxième hypothèse. «Les enfants auraient moins de récepteurs dans le nez, la gorge et le poumon pour retenir ce virus-là. Mais nous n'avons pas encore d'arguments très précis pour l'affirmer.»

Quid des très jeunes enfants, pour lesquels la maladie peut, selon l'étude américaine, être plus problématique? «Cela peut être embêtant mais pas du tout comme chez l'adulte, rassure le spécialiste. À Genève, seuls sept enfants ont reçu un diagnostic positif. Un seul a dû être gardé en surveillance deux jours. Tous vont très bien et sont à domicile.»

L'asthme ne met pas plus en danger

Au départ, l'hôpital testait tous les enfants présentant des symptômes grippaux. «Aujourd'hui, nous appliquons des critères plus stricts: une fièvre de plus de 38°C, de la toux et des facteurs de risque (problèmes à la naissance, déficit immunitaire, cancer, maladie pulmonaire ou cardiaque).» Précision rassurante: «L'asthme ne met pas les enfants plus à risque pour le coronavirus.» Mais le médecin rappelle les consignes valables pour tous: «Evitez les contacts et lavez-vous les mains.»

Créé: 22.03.2020, 11h17

Articles en relation

La police a commencé à sanctionner les rassemblements interdits

Crise du coronavirus Une quinzaine d'amendes ont été délivrées dans la nuit de vendredi à samedi contre des réunions de plus de cinq personnes. Journée sans bûche ce samedi. Plus...

En Suisse, nous ne sommes pas tous égaux face au coronavirus

Fédéralisme Malgré une gestion fédérale, les cantons interprètent les mesures à leur manière. Plus...

Les enfants en foyer ne peuvent plus voir leurs parents

Coronavirus Les droits de visite sont suspendus, informe le Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant. Maigre possibilité d'organiser des contacts téléphoniques ou par vidéo avec les parents... Plus...

Unilabs mobilisera un millier de tests du Covid-19 par jour

Face à la pandémie La direction des labos gère chaque jour «la pénurie» d’ingrédients de dépistage et prépare une «collecte directe» des échantillons. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...