«Les bleus aux cuisses, c’est quand on débute.» Parole de sonneur de toupin

FolkloreLe Pregny-Alp festival a rencontré un vif succès pour sa 10e édition. Le folklore suisse attire du monde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un air de polka souffle sur les jardins cossus de Pregny-Chambésy. Le chant des oiseaux a laissé place au son guincheur de l’accordéon. Contraste étonnant. Auquel les habitants des lieux se sont habitués. C’était, hier, la 10e édition du Pregny-Alp festival, une belle kermesse qui met à l’honneur le folklore suisse et ses nombreuses facettes.

La fête commence avec la plus rustique d’entre elles, qui nous fait revivre la désalpe. C’est le défilé des sonneurs de toupins. Les toupins? Ce sont ces grosses cloches en fer noir martelé, en forme de poire renversée, munie d’une large sangle décorée.

On l’agrippe par la boucle métallique, on redresse le dos et on balance la chose d’une cuisse à l’autre, en marchant au pas dans les travées de la kermesse. Ça fait un boucan d’enfer, au milieu duquel les connaisseurs disent reconnaître les différents timbres. Il y a sept tailles de toupins, du 6 au 14, ce qui correspond plus ou moins à leur poids en kilos. Et autant de sons différents.

Le toupin semble mettre les rotules à rude épreuve. «Les bleus aux cuisses, c’est quand on débute, opine Sylviane Schmid, membre des Sonneurs du Jet d’Ô. Mais on apprend à amortir et à relancer en douceur avec le genou.»

Une fois pris ce coup de jambe, il faut savoir marcher au pas. Voilà deux qualités qui suffisent à faire un sonneur de toupin et ce n’est donc pas la difficulté qui l’anime. Mais quoi donc? «Quand j’entendais du cor des Alpes, j’avais la larme à l’œil, raconte Muriel Brügger. Alors, on m’a proposé de sonner. Ça procure une belle l’énergie; c’est mon Pilates à moi.»

Eric Champagne évoque, lui, «le plaisir d’être ensemble et de célébrer les valeurs du pays». Christian Flury, originaire de l’Emmental, y voit «l’occasion de perpétuer les traditions helvétiques». Un retour aux sources qui motive aussi Richard Rudaz, la vingtaine à peine passée. «J’adore ces coutumes et il me semble important de les faire perdurer. Même si j’aime le rap, j’écoute aussi du folklore suisse.»

Le toupin s’accompagne de toute la panoplie de l’imagerie helvétique. Les sonneurs de l’Echo des pâturages portent la Mutz, ce gilet de velours aux épaulettes boursouflées. Certains portent l’edelweiss en boucle d’oreille, d’autres arborent un botte-cul à l’arrière, histoire de s’asseoir comme un vacher. D’autres encore la pipe avec un clapet sur le fourneau. «Pour éviter de mettre le feu à l’étable.»

Markus Brügger se rappelle ses vacances à la campagne, dans la ferme de ses aïeux. «La plus belle vache, la plus productive, portait le grand toupin tout décoré. Et une fois arrivé, c’était toute une histoire pour le lui enlever, tellement elle était fière de le porter.»

Le festival a accueilli près de 3000 visiteurs dimanche, et près de 5000 samedi soir. «C’était une très belle édition, nous sommes très heureux», se réjouit Julien Lafargue, qui a présidé l’organisation du festival et ses 80 bénévoles. Des jeunes pour la plupart, qui font la preuve que le folklore suisse a l’avenir devant lui. (TDG)

Créé: 07.08.2016, 20h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...