Les petits arrangements de la direction des Evaux avec l'éthique

AuditUn rapport de la Cour des comptes pointe de nombreux manquements et suggère à demi-mot des départs.

Centre intercommunal de sports, loisirs et nature des Evaux.

Centre intercommunal de sports, loisirs et nature des Evaux. Image: Google street view

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les trois membres de la direction de la Fondation des Evaux ont du souci à se faire. La récupération d'heures supplémentaires non justifiées représente quelque 360 heures rien qu'en 2015. Et ce n'est qu'un des nombreux problèmes évoqués dans un audit de gestion que vient de publier la Cour des comptes. Son enquête fait ressortir de «fortes tensions entre une grande partie des collaborateurs et la direction». Elle suggère de «revoir la pertinence du maintien de deux postes d'adjoints» et n'exclut pas «une remise en cause des rapports de travail» avec les directeurs concernés par le rapport. Le conseil de fondation envisage une «réorganisation» de la direction. Pouvant aller jusqu'à des licenciements? «Toutes les options sont possibles», affirme Ruth Bänziger, sa présidente.

Les magistrats s'inquiètent surtout de la «culture éthique» de la fondation. De nombreux manquements sont relevés en matière de sélection des fournisseurs, d'utilisation des infrastructures à des fins privées et d'horaires de travail. «L'exemplarité dont devrait faire preuve la direction est clairement insuffisante pour une fondation de droit public.» Une société externe a par exemple été mandatée pour des travaux de nettoyage d'environ 185 000 francs, sans appel d'offres. Ainsi, le risque de fraude ne peut être exclu. Le nouveau parc de jeux pour enfants a été choisi sur catalogue sans demander d'offres concurrentes. Il a été acheté auprès de la société qui a réalisé les inspections de conformité du parc précédent, donc il y a conflit d'intérêts potentiel.

Les membres de la direction se sont octroyé et ont récupéré des heures supplémentaires en non-conformité avec le statut du personnel. L'an dernier, les absences non justifiées de la direction en récupération d'heures supplémentaires se seraient montées à environ 360 heures, ce qui représente une prestation de travail non fournie d'une valeur d'environ 28 000 francs. Quant aux années antérieures, aucune donnée n'est disponible...

Un membre de la direction a aussi régulièrement mobilisé des collaborateurs pour effectuer des activités privées en sa faveur durant les heures de travail. Comme l'utilisation de l'atelier pour la réparation d'un véhicule privé.

De plus, la Cour estime que «des gains potentiels d'efficience d'au minimum 1,5 équivalent temps plein devraient être possibles, soit environ 230 000 francs par an». Les effectifs de la direction sont passés de 1 emploi temps plein à 2,5, alors que «le périmètre d'activités, les prestations fournies et le budget sont restés constants». Ainsi, «cette augmentation de la dotation de la direction ne répond pas à un besoin identifié». Le conseil de fondation rétorque que «ces affectations relèvent d'un changement de place dans l'organigramme et non d'un changement de cahier des charges du collaborateur». Un employé est en fait devenu adjoint de direction technique pour faire symboliquement le lien entre la direction et le terrain. La Cour recommande de revoir la pertinence du maintien de deux postes d'adjoints de direction au vu du volume, du type d'activités et du nombre de collaborateurs de la fondation.

La gouvernance du Bureau serait trop orientée sur des questions de gestion opérationnelle au détriment des aspects stratégiques. «Les projets ne sont pas priorisés de manière satisfaisante.»

Les magistrats relèvent des «lacunes significatives» dans la gestion financière et budgétaire et les ressources humaines. La fondation n'aurait pas une «vision suffisamment fiable des charges et revenus imputables au différents projets». Par exemple, elle ne connaît pas le prix de revient d'une location de salle (en incluant les coûts de nettoyage, de sécurité, etc.). En 2015, les lacunes de contrôle budgétaire «se sont soldées par un manque de liquidités qui a contraint la fondation à contacter un emprunt de 600 000 francs dans l'urgence». Les dépenses ne feraient pas l'objet d'une analyse des besoins complète. Un cas concret est cité, puisque la fondation «a décidé d'acheter une fraise à neige qui n'a finalement jamais été utilisée pour un montant d'environ 26 000 francs».

La gestion de projets n'est pas épargnée par la critique. «Le manque de vision explique le retard pris dans le projet de nouveau restaurant», estime Marco Ziegler, magistrat rapporteur. Celui des karts à pédales n'a notamment fait l'objet d'aucune étude du coût de revient. L'analyse des besoins aurait été «réalisée de manière informelle en se basant principalement sur des discussions avec des membres de la famille d'un membre de la direction».

La Cour a émis 16 recommandations, toutes acceptées. «Le Conseil de fondation n'est pas surpris des constats de la Cour, admet Ruth Bänziger. Les Evaux découvrent ce qu'est une administration publique moderne. Les gens aux Evaux étaient très libres, ils doivent intégrer des contraintes nouvelles.» (TDG)

Créé: 06.07.2016, 19h42

La Fondation des Evaux

Cette structure intercommunale de droit public gère le domaine des Evaux, affecté au sport, à la détente et aux loisirs. Les contributions des communes membres (Bernex, Confignon, Genève, Lancy et Onex) ont représenté 3,6 millions de francs en 2015.

Articles en relation

Onex: le voisinage des Evaux excédé par les nuisances

Genève Les riverains dénoncent des botellones et des rodéos nocturnes. Les mesures prises par la fondation ne satisfont pas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...