Les communes ne veulent pas assumer les cycles

Répartition des tâches L’Association des communes refuse le projet de transfert des bâtiments. François Longchamp réagit.

En septembre 2013, les professeurs et des élèves du cycle d'orientation du Renard, à Vernier, débrayaient pour protester contre l'état déplorable du bâtiment.

En septembre 2013, les professeurs et des élèves du cycle d'orientation du Renard, à Vernier, débrayaient pour protester contre l'état déplorable du bâtiment. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le vote est sans appel. Réunie en assemblée générale jeudi, l’Association des communes genevoises (ACG) a refusé par 35 voix contre 3 le projet de transfert de la responsabilité de la propriété, de la construction et de l’entretien des 19 bâtiments du Cycle d’orientation. Dans un communiqué, l’ACG dit «vouloir donner un signal clair au Conseil d’Etat».

Pour les communes, ce transfert va à l’encontre des principes définis dans la loi sur la répartition des tâches. Car l’Etat continuera à décider où seront construits les cycles et gardera la main sur l’attribution des élèves aux différents établissements. De plus, les communes estiment qu’il s’agit d’un véritable transfert de charge, la valeur des bâtiments étant surévaluée.

Selon le communiqué, la valeur totale des 19 établissements a été fixée à 525 millions de francs. Or 16 des 19 bâtiments ont plus de 40 ans et nécessiteront pour certains d’importantes rénovations.

Contacté, François Longchamp, le président du Conseil d’Etat, juge totalement précipitée cette prise de position. «Il n’existe pas encore l’esquisse d’un projet de loi, assure-t-il. Cela me surprend d’autant plus que plusieurs communes ont demandé des évaluations techniques de la valeur des bâtiments. Ces documents ne seront disponibles que dans plusieurs semaines.»

Le président écarte le reproche d’un transfert de charge: «Pour toutes les tâches désenchevêtrées, le principe a toujours été la neutralité des coûts. Avec une nouvelle charge viennent les moyens nécessaires pour l’assumer. La démonstration qu’on cherche à appauvrir les communes est donc du bouillon pour les morts.» (TDG)

Créé: 24.03.2017, 18h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...