Les pompiers interviennent en Vieille-Ville pour un feu de cheminée

Fait diversLe feu s'est transmis au plancher en bois, sans doute par conduction. Il s'est déclaré ce samedi dans un logement situé sous les combles d'une habitation donnant sur la rue Guillaume Farel.

Un feu de cheminée a nécessité une longue intervention des pompiers, ce samedi 12 janvier, dans une maison à deux entrées, côté rue Guillaume Farel et place du Bourg-de-Four où a été positionnée l'autoéchelle du SIS.

Un feu de cheminée a nécessité une longue intervention des pompiers, ce samedi 12 janvier, dans une maison à deux entrées, côté rue Guillaume Farel et place du Bourg-de-Four où a été positionnée l'autoéchelle du SIS. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des bruits de tronçonneuse derrière la cathédrale Saint-Pierre, ce samedi en milieu d’après-midi. Les bûcherons sont des pompiers. Ils découpent à l’air libre des planches en bois avant de rejoindre leurs collègues aux affaires au numéro 12 de la rue Guillaume Farel. Une maison d’habitation à deux entrées, l’autre donne sur Bourg-de-Four, en contrebas du parvis du Palais de Justice.

Les hommes du SIS sont arrivés avec la tonne-pompe, avant de demander rapidement du renfort. Des fumées sortaient par les plinthes en bordure de toiture. À l’origine du dégagement à peine perceptible à l’œil, un début de sinistre suite à l’allumage d’une cheminée dans l’appartement situé au dernier étage, sous les combles.

Le feu bourronnait non pas à l’intérieur du conduit mais à proximité de l’âtre. Par transmission de chaleur, ce foyer ouvert a atteint la poutraison du plancher à l’ancienne, multicouches comme un mille-feuille. De quoi assurer une combustion lente, masquer les braises en attendant un apport d’oxygène pour s’embraser.

Les pompiers sont arrivés à temps. Ils ont vidé deux extincteurs, tiré une lance en préservation, sachant que la suite serait un jeu de patience chirurgicale, nécessitant de découper le plancher à la verticale du foyer. Deux heures de dégarnissage fin, le sol en bois, brûlé de l’intérieur, ayant déjà commencé à s’effondrer dans le salon du voisin d’en dessous.

Parallèlement, L’autoéchelle s’est déployée en façade, côté Bourg-de-Four, afin de récupérer dans la nacelle les sacs de gravats et les chutes de planchers noircis. Du monde en Vieille-Ville pour suivre l’aspirant en train de manœuvrer son engin sous les ordres de son supérieur.

C’est plus calme sur le pavé de Guillaume Farel. Un ingénieur civil arrive à son tour; il est presque 16 h, l’étayage touche à sa fin. Une jeune femme demande à rentrer dans son logement, d’une voix inquiète. «Il y a huit ans, j’ai survécu à un tremblement de terre», glisse-t-elle en remerciant les pompiers pour leur intervention. (TDG)

Créé: 12.01.2019, 17h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...