Les pêcheurs craignent qu’une eau trop propre ne menace les poissons du lac

LémanLa Fédération Suisse de Pêche préconise de mettre en veille les stations d’épuration quand le taux de phosphore est trop faible. Une solution qui ne convainc pas les associations de protection des eaux.

L'activité des pêcheurs serait menacée par la trop grande épuration de l'eau.

L'activité des pêcheurs serait menacée par la trop grande épuration de l'eau. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Fédération Suisse de Pêche (FSP) tire la sonnette d’alarme. L’eau des lacs suisses deviendrait trop pure et les poissons seraient menacés. L’élimination totale du phosphore est mise en cause. «C’est toute la chaine alimentaire qui est bouleversée par l’épuration extrême de l’eau. Les phosphates servent à la croissance des plantes aquatiques dont se nourrissent les petits poissons», explique Maxime Prevedello, responsable de la communication. Actuellement, les lacs les plus touchés sont ceux de Brienz, Thoune et des Quatre Cantons mais qu’en est-il du Léman ? «Pour l’instant, il n’y a pas de problème avec le Léman car il est très grand. Mais à terme, il sera également touché si on ne fait rien.»

A ce moment-là, les amateurs de filets de perche auront du souci à se faire. «A court terme, les poissons blancs comme la perche et la féra seront les premiers touchés. Mais sur une quinzaine d’années la truite et l’omble chevalier, les poissons dits nobles, seront aussi menacés.» Une solution est soutenue par des élus UDC et PBD bernois. «Il faudrait pouvoir mettre en veille la déphosphoration dans les stations d’épuration lorsqu’on constate que le taux est trop faible», poursuit le pêcheur Maxime Prevedello.

Ainsi, il s’agirait de polluer à nouveau les lacs suisses ? «On veut tous de l’eau propre mais de l’eau stérile n’est pas une bonne chose, il faut arriver à un certain équilibre.»

La Commission Internationale Pour les Eaux du Léman (CIPEL) se veut plus rassurante. «Ce ne sera jamais le cas du Léman car il a un grand bassin versant qui fournira toujours suffisamment de phosphore. Son apport est garanti grâce aux sédiments et à la population», explique François Rapin, secrétaire général. Il s’insurge contre la solution proposée. «C’est une aberration, notre objectif est et sera toujours de réduire le taux de phosphates dans le Léman. Le but est de revenir à un état naturel du lac.» A la CIPEL, on reconnait qu’une épuration de l’eau a bien des conséquences sur les espèces de poissons mais toutefois on conteste que la féra du Léman soit touchée, au contraire. «On remarque déjà qu’il y a plus de féras que de perches aujourd’hui. C’était le contraire dans les années 70 quand le lac était bien plus pollué. C’est un choix à faire. Pour nous, le Léman n’a pas vocation d’être une ferme piscicole !»

Créé: 30.12.2011, 11h49

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...