Les nageuses aux seins nus dans l'œil des agents municipaux

Bords du RhôneLe vieux dress code aquatique du canton interdit aux femmes de se baigner la poitrine dénudée. La Ville s’invite dans le débat.

Sur le ponton en aval du pont de Sous-Terre, une femme adepte de la baignade les seins nus. Amendable selon les agents.

Sur le ponton en aval du pont de Sous-Terre, une femme adepte de la baignade les seins nus. Amendable selon les agents. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est sa fierté, exprimée avec le sourire d’une plagiste d’aujourd’hui, rencontrée sur les bords du Rhône. «Contrairement à mes cadettes, je porte sur moi mon époque.» Comment? En enlevant simplement le haut. Cette quinquagénaire se baigne chaque jour seins nus dans le fleuve. Sans ostentation ni prosélytisme.

Tout va bien. Jusqu’à très récemment. On lui laisse le soin de raconter la suite. «Remontée sur mon habituel ponton, au pied du pont de Sous-Terre, après ma rituelle nage, j’ai à peine eu le temps de remettre le haut qu’un agent de la police municipale se penchait vers moi, nullement gêné. Je pensais avoir évité de justesse une verbalisation. Mais non. L’homme en uniforme m’annonce qu’il est formellement interdit de nager les seins nus.»

Sur les plages, pas dans l’eau

Pardon? L’homme assermenté poursuit en forme de consolation: «Oui, c’est un vide juridique. Vous êtes autorisée à être topless sur les plages, pas dans l’eau. Je vous conseille de ne pas en chercher la cause, mais de veiller dorénavant à ne plus oublier le haut pour plonger, sous peine d’être amendable.» Puis il est allé apporter la nouvelle aux autres baigneuses. Car Sandrine n’est pas la seule à porter son époque par fidélité décontractée. Anne et Angelica en font de même. La première aime sentir le vent sur son corps, sans être entravée par «ces soutiens-gorge rembourrés qui mettent du temps à sécher»; la seconde roule discrètement son body jusqu’à la taille et les poissons voient parfois ses seins.

Toutes les deux confirment le passage de l’agent, un autre jour, pour les mêmes motifs. «Il avait chaud sous son sombre habit de travail, se souvient Anne, retraitée et voyageuse. Il n’était pas particulièrement hostile. J’ai éclaté de rire. Lui pas. Je lui ai demandé: «C’est quoi, ce gag?» Il m’a parlé d’un ancien règlement sur le dress code aquatique dans les eaux genevoises, toujours en vigueur, avant de rejoindre son collègue qui l’attendait sur le sentier.» Et Anne d’ajouter: «Je me sens libre, sans être du tout exhibitionniste. J’ai pour habitude de couvrir mes seins quand une famille s’installe sur le ponton. Ce qui est très rare. Par ailleurs, je nage dans le lac la poitrine dénudée et personne ne m’a jamais rien dit.»

Le lac ramène aux Bains des Pâquis et à leurs 4000 visiteurs quotidiens. La vice-présidente de l’association qui gère les lieux, Mireille Roy, rappelle que «les seins nus sont depuis toujours présents sur la jetée des Bains comme dans leurs eaux balisées. Et ce, même si la nouvelle génération, par pudeur ou adoration pour les maillots à la mode, préfère le bikini.»

"Article obsolète"

Et le rappel de cette bienséance historique qui fait loi? «Réfléchissons un peu avant de brandir un article totalement obsolète. Des seins nus, il y en a plein les vitrines de pharmacie…» poursuit l’usagère du plan d’eau le plus courtisé de Genève. Les seins étaient aussi visibles en nombre à la piscine de Marignac. «Il y a vingt-cinq ans de cela, précise Serge Troxler, le responsable des installations lancéennes. Ils ont disparu mais restent évidemment tolérés. Chez nous, aucun document écrit ne les interdit. Une femme peut nager ainsi son kilomètre, on ne lui dira rien.»

Et la Ville, la nôtre, qui emploie les agents chargés de surveiller le domaine public, qu’est-ce qu’elle dit? «Lors d’une patrouille, la police municipale peut être amenée à rappeler cette règle à certaines personnes un peu trop dévêtues, surtout si des enfants sont à proximité. Mais il n’y a pas de consignes particulières données aux agents», indique Cédric Waelti, porte-parole du Département de l’environnement urbain et de la sécurité. Vendredi à midi, Sandrine se baignait les seins nus dans le Rhône, à portée de brasse d’une famille de… canards. Belle image. (TDG)

Créé: 14.08.2015, 19h23

Un règlement datant de l’année 1929

La chose est entrée en vigueur le 13 avril 1929. La chose est un règlement sur les bains publics. On le doit au Conseil d’Etat de l’époque.

Lui survit, notamment, cet article 2 intitulé «Tenue appropriée». Il stipule ceci: «Il est interdit de se baigner dans le lac, le Rhône, les rivières, dans les bains publics, ou autre lieu non fermé de tous côtés, sans être vêtu d’un costume ou caleçon de bain approprié à chaque sexe.»

Le maillot de bain des années 30 ressemblait à une combinaison de triathlète.
TH.M.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...