Les jumelles genevoises qui prêchent le rangement

Nouvelle Vague Eliette et Marieke Staub ont inventé un nouveau métier en Suisse: coach en désencombrement. Une idée originale qui leur est venue en «désintoxiquant» leurs propres appartements.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Eliette et Marieke Staub ou l’art de jeter le superflu.

Image: Steeve Iuncker-Gomez

Le top départ pour Eliette et Marieke Staub aura été une formation de coach en désencombrement, donnée en août 2016 à New York par Marie Kondo, l’auteure du best-seller mondial La Magie du rangement. De retour des Etats-Unis, les deux Genevoises ont lancé leur entreprise Clarity Home Detox, avec un objectif: aider les Suisses à faire place nette.

Contrairement à l’auteure japonaise, les sœurs de 32 ans ne sont pas obsédées par le rangement depuis l’enfance. «Nous sommes au contraire passées par cette phase de désencombrement et comprenons ce que nos clients traversent.» Pour Eliette, le grand tri a eu lieu en 2015, alors qu’elle devait déménager à l’étranger. «Je souhaitais passer d’un 60 m2 à quatre val ises. J’ai donc dû sélectionner les objets qui étaient vraiment importants pour moi et la méthode de Marie Kondo m’a beaucoup aidée à le faire.»

Quant à Marieke, c’est la naissance de son enfant qui l’a obligée à dépouiller son intérieur. «Je croulais sous les objets alors que j’entrais dans une nouvelle phase de mon existence. Je me sentais sous l’eau, dans mon appartement comme dans ma vie.» La lecture de l’ouvrage de Marie Kondo a alors constitué «un moment magique». La jeune femme, diplômée de la HEAD en architecture d’intérieur, a décidé d’appliquer les principes du bouquin à la lettre. «Au terme de ce processus, j’ai à nouveau osé inviter des amis à la maison ou simplement prendre soin de moi. J’ai eu le sentiment de reprendre le contrôle.»

Aujourd’hui, les jumelles se consacrent à leur société à mi-temps, en marge de leurs emplois respectifs dans une étude d’avocats et dans le social. Elles conseillent des personnes de tout âge en Suisse romande et en France voisine. «Nous travaillons par tranches de six heures. Dans une première phase, nous aidons nos clients à trier entre objets à garder ou à donner, puis nous leur laissons une marche à suivre afin qu’ils continuent leur Home Detox.»

Avec un coaching plus long, elles aident leurs clients à réaménager leur intérieur. «Le but est de retomber amoureux de son appartement, d’atteindre la sérénité, l’ordre, l’harmonie.» Un style de vie que les deux jeunes femmes entendent défendre encore longtemps.

Créé: 24.10.2017, 14h29

La sélection digitale

Antoine Bellanger, 17 ans, est collégien et développeur Web et mobile. Il apprécie le service Web IFTTT, qui permet d’automatiser des tâches prédéfinies. «Je l’utilise pour recevoir une notification lorsque la NASA publie une nouvelle importante ou pour archiver des playlists sur Spotify.» Avec une grande palette d’outils, Enlight est à ses yeux parfaite pour la retouche photo facile et précise. Le jeune homme apprécie également Medium, une app qui permet à quiconque d’écrire un article sur un sujet librement choisi.

Les bons plans

Bruno Gaertner, 28 ans

«Les bâtiments restent éclairés en dehors des horaires de travail. L’ambiance est magnifique.» Bruno Gaertner, cofondateur de la marque horlogère Klynt, apprécie les flâneries nocturnes dans le quartier d’affaires de Sécheron. «A moins qu’on y travaille, on passe peu par là. C’est dommage, car l’architecture contemporaine qui le compose est superbe.» Pour son activité, le jeune entrepreneur fréquente régulièrement la Maison de l’horlogerie, non loin du pont du Mont-Blanc. «C’est un véritable espace de rencontres. On peut y découvrir des pièces de collection, mais aussi d’occasion. Une bibliothèque fournie d’ouvrages horlogers se trouve également à disposition des clients.» Récemment, la boutique a ouvert son propre restaurant et bar à vins, le Swiss made. L’établissement ne propose que des produits d’origine helvétique, du bœuf suisse à la truite du Léman. En matière de gastronomie italienne, Bruno Gaertner recommande Da Paolo, à la rue du Lac aux Eaux-Vives. «Je ne saurais conseiller un plat en particulier. Ils sont tous bons et je n’ai jamais été déçu.» Le jeune homme s’apprête à célébrer la Fête des Morts à la mode mexicaine ce samedi dès 23 h 00 aux Halles de l’Ile, un endroit qu’il affectionne particulièrement et qui promet, pour l’occasion, de se rendre… méconnaissable.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...